Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kaolin
Interview  (Paris)  25 août 2010

Ca fait longtemps que Cantillon et sa bande n'avaient pas sorti d'album, tous occupés à d'autres projets. Ce mois d'octobre voit débarquer Crois Moi, leur nouveau disque et c'est l'occasion d'en savoir un peu plus sur Kaolin, groupe français dans lequel furent placés quelques espoirs en leur temps... avant Cocoon et autres groupes de la scène auvergnate. Que reste-t-il de ces promesses ? C'est eux qui nous répondent.

Est- ce que vous avez senti que c'était la fin d'un cycle après avoir composé Mélanger les couleurs ?

Guillaume : C'est drôle car on en a parlé entre nous il y a quelques instants et c'est quelque chose dont on ne s'était pas forcément rendu compte. Le fait de faire un album éponyme va dans ce sens aussi. Nous avons l'impression de recommencer quelque chose d'assez frais, avec l'envie d'en découdre et de présenter des choses nouvelles.

Ce nouveau cycle vous a fait gagner Vivien.

Julien : On l'a gagné à une tombola à la Bourboule !

Ludwig : Cela fait déjà une bonne dizaine d'années que l'on joue ensemble, c'était assez important d'amener de la chair fraîche dans Kaolin.

Julien : Il apporte une nouvelle façon de jouer. La nouveauté dans la musique, c'est toujours excitant, cela t'amène toi aussi à évoluer.

Guillaume, cela t'a libéré de passer à la guitare ?

Guillaume : Mon dieu, quelle était lourde cette basse ! Oui, bien sûr cela m'a libéré, je ne suis pas bassiste au plus profond de moi-même et je suis très heureux de retrouver mon instrument de cœur qu'est la guitare. D'autant plus que Vivien est un pur bassiste, même s'il n'est pas que ça. En tout cas, c'est une vraie libération, alleluia !

Vous vous connaissez depuis longtemps ? Comment t'es tu intégré ?

Vivien : Tout part de l'humain, on se côtoie, on fait des choses ensemble, bien sûr il y a la musique dans tout ça. Puis un jour arrive où on me demande et je dis oui direct.

Guillaume, comment ton expérience en solo a-t-elle influée sur Kaolin ?

Guillaume : Vous allez en bouffer les gars !

Attends ce n'est pas fini ! Et vous, les autres, avez-vous pu murir des projets musicaux ou autre ?

Julien : Bien sûr, c'est fait pour ça. Chacun a vaqué à ses petites occupations personnelles.

Ludwig : C'était salvateur. Pendant que Guillaume faisait son album solo, on s'est occupé de nous, on a pris du recul pour pouvoir se retrouver. Cela a facilité la composition.

Guillaume : C'est aussi pour ça que l'arrivée de Vivien s'est faite en douceur. C'est vrai que depuis tout à l'heure, on nous pose des questions là-dessus et comme nous sommes dans le truc, on oublie parfois l'historique de notre rencontre. Pour Vivien, il n'y a pas eu de casting, de demande du label, cela s'est fait tout naturellement. La preuve, c'est que Vivien est en ami, il habite près de chez nous.

Ludwig : On ne voulait surtout pas d'un musicien additionnel.

Guillaume : Oui, Vivien n'est pas là juste pour prendre la basse, c'est que l'on voulait une autre identité dans le groupe. Mais c'est bien qu'il l'ait fait !

Ce laps de temps vous a servi à composer chacun de votre côté. Pour apporter sa touche personnelle aux morceaux ? Par exemple, Ludwig, on a commencé à t'entendre chanter sur Mélanger les Couleurs, est-ce une démarche que tu poursuis ?

Ludwig : C'est l'évolution. On a tous apporté de nouvelles choses : compositions, textes, arrangements. C'est un mélange de tout ça qui fait que le son est plus frais.

Vivien : Finalement, nous n'avons pris qu'environ deux ans pour préparer cet album, timing assez classique. Même si la composition avait débuté sur la tournée de Mélanger les couleurs.

Guillaume : De toute façon rien n'est cloisonné. Les choses se sont imbriquées, mélangées. J'étais encore en tournée pour mon album solo quand on est rentré en studio par exemple. C'était en janvier/février.

Vivien : Il y a aussi quantité de groupes qui font un nouvel album parce qu'il faut le faire, à cause des contrats, etc. Pour nous, c'était plus que ça, presque une envie viscérale de le faire. Au bout d'un moment, on ne tenait plus, ça faisait quatre ans que Mélanger les Couleurs était sorti. Même si je n'étais pas dans Kaolin précédemment, j'ai toujours suivi leur carrière car on était potes et j'aimais beaucoup musicalement parlant. Je crois que quand j'ai rejoint Kaolin, ils étaient aussi excités que moi de mon arrivée. J'avais l'impression d'avoir 14 ans et de jouer avec mes potes dans le garage.

Après avoir composé seul avec aucun compromis, était-ce difficile de reprendre le travail en groupe où parfois il faut s'écraser face aux envies des autres ?

Guillaume : C'est très juste, il y a ces deux façons de voir les choses. Mais c'est cela qui est intéressant, de pouvoir faire les deux. D'un côté, il y a la liberté totale, de l'autre il y a le dogme du groupe, avec des règles à respecter. Elles amènent le groupe à faire ce qu'on fait aujourd'hui. Je n'arriverais sûrement pas à faire du Kaolin tout seul.

Vous avez travaillé avec des anglo-saxons pour vos deux premiers albums. Là on observe un retour des producteurs français. Vous pensez qu'ils ont une autre sensibilité ?

Julien : En fait , on a toujours travaillé avec des producteurs français, mais au niveau des mixs, on fait plutôt appel à des anglo-saxons. Au niveau de la sensibilité, je pense que oui, même si ce n'est pas vraiment voulu. Tout simplement, parce qu'ils comprennent ce que l'on dit, ce que l'on fait et qu'ils ne traitent pas la voix de la même manière que les anglo-saxons. Quelque part oui, cela influe sur le résultat final.

Et le fait que ce soit le producteur de Bashung ?

Julien : C'était quelqu'un qu'on connaissait. Edith Fambuena et Jean-Louis Piérot forment Les Valentins et ce sont eux qui ont produit notre premier album. Tu vois, on a travaillé avec Edith sur le précédent, c'est une continuité, rien n'est dû au hasard.

Vivien : Cela rejoint un peu ce dont on parlait tout à l'heure, de l'importance de chanter en français. Cela nous tient à cœur, même si on écoute de la musique anglo-saxonne à fond les ballons. On est passé très près de travailler avec Mark Plati, le réalisateur de Bowie. On s'est rencontré à une soirée, on a discuté du projet et à la fin de la soirée, on ne savait même pas si nous nous étions compris. Donc on est revenu à l'essentiel. Des gens qu'on connait...

Guillaume : On sentait que la langue allait être une barrière. Puis on était en phase avec J-L Piérot, il avait la même dynamique que nous.

Ludwig : Quand on lui a fait écouter le projet, il avait direct le sourire aux lèvres.

Julien : Il y aussi beaucoup de groupes qui paient un nom et pas forcément une compétence.

Vivien : La musique, c'est quelque chose de très subjectif, assez métaphorique. Donc même si on se débrouille en anglais, la personne ne comprend pas forcément tes envies, les références musicales auxquelles tu fais allusion... Le vocabulaire anglais, ça allait.

Mais il y a un niveau  au-dessus...

Vivien : Exactement. Ce n'était pas la bonne personne au bon moment.

Assumez-vous mieux vos influences françaises ? Sont-elles plus exprimées qu'auparavant ?

Guillaume : Forcément, c'est l'expérience.

Vous pensez que c'est moins facile de démarrer en tant que groupe indie en ayant trop d'influences françaises ?

Guillaume : Cela a pas mal évolué. A la fin des années 90,  ça faisait suspect de chanter en français. Maintenant un peu moins. De toute façon, on s'associe tous plus ou moins à la musique française, variété ou pas.

Vous avez sortie le EP en juillet. Impatience de sortir de nouveaux titres ou deal de label ?

Julien : C'est plus un bon chemin marketing qu'un vrai besoin personnel de sortir trois titres. Si on avait pu, on aurait sorti l'album direct.

Ludwig : C'est aussi pas mal d'arriver avec quelques chansons de présentation afin de rendre les gens curieux.

Le EP résume cet album pour vous ? Avez-vous fait un panaché des titres ?

Julien : C'est plutôt un panaché. Mais en même temps, si on avait choisi trois autres titres, tu aurais une idée complètement différente de l'album. Niveau style, il y aura un peu de tout et encore autre chose !

Guillaume : Cela fait plaisir car les gens se posent encore la question.

Quelle atmosphère avez-vous voulu pour cet album ? Est-ce aussi lumineux que Mélanger les couleurs ?

Guillaume : J'ai été surpris par ce que les journalistes nous ont dit. Comme on est dans le projet, on ne s'en rend pas vraiment compte. J'ai beaucoup entendu lumineux, pop, authentique, dansant... Il y a un fil conducteur sur tout l'album, que nous avons bien ressenti. On a plus tendance à faire attention au groove, au côté dansant des choses. Je ne sais pas trop comment l'exprimer, car si je dis funk, ça peut être mal interprété. Groove c'est pareil. Mais il est sûr qu'on avait envie de faire quelque chose de plus rythmé, de plus dansant.

Julien : Tu sais quand on sort un album, on a l'impression d'avoir fait quelque chose de bien précis, d'avoir choisi une ambiance particulière. Mais souvent, les gens qui ont une oreille neuve sur notre travail ne le ressentent pas du tout de la même manière.

Question dont je connais déjà la réponse, le titre "Cody" est un hommage à Mogwai ?

Julien : Tu penses que c'est vraiment un hasard ? (rires) C'est le morceau instrumental de l'album.

Pouvez-vous définir votre musique en trois mots ?

Sexy, groovy, chocolat !

Retrouvez Kaolin
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album De retour dans nos criques de Kaolin
La chronique de l'album eponyme de Kaolin
Kaolin en concert au Festival Europavox 2007
Kaolin en concert à Fête de la Musique 2007 (21 juin 2007)
Kaolin en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (vendredi)

En savoir plus :
Le site officiel de Kaolin
Le Myspace de Kaolin

Crédits photos : Claude Brun


Camille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Kaolin (25 août 2010)


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=