Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jack the ripper
Elysée Montmartre  (Paris)  9 juin 2004

Mercredi 9 juin 2004 Jack the Ripper joue en première partie de Luke à l’Elysée Montmartre. Il en est ainsi sur les billets mais devant la salle, seul Luke est annoncé. Il faudra attendre quelques minutes avant l’ouverture de la salle pour voir le chanteur de Jack the ripper venir apposer lui-même l’affiche noire et verte du groupe devant l’indifférence d’un public peu nombreux venu pour Luke, énième prétendant au titre de Noir Désir en stand-by, groupe de rock bordelais en pleine hype dans lequel évolue le bassiste d’Eiffel.

Jack the ripper occupe une place atypique dans le milieu musical français. Peu adepte du clonage, les Jack The Ripper ont choisi de partir loin et de ramener de ce voyage musical des influences plutôt rares actuellement dans notre hexagone où le parisianisme de quelques happy few sert de baromètre musical, criant au génie au moindre pépiement d’un ex-top model.

Fort injustement, les Jack the Ripper n'ont pas encore le même succès avec leur musique tout droit sortie d'un mélange entre cabaret et jazz, rock et blues. Le groupe, au nom inspiré de la chanson de Nick Cave, nous prouvent une fois encore qu'ils n'avaient (presque) plus rien à envier à leur illustre aîné.

Devant une salle archi bondée, les Jack the Ripper ouvrent la soirée et nous offrent une prestation d’un tel niveau que la tête d’affiche aura sans doute dû ramer dur.

Une prestation époustouflante qui a su non seulement attirer l’attention du public mais électriser complètement la salle et même captiver l’auditoire au point où tout le monde oubliait de jacasser et tapait dans les mains et que les applaudissements entre certains morceaux ressemblaient plus à un rappel furieux qu'à un intermède formel comme cela est souvent le cas.

Un public conquis certes et des musiciens également heureux d'être là, à l’aise avec un répertoire complètement maîtrisé, issu pour l’essentiel de leur deuxième album, et parfois surpris d'un tel accueil.

Tous les morceaux sont quasiment ré-orchestrés et tendent vers la perfection, épurés, comme réduits à l'essentiel, débarrassés de tout superflu pour magnifier la tonalité musicale et la puissance du son, dans lesquels chaque instrument prend toute son ampleur.

Puissance de son qui n'a d'égal que le pouvoir onirique de leur univers musical et la voix et le charisme du chanteur dont on perçoit sous l'aisance pendant les morceaux, dont certains sont théâtralisés, une certaine timidité et réserve, qui scrute le public avec un certain plaisir de voir autant de mains levées. Malgré les barrières de sécurité, il rejoint le public comme il aime le faire pendant "The assasin" et épuisé se reposera quelques fois sur l'estrade du batteur. Fatigue et sueur ne l'empêcheront pas de martyriser comme il se doit le tambour sur "Party downtown", morceau de bravoure et baromètre du groupe.

Si ile public exulte sur "Prayer in a Tango", médusé, il paraît presque recueilli sur "La femelle du requin".

Plus d'une heure non stop et un rappel, pendant lesquels tous les "classiques" sont passés en revue épaulés, comme à l'Européen par un duo de cuivre subtil mais efficace, avec en guise de cadeau, un inédit pendant lequel le chanteur déclame un texte.

En conclusion, leur morceau de clôture ébouriffant à la 16 Horsepower avec une guitare arabisante envoûtante en diable laisse tout le monde sur le carreau, dans un bain de sueur d'autant plus présente que la chaleur était écrasante.

Vivement bientôt ... le prochain album des Jack the Ripper.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm Coming de Jack the Ripper
La chronique de l'album Ladies first de Jack the Ripper
Jack the ripper en concert à L'Européen (12 juin 2003)
Jack the ripper en concert à La Clef (14 novembre 2003)
Jack the ripper en concert au Trianon (1er février 2006)
Jack the ripper en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Jack the ripper en concert au Poste à Galène (19 mai 2006)
Jack the ripper en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Jack the ripper en concert à Passagers du Zinc (6 octobre 2006)
L'interview de Jack the ripper (10 avril 2003)
L'interview de Jack the ripper (13 novembre 2003)
L'interview de Jack the Ripper (13 octobre 2005)
L'interview de Jack The Ripper (30 avril 2006)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=