Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Black Angels
Phosphene Dream  (Blue Horizon Ventures)  septembre 2010

Les Black Angels continuent leur exploration d'un rock psychédélique revenu de l'âge d'or du rock. Mais pour Phosphene Dreams, leur troisième album, ils ont appris à s'éloigner du chamanisme morrisonien qui avait fait leur succès pour reconsidérer toute l'étendue de leurs influences.

Un rien moins de reverb, si ce n'est dans la voix, des tournures moins fascinées par leur propre caractère systématiquement hypnotique, plus de variété dans les sonorités, des compositions moins linéaires, plus imprévisibles... à côté du Velvet Undergound et des 13th Floor Elevators, on parviendra à entendre également Jefferson Aiplane, le Grateful Dead et tout ce que les compilations Nuggets avait su exhumer de pépites de pop-rock-psychédélique. Les compositions s'ouvrent également aux réminiscences du Pink Floyd psychédélique (du Piper at the Gates of Dawn jusqu'à Ummagumma, disons), des Electric Prunes lorsqu'ils se laissaient inspirer par les chants grégoriens. Jusqu'à un détour, peut-être ironique, au surf-rock ("Telephone" rappellera ainsi les Doors de "I looked at you" ; et le titre même d'ouverture, "Bad Vibrations", peut-il ne pas être une allusion au "Good Vibrations" des Beach Boys ? Cette allusion, pour le titre certainement le moins léger de l'album, d'une épaisseur à faire passer Iron Butterfly pour une baudruche pachyderme, peut-elle n'être pas délibérée ?).

Ces influences nombreuses et totalement assumées pourraient bien décevoir ceux qui n'aimaient les Black Angels que pour leurs obscurités ; mais elles raviront ceux qui sont prêts à les suivre dans des directions aux lueurs plus ambivalentes. Car il n'y a aucun doute : les anges noirs ont enrichi leur musique en apprenant à sourire. Et c'est un sentiment troublant que de les voir ainsi, en clair-obscur, le visage fendu de cette façon de sourire un peu figée que seuls arborent naturellement les masques. Loin de s'arrêter à l'exercice de style, certainement gratuit, d'un album-hommage récitant ses influences, Phosphene Dreams sait les remettre au jeu d'une véritable créativité artistique à la personnalité marquée. Que se rassurent ceux qui aiment être inquiétés : si l'album est plus lumineux, ces lueurs pourraient bien être trompeuses, véritables rêves de phosphene – c'est-à-dire, au final, de simples illusions d'optiques. Du rock psychédélique sans la naïveté hippie, en somme.

Aussi concis soit-il (il ne dure pas trente-sept minutes), ce troisième album présente une richesse, une profondeur et un sens des contrastes que n'avaient pas ses prédécesseurs (les excellents Passover, 2006, et Directions to see a ghost, 2008). Il illustre bien une évolution globale de ses auteurs, dont est exemplaire l'assurance nouvelle de la voix d'Alex Maas, qui ose enfin assumer son timbre et ses inflexions en s'affranchissant à la fois de la référence, écrasante, au chant de James Douglas Morrison et de la nécessité de se cacher derrière des flots de reverb ici mieux maîtrisés.

Après deux albums indispensables, à l'identité très forte mais très noire, les Black Angels entament une mutation qui pourrait bien, c'est tout le mal qu'on leur souhaite, les mettre en pleine lumière, juste au devant de la scène. Surtout, ils confirment ce que l'on soupçonnait déjà : leur capacité à réussir là où Anton Newcombe et son Brian Jonestown Massacre peinent à tout à fait nous assurer de la crédibilité du projet : jouer en 2010 un rock psychédélique qui ne sente pas la naphtaline, le pur revival vintage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Black Angels en concert à l'Elysée Montmartre (8 décembre 2008)
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
The Black Angels en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
The Black Angels en concert à L'Aéronef (lundi 7 février 2011)
The Black Angels en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
The Black Angels en concert à L’Aéronef (dimanche 22 septembre 2013)
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de The Black Angels
Le Myspace de The Black Angels


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=