Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yules - Bjørn Berge
New Morning  (Paris)  samedi 20 novembre 2010

Cette soirée au New Morning commence sous les meilleurs hospices avec une salle comble. Les spectateurs semblent fins prêts à savourer la pause week-end avec la première partie assurer par Yules puis la tête d’affiche, Bjørn Berge !

20h30 passé, entre en scène Yules, duo français fort sympathique, comptant un bassiste et un guitariste/chanteur prêts à nous délivrer un folk très inspiré de l’univers des songwritters américains. Ils viennent nous présenter leur second album intitulé Strike a balance, fraîchement sorti.

Le résultat est sobre, mélodique, d’une appréciable humilité qui se retrouve également dans le comportement des artistes.

Ils ne sont pas sans me rappeler la pudeur et la discrétion d’artistes tels que Neal Casal ou You and You. Les quelques morceaux interprétés dont, un titre dédié à Johnny Cash, nous laissent nostalgiques.

Le public, même s’il paraît conquis, réserve un accueil plutôt timide au binôme qui doit sans doute avoir involontairement transmis une certaine réserve.

Le mini set s’achève alors sur une jolie ballade où l’arpège et les tintements de xylophone sont les maîtres-mots. En d’autres termes, leur prestation est douce, lumineuse et constitue une belle introduction à une soirée captivante.

21h30, apparaît la carrure imposante du chanteur/guitariste iconoclaste, Bjørn Berge. Les trois-quarts de la salle sont venues spécialement pour l’artiste. En effet, tout tend à montrer, avec l’accueil chaleureux qui lui est dédié, que sa notoriété est croissante. Il faut dire qu’à lui seul, ce personnage charismatique dispose de cette faculté incroyable d’occuper l’espace. Je me rappelle que l’an dernier, le norvégien avait cumulé quelques dates au Sunset, club de jazz reconnu mais avec une capacité d’accueil bien inférieure à celle du New Morning.

Cette fois, Mister Berge n’est pas là, comme il le précise à plusieurs reprises, pour faire la promo d’un nouvel album, mais simplement pour le plaisir de partager sa musique. Entre blues, folk, rock et black métal "with blood", le métissage d’influences est parfaitement maîtrisé, et retient l’attention des plus septiques. Il attaque son set avec l’énergie de morceaux comme "Crazy Times" et enchaîne tranquillement avec la légèreté de "These Streets". En fait, il manie parfaitement l’art de souffler le chaud et le froid avec des compositions brutes de forge et d’autres toutes en finesse.

Bjørn Berge va aussi rendre hommage à un maître de la slide en interprétant "Vigilante Man" de Ry Cooder. Alternant toujours entre sa guitare 12 cordes et sa 6 cordes, le guitariste émérite à la voix grave, marque le tempo du pied et parvient à faire à lui seul, le bruit d’un groupe entier. Le guitariste nous offre des riffs diaboliquement rythmés. Ayant compris la valeur ajoutée d’un live par rapport au disque, il emmène ses morceaux loin, très loin. Je suis incapable de dire si la part d’improvisation est grande mais il fait voyager ses morceaux et si parfois, le spectateur perd le fil, il parvient sans difficulté à le remettre sur la voie.

Je ne parlerai pas de son air filou, ni même de ses petites blagues (bien exploitées) qui entrecoupent habituellement ses sets. Cela contribue tout de même à la sympathie du personnage en créant une belle interaction avec le public. Pour en revenir à la musique, j’attribue une mention spéciale au titre qui swing, "One Meat Ball".

Le plaisir de jouer étant sans limites, il ne se fait pas prier longtemps pour les rappels et nous offre un bon bonus avec "Paris", instrumental dédié à notre jolie capitale.

Puis il conclut avec nonchalance par un medley allant de "Black Jesus" à "Zebra" de John Butler Trio, en passant par la reprise efficace de "Buena", titre du groupe Morphine. Les spectateurs médusés se lèvent pour saluer l’artiste qui n’a pas oublié de venir avec son enthousiasme et son talent. Ce fou furieux de la musique sait mettre le public dans sa poche et c’est tant mieux !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Strike a balance de Yules
La chronique de l'album A Thousand Voices de Yules
L'interview de Yules (mardi 24 mai 2016)
La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge en concert à L'Européen (31 mars 2008)
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Bjørn Berge
Le Myspace de Bjørn Berge
Le site officiel de Yules
Le Soundcloud de Yules
Le Facebook de Yules

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Sarah Defaye         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Yules (live au Walrus) (7 novembre 2021)
Yules (24 mai 2016)
Yules (16 novembre 2010)
Bjorn Berge (13 octobre 2011)
Bjorn Berge (16 novembre 2009)
Bjorn Berge (27 février 2008)


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corps" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=