Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Belin
Hypernuit  (Cinq7 / Wagram)  septembre 2010

La première fois que j'ai croisé Bertrand Belin, c'était pour la sortie de son premier album. L'homme modeste et timide donnait un petit concert privé pour l'occasion et on y avait croisé celui pour qui il fut longtemps guitariste (l'est-il toujours ?) et qui sans doute est à l'origine d'un certain scepticisme quant au travail personnel de Belin de la part de toute une frange d'intégristes indie qui lui en veulent encore.

De Belin, je préfère garder en mémoire ses concerts aux côtés de Fantazio ou bien ses albums solo dont Hypernuit est la dernière oeuvre en date et qui affirme un peu plus que la chanson française peut s'élever haut et aller loin, tout comme l'ont affirmé et l'affirment encore les Bashung, Murat, Dominique A, Holden et quelques autres. Une chanson poétique, loin des histoires tellement plates et ordinaires dont on a soupées.

Du coup, ce n'est pas forcément facile de rentrer dans le monde de Belin. Une musique lancinante, pleine de lenteurs et de non-dits rappelant par moment Calexico ("Y en a-t-il ?" et sa batterie très Convertino ou encore "Tout a changé") ou Red House Painters ("Nord de tout").

La musique de Bertrand Belin procède par petites touches, loin des megalo-productions actuelles. Il faut aller chercher les mots sortis parcimonieusement de cette voix profonde, mi-crooner, mi-beau parleur qui réussit à manier aussi bien les mots dits que ceux chantés avec justesse et classe, sans jamais paraître surjoués. Néanmoins, la récompense est là lorsque, le premier pas fait, la musique de Hypernuit commence à nous livrer ses secrets.

On se laissera prendre par cette curieuse vengeance de "celui qui buvait le lait à même le pis", par la ballade un rien jazzy de "Ta peau", ou par l'étrange personnage de "Vertige horizontal", ballade douce-amère parfaite pour attaquer l'hiver, tout comme ce superbe duo masculin / féminin sur "La chaleur" avec Ann Guillaume. On pourrait en dire long sur chaque chanson de ce disque tant elles nous entraînent chacune dans un univers singulier et onirique.

Hypernuit est un disque que l'on aurait tort de prendre comme un disque prétentieux de simple variété. Il faut au contraire y chercher douceur et poésie, simplicité et vague à l'âme auquel on a envie de se laisser aller à l'écoute, répétée, de ces 11 belles chansons, certes françaises mais avant tout faites d'un bois de guitare comme on en fait peu, dans une langue simplement mais joliment maniée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Bertrand Belin
La chronique de l'album La perdue de Bertrand Belin
La chronique de l'album Cap Waller de Bertrand Belin
La chronique de l'album Persona de Bertrand Belin
Bertrand Belin en concert au Studio Acousti (Showcase) (15 février 2005)
Bertrand Belin en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Bertrand Belin en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Bertrand Belin en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
Bertrand Belin en concert à Colisée (7 mars 2013)
Bertrand Belin en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
L'interview de Bertrand Belin (samedi 9 mars 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Bertrand Belin
Le Myspace de Bertrand Belin


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Belin (5 octobre 2010)
Bertrand Belin (1 octobre 2009)


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=