Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cyrano de Bergerac
Théâtre de la Tempête  (Vincennes)  novembre 2010

Comédie dramatique de Edmond Rostand, mise en scène de Gilles Bouillon, avec Christophe Brault, Emmanuelle Wion, Thibault Corrion, Cécile Bouillot, Xavier Guittet, Philippe Lebas, Denis Léger, Léon Napias, Marc Siemiatycki, Louise Belmas , Pauline Bertani, Stephan Blay, Edouard Bonnet, Brice Carrois, Laure Coignard, Richard Pinto et Mikaël Teyssie.

Cyrano de Bergerac, noble désargenté, refusant le compromis autant que la compromission, poète inconnu, voue toute son énergie à sauvegarder son panache. Fou amoureux de sa cousine Roxane, il n'a jamais osé se déclarer à cause d'un physique pour le moins disgracieux. Elle lui apprend qu'elle est amoureuse de Christian, beau camarade de Cyrano, et lui demande de protéger le jeune homme s'ils partent ensemble au combat.

Lorsque Christian avoue à Cyrano son amour pour Roxane, celui-ci, dépité, lui offre la lettre d'amour qu'il avait écrite pour Roxane sans la signer. Bergerac dit à Christian de donner cette lettre à Roxane pour la séduire. Fin lettré, Cyrano devient alors la plume de Christian qui se prend au jeu. Associant à sa beauté l'esprit de son ami, il séduit Roxane.

Ecrit par Edmond Rostand en 1897, "Cyrano de Bergerac" est d'abord joué au théâtre de la Porte Saint Martin qui programmait piécettes et mélos. Le succès massif de la pièce efface alors la subtilité du texte. La mise en scène de Gilles Bouillon au Théâtre de la Tempête la souligne. Il s'attache à donner vie et éclat à tous les personnages, signalant leurs contradictions, leurs grandeurs et faiblesses.

L'intrigue est connue de tous et de toutes et pourtant la salle vibre, s'émeut. On pleure ici et là, on rit de bon cœur. C'est là le grand succès de Gilles Bouillon. Il réussit à faire vivre un texte aussi exigeant que fin à la langue à la fois classique et chatoyante, enlevée et codifiée.

Gilles Bouillon montre l'épaisseur de Roxane, la flamboyance et la beauté de l'indiscipline de Cyrano, l'héroïsme de Christian (Thibaut Corrion vit la métamorphose de ce séducteur futile devenu héros tragique).

Emmanuelle Wion incarne une Roxane toute en relief, en évolution constante. Elle s'offre au personnage, faisant le délice de la salle, suspendue à ses lèvres. De la femme précieuse voire superficielle qu'elle est au premier acte à la douleur profonde en passant par une manipulatrice froide, brillante, inattendue, elle accompagne Roxane.

Cyrano se met en scène en permanence, joue l'héroïsme, s'amuse avec les mots. Entre romantisme et héroïsme, érudition et rébellion, Christophe Brault sert avec finesse un texte exigeant - et abondant, la moitié des répliques lui est dévolue. Il porte avec délice ce personnage-parole qui, ne manquant pourtant pas d'auto-dérision, fustige ceux qui se moquent de lui. Il fait mouche et touche, non sans panache. Il passe avec jouissance du sublime au grotesque, de l'épique au tragique et excelle dans la représentation de cette douleur qui refuse de se départir de sa fierté.

Sur le plateau s'étend un décor de bois clair à la fois sobre et ingénieux conçu par Nathalie Holt. Moderne dans son dépouillement, égayé par des effets de lumière savants, il tranche avec les costumes, somptueux de Marc Anselmi, qui, eux, évoquent l'Ancien Régime. Des pans de mur coulissent pour former tour à tour un théâtre, un jardin. Les changements de lieux accompagnent l'action sans heurts et l'on glisse du théâtre à la rôtisserie et à la scène de guerre sans même s'en apercevoir tant les différences des décors sont lissées par une esthétique commune, forte.

La salle suit la troupe avec bonheur, glissant de l'intimisme de certains dialogues à des scènes collectives où les répliques fusent, les vers s'éclatent et où le rythme s'accélère, s'emballe presque, se maîtrise.

De la séduction raffinée à la farce, de la tragédie de la laideur aux scènes de grande bouffe, des chansons aux alexandrins, pas un temps mort dans ce Cyrano virtuose et baroque avec jubilation de 2h50 sans entracte.

 

Amandine Agic         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=