Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Just Kids
Patti Smith  (Editions Denoël)  octobre 2010

20 ans après la mort de Robert Mapplethorpe, Patti Smith tient la promesse qu'elle lui avait fait d'écrire leur histoire. Leur histoire, c'est la bohème partagée au début des années 70 dans l'underground newyorkais vibrant au rythme de la beat generation et du mouvement hippie qui remettaient en cause l'american way of life.

Aujourd'hui, Patti Smith, poète, chanteuse et militante, icône punk-rock devenue une légende vivante, chavire toujours ses fans de la première heure et fédère les nouvelles générations fascinées par cette époque mythifiée et l'oeuvre du photographe Robert Mapplethorpe, fauché par le sida en pleine ascension, bénéficie du seventies revival.

Qui étaient-ils en 1970 ? De la la lecture de "Just kids", qui s'inscrit donc dans le registre de l'autobiographie et de la biographie, de surcroît au plus près du sujet, laisse déçu et, pour le moins perplexe, tant ce récit à une plume pour deux voix qui se voulaient métaphysiquement gémellaires est édulcoré et, au plan informationnel, quasiment dépourvu de valeur ajoutée tant par rapport à ce qui est déjà connu de leur "amitié amoureuse" qu'en ce qui concerne l'univers dans lequel se déployait la contre-culture.

Sur ce dernier point, cela tient essentiellement au fait que, contrairement à une idée répandue, ni l'un ni l'autre, même s'ils vivaient dans le fameux Chelsea Hotel de Manhattan, n'était engagé dans un mouvement militant ni même dans un collectif d'artistes mais uniquement dans une démarche personnelle d'artiste autoproclamé.

Une démarche essentiellement mystique mais selon des déclinaisons extatiques différentes et si égocentriques que cela entraînera le départ de Patti Smith ("Nos besoins ne concordaient plus. J'avais besoin de découvrir ce qui me dépassait. Robert avait besoin de fouiller en lui-même") et dans une acception du terme héritée du 19ème siècle notamment pour Patti Smith, sa fascination pour Rimbaud, en qui elle voit son archange, est à cet égard révélatrice, de l'artiste hors du monde dans un état médiumnique.

Dans une conception plus matérialiste pour Robert Mapplethorpe qui, avide de puissance et de reconnaissance, cherche le moyen de se démarquer des artistes qui avaient le vent en poupe, et notamment Andy Warhol, tout en se laissant submerger par une descente aux enfers ("Il a déclaré par la suite que l'Eglise l'avait mené à Dieu, et que le LSD l'avait mené à l'univers. Il a dit également que l'art l'avait mené au diable, et que le sexe l'avait maintenu auprès de lui").

S'agissant de la quête artistique, Patti Smith n'est donc guère prolixe en développements ou en analyse théorique. Elle dessine et écrit de la poésie, s'essaie au théâtre. Robert Mapplethorpe dessine, bricole des installations, fabrique colliers et collages à partir des images de magazines pornographiques. Ils se lanceront, elle dans la musique, lui dans la photographie, presque par hasard mais surtout, l'argent et les relations constituant le nerf de la guerre, grâce à l'influence et aux subsides d'un amant de ce dernier, le collectionneur et mécène Sam Wagstaff.

Quant au récit intime, les amateurs de révélations en seront pour leur frais car Patti Smith pratique admirablement l'art de l'ellipse, éludant tout affect. De plus, en ce domaine, sa prose désincarnée ressortit à à la littérature à l'eau de rose.

Son rapport au corps et au sexe, dans un siècle et une période où ils étaient au centre des préoccupations, des expérimentations et des revendications, laisse dubitatif aussi bien quand elle évoque sa première grossesse accidentelle qui fut à l'origine de son départ pour New York ("Notre union avait été tellement fugace, tellement tendre que je n'étais pas complètement certaine que nous avions consommé notre affection"), sa rencontre et ses relations avec Robert Mapplethorpe dont elle a su immédiatement qu'il était "son chevalier" ("Je ne l'ai jamais vu par le prisme de la sexualité. Mon image de lui est restée intacte ; il était l'artiste de ma vie"), la découverte de l'homosexualité ("l'éveil physique") de ce dernier concrétisé par des "rapprochements physiques" ou son mari, le musicien Fred Sonic Smith ("un roi parmi les hommes, et les hommes le reconnaissaient").

Alors pudeur, pruderie, candeur, délicatesse ? La rockeuse sexagénaire est peut-être restée l'enfant qu'elle était et qu'elle décrivait comme "une enfant rêveuse, quelque peu somnambule".

Ce "Just kids", littéralement "rien que des gamins", prend alors une allure de fable, de conte, dont les héros seraient deux oisillons tombés du nid, ces deux" enfants du lundi" voués à" vivre pour l'art et seulement pour l'art", qui se sont fait un serment "à la vie à la mort" : "Etres fidèles, sans cesser d'être libres".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=