Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce We only said - Laetitia Sheriff
La Péniche  (Lille)  dimanche 10 octobre 2010

J'ai passé le 10/10/10 en compagnie de Laetitia Sheriff et ses amis. Il y a tellement longtemps que j'étais tombé sous le charme de son premier album (Codification, 2004) que je n'aurais même plus pensé qu'il serait possible de la croiser. Je l'imaginais de l'autre côté d'un océan, sortie du monde dans lequel moi j'existe. Il fallait au moins à de telles retrouvailles une date symbolique.

Comme on se lasse des facéties d'une aimée toujours trop malheureuse, toujours en deçà de la hauteur de notre amour, je m'étais détourné d'elle à la sortie de Games Over (2008). Pas précisément parce que je ne l'aimais plus. Plutôt parce qu'à trop attendre, on n'attend plus. Je n'attendais pas de deuxième album. J'avais fini de l'aimer quelques années plus tôt, impatienté par son invisibilité. Je n'avais pas eu envie d'écrire un nouveau chapitre de notre histoire. Fin de partie, justement.

Encore un peu plus de temps a passé puis j'ai cessé même de ne plus l'attendre. Je me suis détaché même de mon détachement. Jusqu'à l'indifférence. On m'a dit que pendant ce temps-là elle avait joué de la basse avec un autre, Piers Faccini. Chemins séparés, directions contraires, nos retrouvailles n'ont eu aucune évidence. Elles n'avaient plus aucune importance. Comme de rencontrer une inconnue. À n'en pas reconnaître une note d'elle. Comme on ne reconnaît plus vraiment la voix, les gestes, quand est passé le temps.

Pourtant, la date avait au moins cela de particulier : désormais installée à Rennes, voyageant avec les camarades là-bas rencontrés de We Only Said, Laetitia Sheriff revenait à Lille qui l'a vue naître. Avec une émotion notable. Elle y revenait seule en scène pour accompagner la sortie de son nouveau disque, 33t à la distribution confidentielle ("à l'ancienne", explique laconiquement la page Myspace de l'artiste, ersatz de site officiel) présentant de nouvelles versions, live et solo à la guitare baryton des titres de ses deux albums, accompagnés de quelques inédits de bonne facture. Là aussi, émotion au rendez-vous. Et surtout un projet original qui permet de confirmer que la française vaut mieux que tous les succédanés de P.J Harvey auxquels on a parfois voulu la réduire.

La voix si riche de la chanteuse, soutenue par les sonorités profondes et inhabituelles de la guitare baryton (qui est comme le chaînon manquant entre la guitare et la basse), démultipliées par la magie de l'autosampling, auront suffi à remplir entièrement l'espace obscur séparant la scène du reste de la salle. Avec un art affirmé de l'apesanteur, du silence consommé, la chanteuse aura su captiver un auditoire enthousiaste, qui n'aura pas économisé ses applaudissements, jusqu'à se voir finalement refuser, plus ou moins à contrecœur le rappel supplémentaire qu'il espérait – au profit d'un heureux moment de convivialité partagé avec la chanteuse, manifestement contente de se détendre au bar de la très conviviale Péniche.

De We Only Said, on retiendra la bonne humeur un peu légère et le post-rock de bonne facture à la façon de My Education, sous la claire influence de The For Carnation et servi par un trio de guitares orfèvres porté par une section rythmique de bon aloi (basse-batterie ou à quatre bas autour des fûts). On retiendra aussi le plaisir évident de tourner avec Laetitia Sheriff, et de partager avec elle la scène, le temps d'une apparition en guest et d'une politesse rendue le temps d'un rappel, pour quelques titres communs tout à fait délicieux.

Il est, parfois, de bonnes surprises à ne plus rien attendre. Malgré son silence, malgré la difficulté à suivre sa trace dans ce monde de communication, Laetitia Sheriff est toujours là, quelque part et il serait idiot de la manquer, que cela soit parce que l'on boude son plaisir ou parce que l'on oublierait de prêter attention à son nom dans les entrepages des programmes musicaux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Codification de Laetitia Sheriff
La chronique de l'album Games Over de Laetitia Shériff
La chronique de l'album Pandemonium, Solace and Stars de Laetitia Shériff
Laetitia Sheriff en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
Laetitia Sheriff en concert au Festival Au Pont du Rock 2005
Laetitia Sheriff en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Laetitia Sheriff en concert au Nouveau Casino (jeudi 17 décembre 2014)
Laetitia Sheriff en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Vendredi 3
L'interview de Laetitia Shériff (mardi 14 octobre 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de We only said
Le Myspace de We only said
Le Myspace de Laetitia Sheriff

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Laetitia Sheriff (14 octobre 2014)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=