Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alfred de Musset
Gonzague Saint Bris  (Editions Grasset)  octobre 2010

Pour son quarantième opus, Gonzague Saint Bris fait revivre Alfred de Musset le grand poète à la plume si reconnaissable, faite de lyrisme et d'amour sincère. "Et si la biographie n'était que l'exploration de la géographie d'un visage, l'exercice attentif du relevé topographique des reliefs d'une figure" écrit-il dans le prologue.

Car c'est une photographie d'Alfred de Musset remise par Christine Sand, la petite fille de George, qui l'a incité à se pencher sur la vie du poète. "Cette photo n'est-elle pas la manière la plus moderne de comprendre, de rassembler et de retrouver Alfred de Musset ?".

Voilà une manière inhabituelle d'appréhender le parcours d'une vie et d'un homme pour tenter d'en brosser un portrait d'autant moins académique que Gonzague Saint Bris n'est pas historien de formation.

De Musset, le grand public ne connaît que quelques parties émergées comme sa perception de soi, "Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux", sa liaison tumultueuse avec George Sand et quelques unes de ses pièces comme "On ne badine pas avec l'amour", "Lorenzaccio" ou "Fantasio" dans lequel le rôle-titre est son propre double.

Issu d’une famille aristocratique, enfant plein d'esprit et de charme, brillant élève doté de dons artistiques, Musset est promis au plus bel avenir. Mais il est atteint du mal du siècle, la mélancolie, au sens psychiatrique du terme qui le voue à l'anxiété, à une lucidité angoissante face à la vacuité de la condition humaine ("Jamais je ne serai bon à rien, jamais je n'exercerai aucune profession. L'homme est déjà trop peu de chose sur ce grain de sable où nous vivons ; bien décidément je ne me résignerai jamais à être une espèce d'homme particulière") et à l'éthylisme.

Pour Gonzague Saint Bris, il est "l'incarnation par sa jeunesse, sa beauté et son immense talent, du romantisme le plus absolu". Ou la rencontre entre un amoureux du romantisme français et l'incarnation du romantisme absolu. Mais ce qui fait l'originalité de cette biographie, voire sa force, c'est bien sa forme. Loin de l'académisme pur qui gouverne trop souvent dans ce genre d'exercice, Gonzague Saint Bris transforme cet essai en une sorte de roman, dont le personnage principal est Alfred de Musset. Et à travers ce dernier, c'est le Paris du XIXème siècle que l'on traverse et redécouvre dans les pas de cet immense poète.

Dans l'esprit des grands romans réalistes de cette époque, Gonzague Saint Bris nous offre une belle description des lieux et des personnages qui ont fait la gloire de la capitale. Le jardin du Luxembourg, les cafés à la mode en passant par les bordels sordides, le tout rythmé par les rencontres entre Musset et ses illustres contemporains comme Hugo, Beaudelaire, Lamartine et bien sûr, George Sand. A travers cet ouvrage, l'auteur dresse un portrait sincère, sans complaisance et finalement, assez moderne du grand romantique qu'était Musset. "Il serait peut-être, aujourd'hui, un chanteur rock, accro aux drogues dures et compagnon de top models".

Un très beau livre pour tenter d'approcher au plus près l'homme au-delà de l'homme de plume.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Louis XI le méconnu" du même auteur


Nicolas Kiertzner         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=