Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Suede - The Tatianas
Elysée Montmartre  (Paris)  dimanche 28 novembre 2010

Suede revenait à Paris après huit ans d'absence. C'était la deuxième date, après Barcelone, de leur tournée "Europe is our playground", du nom d'une des faces B du single "Trash". Ce passage à l'Elysée Montmartre devant 1.200 personnes, une salle à taille humaine, leur permettait de bien roder leur tournée pour la terminer à l'O2 Arena de Londres, une salle plus grande que Bercy.

Mais avant d'applaudir Brett Anderson et sa bande, The Tatianas ouvraient la soirée. Le groupe parisien, formé en 2005 et qui s’apprête à sortir un premier album a reçu un accueil poli à défaut d'être chaleureux. Les extraits de conversation qui suivent sont authentiques. Renaud (après avoir consulté son smartphone) : "C'est un groupe français"; Benoît : "Ça n'excuse pas". Laurent (arrivé en retard) : "C'est qui ?"; Benoît : "Les Tatianas"; Laurent : "Tatianas, ça s'écrit en deux mots ?". Qu'avait donc fait ce jeune groupe pour mériter autant de lazzis et de quolibets? Pas grand-chose, justement. Pour décrire rapidement ce groupe qui ne semble pas avoir laissé un souvenir impérissable à qui que ce soit, on a affaire à un OGM entre les BB Brune et les Libertines. Mêmes coupes de cheveux, même look un peu rock'n'roll avec petits blousons en cuir inclus. Pour être honnête, le groupe était carré, ça tenait la route, mais l'absence d'originalité et de charisme faisait que, malgré l'énergie déployée, il n'éveillait aucune curiosité.

Comment allait donc se dérouler ce concert de Suede ? Était-ce une reformation juste pour remplir le tiroir-caisse ? Les membres s'entendaient-ils encore, ou donneraient-ils l'impression de se ficher d'être sur scène ? Brett Anderson, qui a sorti trois albums intimistes, pour ne pas dire dépressifs, allait-il avoir l'énergie qu'on lui connaissait jadis avec Suede ? Allait-il être en pleine forme, lui qu'on avait, à sa grande époque, vu assurer des concerts alors qu'il était presque aphone, ou assis parce qu'il avait une jambe dans le plâtre ?

Le groupe entre en scène. Déjà le line-up est le même que sur la période 1996/2001 avec, bien sûr, Mat Osman à la basse et Simon Gilbert à la batterie. A la guitare, Richard Oakes, qui avait rejoint le groupe après le départ de Bernard Butler après l'enregistrement du second album, Dog man star. Aux claviers et la guitare sèche, on retrouve Neil Coding qui avait quant à lui quitté le groupe en 2001, pour être remplacé par Alex Lee.

Si Brett a l'air en forme, quoique maigre dans son petit blouson noir serré, Richard Oakes a, quant à lui, dû boire quelques pintes de bière ces dernières années. Mais dès le début du concert, on est rassuré. Le set démarre avec un "Hollywood Life" nerveux. Le son est métallique, mais s'améliorera rapidement. La guitare est conforme au morceau studio, composé et interprété par Butler. Et surtout la voix de Brett Anderson est toujours aussi bonne.

Sans perdre une seconde entre les morceaux, le groupe enchaîne avec "She". La version de "Trash" qui suit est haut de gamme. Le public chante. Brett interpelle les premiers rangs. Même Mat Osman, pourtant habituellement très effacé, vient sur le devant de la scène et bouge. Les morceaux s'enchaînent sans temps mort, une pléiade de tubes : "Filmstar" puis "Animal nitrate". Enfin Brett salue le public, dans un français approximatif certes, mais en français quand même. Le rythme se calme un peu avec "Pantomine horse", mais repart de plus belle avec "The drowners". Cette parenthèse des premiers enregistrements du groupe se termine avec "Killing of a flash boy", face B du single "We are the pigs".

Avec "I can't get enough", le groupe revient dans la période des compositions de Richard Oakes. "Everything will flow" est un peu faible par rapport à ce que le groupe a interprété auparavant, mais a le mérite de ralentir le rythme. Le public bat la mesure, Brett Anderson descend entre la scène et les premiers rangs pour toucher les mains qui se tendent vers lui. Puis il termine une belle version de "By the sea" en français provoquant le rire du public définitivement conquis. Puis de nouveau, Suede interprète de très anciens morceaux "So young", et un "Metal Mickey" qui rend le public complètement hystérique ("Oh dad, she's driving me mad! Come see..."). Neil Coding prend la guitare sèche pour un morceau plus doux : "The wild ones". Ensuite "New Generation" puis "Beautiful Ones" clôtureront ce set particulièrement énergique.

Au retour, tous ont l'air content de cet accueil. Richard Oakes s'arrête même pour applaudir le public avant de reprendre sa guitare. En rappel, durant "Saturday night", Brett Anderson chantera en se penchant à nouveau vers le public des premiers rangs qui veulent, hommes et femmes, le toucher. Puis il adressera dans le micro un "Merci, mes amis. Au revoir" avant de quitter la scène.

Ces retrouvailles ont donc été réussies, et l'ambiance était chaude, même si Brett ne nous a pas effectué ses fameux grands moulinets de micro. A 43 ans, Brett Anderson reste donc un sex symbol. Peu après le concert, Jacqueline, sur son facebook, écrivait "Brett Anderson, le plus sexy des vieux". On lui pardonnera puisqu'elle n'avait pas 8 ans au début de l'année 1993, lorsque Suede avec Bernard Butler donnait son premier concert hors des frontières du Royaume-Uni, en France, à Paris, une Black Session à la Maison de la Radio.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Best Of Volume 1 des Rois de la Suède
La chronique de l'album Néon Futur des Rois de la Suède
La chronique de l'album Présentation de Night Thoughts de Suede
La chronique de l'album Punk Rock Academy des Rois de la Suède
Suede en concert au Bataclan (18 novembre 2002)
Suede en concert à La Maroquinerie (vendredi 5 février 2010)
Suede en concert au Café de la Danse (vendredi 3 décembre 2010)
Suede en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
L'interview des Rois de la Suède (24 novembre 2010)
La chronique de l'album eponyme de Brett Anderson
Brett Anderson en concert au Nouveau Casino (26 avril 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Suede
Le Myspace de The Tatianas


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Les Rois de la Suède (24 novembre 2010)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=