Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Charles Ardillon
Interview  (Paris)  juin 2004

Charles Ardillon, que nous avions vu et rencontré à l'occasion des excellents spectacles des Monty Python Flying Circus, a délaissé l'humour du non sens légendaire des Monty Python pour l'humour tendre de Christophe Rouzaud auteur de "On n'avait pas dit 9 heures?" à l'affiche du Théâtre du Splendid.

Une nouvelle actualité donc une bonne raison de bavarder de nouveau avec ce comédien aimable et séduisant.

Nous vous avions quitté sur les Monty Python Flying Circus. Les projets de reprise tant en France qu’à l’étranger sont pour le moment en stand-by mais nous vous retrouvons au Théâtre du Splendid dans la comédie écrite et mise en scène par Christophe Rouzaud "On n’avait pas dit 9 heures ?". Comment avez-vous été amené à participer à la distribution de cette pièce ?

Charles Ardillon : C’est grâce à Chrystelle Labaude, l’assistante à la mise en scène de Christophe Rouzaud. Chrystelle avait joué dans les Monologues du vagin au Festival d’Avignon produit par Rémy Renoux et était venue voir le spectacle des Monty Python Flying Circus également produit par Rémy Renoux. Et elle m’a fait signe en m’indiquant qu’il y avait une audition pour le rôle de Jean Marc. J’étais en Normandie dans les parcs à huitres. Elle m’appelle un mercredi soir pour le vendredi midi. J’y suis allé. Il y avait cinq-six autres comédiens et Christophe a fait son choix.

Vous changez de format (une pièce linéaire au lieu de sketches) mais également de genre (de l’absurde à la comédie plus classique). Comme diraient les Monty, c’est quelque chose de complètement différent. Où vont vos préférences ?

Charles Ardillon : Aux deux. Je m’éclate dans ce qu’on me donne. Je suis preneur. Pour cette pièce, la partition est bonne et j’avais une vision du personnage. Donc c’est parfait.

Ce rôle est très riche pour un comédien puisqu’il permet d’explorer plusieurs registres de la comédie à l’émotion, du rire à la colère et cela avec un rythme très soutenu Parlez nous un peu de votre personnage.

Charles Ardillon : Il s’agit en effet d’un personnage plein de nuances et plein de couleurs. Quant au rythme, j’en avais déjà une bonne expérience avec les Monty. Jean Marc est un gentil lourdaud. On en connaît tous des Jean Marc. Il est sympa et touchant et j’ai fait mon possible pour l’humaniser au maximum sans le condamner. On commence par son côté fou-fou et puis l’alcool aidant …

Jean Marc aime la dive bouteille. Buvez-vous du vrai vin sur scène ? Si oui est-ce un bon cru?

Charles Ardillon : Heureusement que non. Car je bois en une soirée deux flutes et demi de champagne, un litre et demi de vin et un ballon de calva.

Et voici une question existentielle. Cela ne vous dérange pas de jouer un Jean Marc ?

Charles Ardillon : Non pas du tout. Au contraire. Pourquoi ? (sourire)

Dans la pièce de Ged Marlon "Un simple froncement de sourcil" Luis Rego est un comédien qui doit interpréter un Claude. Et subitement il est envahi par le doute métaphysique de l’acteur : Moi, jouer un Claude ? Je ne peux pas. Je n’ai jamais joué un Claude. Je ne sais pas comme on joue un Claude.

Charles Ardillon : Plus jeune j’ai dû être un peu un Jean Marc par certains côtés. Par exemple me faire larguer parce que je ne me rendais pas compte de ma lourdeur. Et puis j’en ai connu des Jean Marc. D’ailleurs tout le monde a rencontré des Jean Marc dans les soirées.

C’est le Jean Marc qui pourrit la soirée mais ce n’est pas le plus méchant.

Charles Ardillon : Exactement. Et puis je joue l’ambiguité pour faire croire à une liaison avec Tiffany, l’épouse de l’agent immobilier.

Avez-vous apporté de vous-même dans le personnage ?

Charles Ardillon : J’essaie d’apporter beaucoup au personnage. J’espère que c’est plaisant pour le spectateur.

Nous avons assisté au spectacle au tout début des représentations mais nous avons eu le sentiment que l’équipe était très soudée et professionnelle. Comment s’est passé le travail en amont ?

Charles Ardillon : L’équipe est formidable. Ce sont des acteurs chevronnés qui ont du métier. De plus, et j’insiste, le metteur en scène savait ce qu’il voulait. Bien sûr nous pouvions faire des propositions. Au début, il a fallu que je m’intègre au groupe parce que les quatre autres comédiens forment une famille car ils ont beaucoup travaillé ensemble. Nous avons eu un mois de répétitions très cadrées.

Le spectacle est donc très cadré et peu propice à l’improvisation ?

Charles Ardillon : Non, non. On ne peut pas improviser. Bien sûr il peut arriver des choses inattendues. Par exemple, il y a deux jours, je me suis étouffé en mangeant. Car manger en parlant, en buvant et en étant attentif aux dialogues c’est une réelle prise de tête. Il faut presque calculer les bouchées ! Et bien les autres comédiens ont en quelque sorte improvisé en rajoutant quelques répliques pour que je puisse reprendre mon souffle et cela de manière à ce que cela ne casse pas le rythme.

Mais cela ne va pas au delà. D’autant que Christophe Rouzaud qui est l’auteur de la pièce et le metteur en scène joue dans la pièce. Et c’est un véritable mirador. Rien ne lui échappe. Le lendemain, il nous donne des indications sur la représentation de la veille. Surtout la première semaine. Maintenant il se lâche un peu. Et puis son personnage lui permet de rester vigilant. Car ce n’est pas anodin s’il a pris le rôle de Steph.

Il s’agit bien évidemment d’une comédie pour que les spectateurs s’amusent mais l’auteur l’a truffé de répliques très cinglantes dans lesquelles tout à chacun peut s’y retrouver. Comment est l’accueil du public ?

Charles Ardillon : Le public marche. Parce que comme disait Gabin il y a une histoire, une bonne histoire et une bonne histoire. Et il y a une intrigue. Et puis chacun peut se retrouver dans les personnages.

Il s’agit d’une programmation d’été, la pièce démarrant en fin de saison théâtrale, qui devrait normalement s’achever avant la rentrée. Y a-t-il de possibilités de prolongation ?

Charles Ardillon : Normalement c’est jusqu’à fin août et plus si affinités. Le public d’été est un public très dur contrairement à ce que l’on pourrait croire. Et le public est exigeant car il est lassé de voir tout et n’importe quoi. Donc si ça marche bien on aura un spectacle clés en main pour la rentrée.

N’est-ce pas un peu frustrant pour un comédien de s’investir dans un spectacle à durée limitée ?

Charles Ardillon : Ce n’est pas grave. On travaille aussi pour soi. L’acteur est instrument. Il a le droit de faire ses gammes, de se planter, de réussir et de changer d’orchestre. Je m’investis toujours à fond dans un spectacle.

Quelle impression cela fait de jouer dans le Théâtre du Splendid qui est devenu un lieu un peu mythique ?

Charles Ardillon : Pour moi c’est…dément. Je serais passé par là.

Y jouer implique t il un esprit différent par rapport à un autre théâtre ?

Charles Ardillon : Je pense. Surtout dans le choix des pièces. Les deux directeurs Bruno Moynot et Christian Spillemaecker sont exigents.

Y a-t-il un lien de parenté entre les personnages de cette pièce et ceux des Bronzés ?

Charles Ardillon : Ils sont peut être allés dans le même club mais ils sont différents.

Comment la pièce est-elle perçue par les professionnels ?

Charles Ardillon : Les professionnels en parlent. Il y a un bon bouche à oreille. Mais c’est encore un peu tôt. La presse se déplace au compte goutte.

On n’avait pas dit 9 heures ? c’est votre actualité. Avez-vous d’autres projets dont nous pouvons parler ?

Charles Ardillon : Mon actualité c’est cette pièce et je veux qu’elle dure parce qu’elle a un public. J’ai fait des guests pour la télé et je vais apparaître dans un film "Dans la tête du tueur : sur les traces de Francis Heaulme" réalisé par Claude Michel Rome. Cela sortira l’année prochaine.

Aimez-vous les biscottes ? (*)

Charles Ardillon : J’adore !

 

(*) question fil rouge en rapport direct avec son actualité...à vous de jouer !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique sur "On avait pas dit 9 neuf heures ?"
L'interview de Christophe Rouzaud
L'interview de Karina Marimon et Nathalie Krebs
L'interview de Xavier Letourneur

La précédente Interview de Charles Ardillon
La chronique des Monty Pyhton Flying Circus 1
La chronique des Monty Python Flying Circus 2



MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=