Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tricky
Mixed Race  (Domino / PIAS)  septembre 2010

Résident à Paris, Tricky y a enregistré ce Mixed Race en collaboration avec Bobby Gillespie, chanteur et leader du groupe Primal Scream. Tricky, qui peut encore nous étonner, même si avec des rondelles telles que Maxinquaye (un morceau comme "Aftermath", quelle tuerie !) ou Pre-Millennium Tension (où figure le superbe "Christiansands"), il avait installer durablement sa patte d'expérimentateur inspiré dans un trip hop sombre, tendu, inégalable.

Il avait ensuite toucher à la soul ("Excess", quel morceau aussi !), le hip hop aux sonorités indiennes (album Juxtapose) et ensuite les choses se gâtèrent avec un mélange d'electro et de guitares lourdes pas toujours inspirées, notamment sur Knowle West Boy.

C'est bien là le problème : depuis quelques années, le dur sensible de Bristol ne marque plus les esprits, même s'il a toujours le désir de se renouveler.

Au rayon satisfaction de ce Mixed Race, citons d'abord "Every day", morceau d'ouverture qui propose une inspiration musicale fort sympathique, association de reggae (pour la ligne de guitare), d'un brin de blues avec l'harmonica en fond et de gospel. Seul bémol, le morceau s'arrête net au bout de 2 minutes 20 alors qu'il aurait pu partir en délire. De bonne augure en tout cas.

Le "UK Jamaican" qui suit - plus qu'une inspiration du "Technologic" de Daft Punk - en est carrément une reprise bien calquée. On ne peut pas dire que ce soit une version revisitée, loin de là. Tricky a juste été assez malin pour remplacer le timbre métallique du robot par une voix féminine bien hip hop et mettre en lieu et place du synthé un gimmick de guitare funky. On va être gentil, une version funk/r'n'b aussi dansante que le hit de Daft Punk qui avait explosé les dance floor. Le morceau n'est pas désagéable.

Tout de suite derrière, ce "Early bird" me plaît bien, on retrouve une ambiance cool, confinée, pour un titre assez jazz (dommage toutefois que les cuivres tournent en boucle). Le chant posé à deux voix - Tricky + une voix féminine - est une riche idée.

Sur "Come to me", à quoi sert donc cette intro de "The girl from Ipanema" ? Pas grave, le morceau et sa tonalité jazz et boogie (juste pour le vieux son des guitares) a pas mal de classe et enfin, d'une durée acceptable (4 minutes).

"Time to dance" est un morceau electro bien foutu, bien arrangé, un peu "Chemical" sur les bords, entraînant comme son nom l'indique et qui aurait mérité de s'éterniser un peu plus du coup.

Malheureusement, pour 5 morceaux bien troussés (mais un peu court, on le répète), autant de titres décevants. Ainsi, "Ghetto stars" est franchement trop chargé, des cordes, un son de guitare moche, des bruits à foison, des échos sur les voix... Le morceau est barré, certes, mais la production est trop poussive.

L'electro oriental pesant "Hakim" où s'illustre Rachid Taha n'a vraiment pas sa place dans un album de Tricky. Quant à "Really real", avec son synthé un peu sombre et hypnotisant, ses cordes glissées, il pourrait être la marque d'un bon trip hop à la Massive Attack du début mais il ne décolle jamais. Et s'éteint comme un pétard mouillé au bout de 2 minutes 20.

Finissons sur ce "Murder weapon", encore une reprise, d'un morceau reggae d'Echo Minott (lui-même utilisant un sample de "Peter Gunn Theme", revisité jadis par les Blues Brothers, les Cramps, Art of noise...). Cette version, plus electro, n'a rien d'exceptionnel.

Pour résumer, Tricky a sorti là une galette se voulant plus accessible, intéressante à mélanger reggae, jazz, funk, nappes electro par petites touches, mais voulant rendre hommage à ces genres (par le biais des reprises également), il n'a pas donné de style propre à ce Mixed Race. La faible durée d'ensemble des morceaux montre aussi que l'objet n'est pas abouti, ni franchement construit. Les intentions de Tricky sont bonnes sur ce neuvième effort, mais il n'a plus sa rage et son énergie habituelle, cet album n'est pas assez rentre-dedans et s'avère trop cool, trop tranquille. Ce serait bien pour du Air mais ici il s'agit de Tricky, fichtre !

Dans sa discographie, Mixed Race est différent du reste, mais sans conviction. Tricky se serait-il assagi ? Non, on ne peut pas le croire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Knowle West Boy de Tricky
La chronique de l'album Ununiform de Tricky
Tricky en concert au Festival International Benicàssim 2008
Tricky en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Tricky en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Tricky en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 13 août 2010)
Tricky en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
Tricky en concert au Splendid (samedi 14 décembre 2013)
Tricky en concert à Oeno Music Festival #2 (édition 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Tricky
Le Soundcloud de Tricky
Le Myspace de Tricky
Le Facebook de Tricky


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Le morceau caché, Angels with dirty faces de Tricky (21 décembre 2008)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=