Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Belin
Hypernuit  (Cinq7 / Wagram)  septembre 2010

La première fois que j'ai croisé Bertrand Belin, c'était pour la sortie de son premier album. L'homme modeste et timide donnait un petit concert privé pour l'occasion et on y avait croisé celui pour qui il fut longtemps guitariste (l'est-il toujours ?) et qui sans doute est à l'origine d'un certain scepticisme quant au travail personnel de Belin de la part de toute une frange d'intégristes indie qui lui en veulent encore.

De Belin, je préfère garder en mémoire ses concerts aux côtés de Fantazio ou bien ses albums solo dont Hypernuit est la dernière oeuvre en date et qui affirme un peu plus que la chanson française peut s'élever haut et aller loin, tout comme l'ont affirmé et l'affirment encore les Bashung, Murat, Dominique A, Holden et quelques autres. Une chanson poétique, loin des histoires tellement plates et ordinaires dont on a soupées.

Du coup, ce n'est pas forcément facile de rentrer dans le monde de Belin. Une musique lancinante, pleine de lenteurs et de non-dits rappelant par moment Calexico ("Y en a-t-il ?" et sa batterie très Convertino ou encore "Tout a changé") ou Red House Painters ("Nord de tout").

La musique de Bertrand Belin procède par petites touches, loin des megalo-productions actuelles. Il faut aller chercher les mots sortis parcimonieusement de cette voix profonde, mi-crooner, mi-beau parleur qui réussit à manier aussi bien les mots dits que ceux chantés avec justesse et classe, sans jamais paraître surjoués. Néanmoins, la récompense est là lorsque, le premier pas fait, la musique de Hypernuit commence à nous livrer ses secrets.

On se laissera prendre par cette curieuse vengeance de "celui qui buvait le lait à même le pis", par la ballade un rien jazzy de "Ta peau", ou par l'étrange personnage de "Vertige horizontal", ballade douce-amère parfaite pour attaquer l'hiver, tout comme ce superbe duo masculin / féminin sur "La chaleur" avec Ann Guillaume. On pourrait en dire long sur chaque chanson de ce disque tant elles nous entraînent chacune dans un univers singulier et onirique.

Hypernuit est un disque que l'on aurait tort de prendre comme un disque prétentieux de simple variété. Il faut au contraire y chercher douceur et poésie, simplicité et vague à l'âme auquel on a envie de se laisser aller à l'écoute, répétée, de ces 11 belles chansons, certes françaises mais avant tout faites d'un bois de guitare comme on en fait peu, dans une langue simplement mais joliment maniée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Bertrand Belin
La chronique de l'album La perdue de Bertrand Belin
La chronique de l'album Cap Waller de Bertrand Belin
La chronique de l'album Persona de Bertrand Belin
Bertrand Belin en concert au Studio Acousti (Showcase) (15 février 2005)
Bertrand Belin en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Bertrand Belin en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Bertrand Belin en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
Bertrand Belin en concert à Colisée (7 mars 2013)
Bertrand Belin en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
L'interview de Bertrand Belin (samedi 9 mars 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Bertrand Belin
Le Myspace de Bertrand Belin


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Belin (5 octobre 2010)
Bertrand Belin (1 octobre 2009)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=