Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eiffel
Le Zénith  (Paris)  vendredi 15 octobre 2010

Alors, on y est... Eiffel est au Zénith ! Oublié l'Olympia et l'avenir incertain du groupe. Depuis, il y a eu le succès de l'album A Tout Moment et une grosse tournée (90 concerts à ce jour), avec des salles remplies tous les soirs. C'est le plus gros concert d'Eiffel en tête d'affiche. Certains fans, "Les Ahuris", ont passé une bonne partie de l'après-midi devant la salle, d'autres ont pris leur journée ou sont partis plus tôt pour être sûrs de ne rien rater. Les portes s'ouvrent et le zénith a du mal à se remplir.

Julien Pras débute cette soirée. Un fond d'Elliott Smith dans la voix et des ballades, jouées en guitare acoustique / voix. Viendront ensuite les Stuck In The Sound. Personnellement, je n'ai vraiment pas accroché. En plus, le son très médiocre et les basses surpuissantes n'ont rien arrangé. Changement de matos. On a le temps de voir que le public est arrivé ; la salle est pleine. Les lumières s'éteignent enfin...

Après une petite intro sonore, les membres du groupe entrent en scène chacun leur tour en saluant le public. Ils commencent par "Tomorrow Never Knows", la chanson finale de l'album Revolver des Beatles. C'est la première fois que le groupe joue ce titre sur scène. Premier à entrer en scène, Joe Doherty les accompagnera au saxo sur ce titre. Le son, sur le devant de la fosse, est très mauvais, on n'entend quasiment rien à part les basses. Ce problème va se régler au fur et à mesure des titres.

Passée cette chanson d'introduction, le public jette des ballons sur scène et le groupe enchaîne sur une playlist plus conventionnelle : "Minouche", "Le Cœur Australie" et "Il Pleut Des Cordes". On sent le groupe en grande forme et très heureux d'être là. Petit clin d’œil à l'album Tandoori avec "Saoul" et "Ma Part d'ombre", toujours aussi percutants sur scène. Au milieu de "Saoul", Romain entonnera un couplet de "Billie Jean".

Le groupe va un peu calmer le rythme effréné du concert avec "Tu Vois Loin". Le poème de François Villon mit en chanson donnera le sublime "Mort J'appelle". Les lumières deviennent rouges et on entend le sample de "A Tout Moment La Rue". Le public connaît la chanson par cœur et ne se prive pas pour chanter... voire scander le refrain à la fin du titre. Un texte forcément d'actualité ces jours-ci.

Joe Doherty revient sur scène avec son banjo (qu'on a toujours du mal à entendre) et c'est parti pour "Sous Ton Aile". Il prendra ensuite son violon pour "Je M'obstine" et finira le titre au saxo baryton. On rebranche les distos car "Bigger Than The Biggest" arrive à toute vitesse; On aura bien sûr droit au "petit break" de Romain au milieu du titre.

On se calmera un peu pour "Dispersés" et "Nous Sommes Du Hasard". On retrouve ensuite un titre issu d'Abricotine (premier album du groupe), "Inverse-Moi". C'est toujours aussi sympa de réentendre d'anciens morceaux. Le groupe terminera la première partie du concert sur "Sombre", avec son refrain repris en chœur  par le public.

Acclamé par le public, Eiffel ne remontera pas sur scène mais ira s'installer au milieu de la fosse. Romain demandera au public de s'asseoir par terre. C'est en acoustique qu'ils interprèteront "Chamade", un titre inédit. Romain précisera qu'ils le joueront en pensant à des personnes qu'ils ont perdues cette année. Le texte est excellent. Le public se relève pour applaudir et se rassoit aussitôt pour "Les Yeux Fermés", de nouveau accompagné par Joe Doherty et son violon. A la fin du titre, le groupe traversera le public pour rejoindre la scène et y jouer "Ma Nébuleuse Mélancolie", "Clash" et "Ma Blonde".

Romain plaque quelques accords de guitare en précisant qu'on les connait. Evidemment, tout le monde reconnaît puisqu'il s'agit du titre phare des Pixies : "Where Is My Mind". Un juste retour des choses puisque le groupe est fan des Pixies et que le nom du groupe provient d'une de leurs chansons : "Alec Eiffel". Pour finir, on retrouve Estelle au clavier pour "Hype" et ses traditionnels confettis. Eiffel reviendra jouer un dernier titre : "Je Ne Voudrais Pas Crever" et son texte de Boris Vian.

Malgré un son qui laissait à désirer devant la scène, Eiffel a réussi son pari : remplir le Zénith. Le groupe s'est donné à fond dans un concert de plus de deux heures, nous ayant permis de retrouver de vieux morceaux mêlés aux titres du dernier album, ainsi que des surprises avec les reprises et bien sûr le titre inédit. Dernier petit détail, un grand bravo pour les lumières qui étaient magnifiques ce soir.

Suite au concert, Romain Humeau postait un message sur le site d'Eiffel en disant : "cela restera un souvenir très fort pour nous". Pour nous aussi, cela restera un grand moment dans l'histoire du groupe !

Si vous avez raté cet évènement, sachez qu'Eiffel continue sa tournée. Ils repasseront en Ile-de-France, le 11 décembre, à Guyancourt et à Villeneuve La Garenne, le 25 mars 2011.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Eiffel
Le Myspace de Eiffel

Crédits photos : Fabrice Delanoue (Toute la série sur Taste of Indie)


Frizet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=