Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Embrassons nous Folleville
Théâtre du Tambour Royal  (Paris)  juin 2004

Comédie d'Eugène Labiche mise en scène par Stéphane Bouby avec Stéphane Bouby, Pascal Daubias, Anne-France Mayon, Anthony Perrat et Christophe Santer (Christian Termis en alternance).

Embrassons nous Folleville est une pièce de jeunesse du très prolifique maître du vaudeville, Eugène Labiche, genre qui selon sa propre définition était "l’art d’être bête avec des couplets".

De son vivant déjà, "adonné presque exclusivement à l’étude du bourgeois, du philistin, cet animal [qui] offre des ressources sans nombre à qui sait le voir, il est inépuisable. C’est une perle de bêtise qu’on peut monter de toutes les façons", sa notoriété était établie et ses répliques sont passées dans le langage courant. Ainsi en est-il d’ailleurs de la réplique "Embrassons-nous Folleville !" et le discours de réponse à son discours d’entrée à l’Académie française est édifiant à cet égard (*).

L’argument est simple voire simplissime : le bouillonnant marquis de Manicamp a organisé le mariage de sa fougueuse fille Berthe avec le fâlot chevalier de Folleville, qui lui a sauvé la face lors d’un incident de chasse au canard. Mais celui-ci est déjà engagé et c’est sans compter avec la rencontre énergique de Berthe et du bellâtre vicomte de Chatenay.

Cette pièce a connu un succès constant qui ne rend pas si facile que cela les nouvelles adaptations. Au théâtre du Tambour Royal, lieu superbe qui rappelle les théâtres populaires du siècle passé, Stéphane Bouby s'y est attaqué avec réussite et fidélité, par exemple en conservant les parties chantées sur des compositions interprétées live par l’auteur compositeur Jean Michel Voiront et les comédiens, non dénuée cependant de modernisme, parsemant sa mise en scène de petites trouvailles (les trois coups, depuis longtemps abandonnés, frappés par la balayette du valet me ravissent) qui renouent avec la comédie populaire tout en flirtant avec la commédia dell’arte.

Sur scène, une distribution talentueuse et ébouriffante qui nous prend par la main dès les premières répliques pour nous emmener sur les chemins du rire et de la bonne humeur.

Pascal Daubias campe avec aisance un père truculent qui virevolte sur la scène, toute émotion lui faisant perler une larme sous ses longs cils (sic !) face à Anne-France Mayon qui manifeste un tempérament et un talent tout à fait singuliers et qui est tout simplement irrésistible.

Du côté des prétendants, le fameux Folleville qui croule sous les embrassades est interprété tout en finesse et délicatesse par Christophe Santer et c’est Anthony Perrat qui endosse avec un sens avéré du comique la mèche rebelle et l’épée encombrante du vicomte.

Un spectacle complet à côté duquel il convient de ne pas passer !


 

(*) "On peut mettre du Labiche en bouteille et en expédier aux malades et aux mélancoliques ; c’est plus souverain que toutes les eaux. …

C’est qu’au fond votre théâtre est plus sérieux qu’il n’en a l’air, et vous-même vous êtes plus grave que vous ne le dites. Oh ! vous n’avez pas de prétention et l’idéal; mais la vie ordinaire en manque, et c’est elle que vous montrez. La correction de votre langue n’est pas toujours irréprochable, mais le mot est toujours clair. Je ne veux pas dire qu’il soit cru. Celui-là, vous l’avez bien au bout de la plume, au bout des lèvres, mais vous ne le laissez pas partir.

Votre comédie est peut-être légère, même leste; mais il y a quelque chose qui l’empêche d’être immorale : elle n’est pas sentimentale. Les malheurs domestiques que vous mettez en scène sont des malheurs pour rire ; ils se passent dans un monde qui ne se prend pas au sérieux et dont on peut dire : Il faut que jeunesse se passe. Ce monde si drôle ne croit pas faire des crimes en faisant des farces, et à travers toutes ces inventions irrésistiblement comiques circule un bon courant d’air qui n’y laisse rien de malsain. "

L'interview de la troupe


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=