Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daniel Darc
Le Plan  (Ris Orangis)  27 mai 2004

Daniel Darc est de retour après quelques années de quasi silence musical au cours desquelles il n’aura toutefois pas abandonné la plume et publiera quelques écrits.

Daniel Darc, c’est un survivant de la scène punk française des années quatre-vingt. Chanteur du groupe Taxi Girl, il fait beaucoup parler de lui par ses frasques. Ainsi en 1981, en première partie de Talking Heads, alors que le public ne semble pas très attentif à sa prestation, il sort une lame de rasoir et se taillade les bras. Le sang jaillit. La légende va naître.

Dès lors, Daniel Darc n’aura de cesse d’explorer son côté obscur pour prouver qu’il est le personnage sulfureux qu’un certain public attend, au risque de se perdre, au risque d’entrer dans l’oubli. Une vingtaine d’années d’errance et d’abîme, plus tard, une rencontre, un album et une tournée. Les critiques, le public le (re)découvrent. Daniel Darc, le retour gagnant ?

Ecrivain maudit dont l’écriture s’adapte si bien, comme il le reconnaît lui-même, au format de 3 minutes d’une chanson, héros rock-n’-roll par excellence dans ce qu’il y a de plus de noir, le personnage de Daniel Darc est rongé par des excès en tous genres qui ne sont pas complètement derrière lui et qui ont malheureusement laissé des traces. Une gestuelle approximative, une diction ânonnante, une silhouette chancelante, en perpétuel déséquilibre, des bras qui s’accrochent et embrassent son interlocuteur du moment, pour ne pas tomber peut être ou bien faire fuir cette solitude si palpable…

Daniel Darc, c’est une souffrance à l’état pur, une manière-d’être franche, sans complaisance, qui déstabilise. Une manière de planter son regard dans le regard de son interlocuteur comme s’il souhaitait en pénétrer l’âme. Un mal-être qui provoque malaise, incompréhension, méfiance… Mais Daniel Darc c’est surtout un personnage d’une grande sensibilité, une soif d’absolu, une voix, un charisme, une âme enfin, qui revit.

Une rencontre va matérialiser cette "résurrection" , la rencontre avec Frédéric Lo, auteur-compositeur avec déjà deux albums en solo à son actif. De cette rencontre va naître une collaboration, qui au départ se voulait ponctuelle, à l’effet d’écrire une chanson pour Dani ("Rouge Rose" qui figure également sur l’album de Daniel) mais qui va bien vite prendre de l’ampleur et s’imposer par son résultat : Crève-Cœur.

Grâce à cet album, la presse s’intéresse à nouveau de près à Daniel Darc et de quelle manière ! Il n’y a pas une semaine sans qu’un article ne fleurisse dans la presse pour saluer le retour de Daniel avec cet album que d’aucuns qualifient de véritable "miracle musical". "Miracle", un vocabulaire qui doit délicieusement résonner aux oreilles de Daniel Darc, sauvé, selon lui, par la religion (catholique) à l’instar de Johnny Cash à qui il a dédié son dernier opus.

Avec cette collaboration, Daniel Darc a réussi à extérioriser sa souffrance et à lui donner un autre éclairage, grâce à la lumière des compositions de Frédéric Lo. C’est la confrontation de deux conceptions rocks, que l’on pourrait résumer comme celle des Beatles et des Stones, qui rendent cette souffrance supportable. L’optimisme des mélodies de Frédéric Lo la sobriété des arrangements, tempèrent et allègent le réalisme noir de Daniel Darc.

Quel est le résultat sur scène avec la tournée Rêve-cœur ? C’est ce que je suis allée voir le 27 mai dernier à Ris-Orangis, au Plan, salle intimiste de 600 personnes où la proximité avec la scène et l’acoustique sont particulièrement agréables. Une salle confortable en somme que je vous recommande !

Avec une heure et quart de retard (le concert était prévu à 20 heures mais ne commencera qu’à 21 heures 15), je vais enfin le savoir. Daniel Darc, s’est fait attendre, lui que la perspective d’entrer sur scène rend malade arrive avec Frédéric Lo à la guitare, mais également avec un autre guitariste, un batteur et un bassiste. Le public majoritairement des 30-40 ans, attend patiemment l’arrivée de Daniel Darc. C’est un public qui le connaît manifestement bien et semble le suivre depuis quelques années. Un public assagi (dans le bon sens du terme j’entends, savoir : débarrassé d’un besoin viscéral d’autodestruction), à l’image de Daniel Darc ?

Pendant deux heures, le groupe va enchaîner les titres de Crève-Cœur : "Je me souviens, je me rappelle" souvent joué en radio, "Rouge Rose" que Daniel chante mieux que Dani (c’est lui qui le dit !), l’émouvant "Jamais, Jamais" que j’aime particulièrement, "Mes amis (tour à tour)", "Inutile et hors d’usage", la surprenante mise en musique du "Psaume 23" pour lequel Daniel Darc sort sa bible… Des titres qui poussent à l’introspection, au recueillement d’autant plus que Daniel Darc, habite littéralement la scène dans un silence religieux de bon aloi.

Plus d’excès, Daniel pose sobrement sa voix et met ainsi en valeur ses textes dans une ambiance feutrée, sans fioritures, ni profusion de lumières ou autres mise, en scène inutiles en l’espèce. Musique, texte et voix suffisent à provoquer l’émotion. Loin des débordements du passé, il semble à chaque mot prononcé en mesurer la portée et l’effet induit sur le public, conquis.

Cependant son set est loin d’être monochrome. La nostalgie à laquelle on s’attend après l’écoute de Crève-cœur est bien là mais les arrangements de guitare, plus encore sur scène, lui donne une énergie qui tend à l’optimiste. Je me répète en écrivant cela mais le mélange des textes de Daniel Darc et les compositions de Frédéric Lo ont pour effet magique (!) de rapprocher des notions aussi contradictoires qu’espoir et désespoir, optimisme et pessimisme, lumière et obscurité et rappellent curieusement les oxymores que Daniel Darc aime à utiliser.

En outre, Daniel Darc distille quelques reprises qui donnent du rythme à cette soirée. Il n’oublie pas Taxi Girl et son fameux tube, "Chercher le garçon" repris récemment par la Star-Academy (ce qui aura pour avantage de lui permettre de s’acheter un nouveau piano !) ou encore "P.A.R.I.S.", chanson sortie en 1984 mais dont les paroles semblent avoir été écrites aujourd’hui. A cette occasion, il fera un clin d’œil à son ex-complice, Mirwaïs parti sous d’autres cieux collaborer aux albums de Madonna. Daniel Darc va également reprendre des titres qu’il a écrits en solo comme "Nijinski" par exemple issu de l’album éponyme sorti en 1994. Le public averti retrouve ses repères.

Il quitte ensuite la scène pour revenir pour un ultime rappel, imprévu (les câbles sont déjà débranchés, les musiciens en coulisse ou déjà au bar !), afin de satisfaire un public qui n’a pas envie de quitter cette ambiance. Daniel Darc, ému n’a pas non plus envie de quitter la scène et se prête avec plaisir au jeu.

A la sortie, impression de sérénité, de n’avoir pas perdu son temps en venant applaudir Daniel Darc. Retour gagnant donc pour Daniel Darc tant sur les platines que sur scène, retour durable, je lui souhaite.

Quel dommage toutefois d’avoir perdu tant de temps en se brûlant les ailes…

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Daniel Darc en concert au Festival Rock en Seine 2004
Daniel Darc en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Daniel Darc en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Daniel Darc en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Daniel Darc en concert à Cabaret Sauvage (8 septembre 2009)
Daniel Darc en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 24 avril


Sidonie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=