Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Martina Topley Bird - Dj Mush
Le Fil  (Saint-Etienne)  samedi 11 décembre 2010

Voyez-vous, braves gens, regardez par là, juste derrière-vous, oui, exactement là. Vous voyez la montagne là-bas ? Oui, celle qui a le bout du nez tout blanc. Dirigez-vous vers elle, tout droit, traversez la forêt des loups, puis le brouillard maléfique, puis les lacets diaboliques et vous arriverez tout pile dans mon jardin. Asseyez-vous dans le transat à rayures (pas celui à carreaux, c’est celui de mon voisin, il n’est pas commode… le voisin, pas le transat).

Bref, de cet ersatz de fauteuil, vous verrez le côté pile de la montagne, du côté où je me suis demandée pendant de longues années ce qui pouvait bien y avoir de l’autre côté (votre côté face). Ma théorie la plus plausible penchait vers des lépreuchauns, des petits êtres insaisissables qui galopaient dans tous les sens. Mais j’avais complètement faux, c’est moi qui suis du côté des petites personnes. De votre côté se trouve un endroit magique où se produisent certains soirs des phénomènes quasi-paranormaux. Le Fil…

Bon, c’est sûr qu’il lui fallait du courage dans les deux mains à DJ Mush-de-la-première-partie. Un homme aux mains de pick-pocket, avec des doigts d’araignée qui bipent par-ci, qui truc par-là, qui découpent, qui assemblent, qui mélangent des petits bouts de sons de partout, avec un grand bidule tout plein de boutons qui tournent, qui s’enfoncent, qui s’éclairent sur la table de mixage format tableau de bord d’A320.

Parce qu’il n’avait pas tellement l’attention du monde, la mienne non plus, j’avoue, mais ce fond de boite à rythme me fait penser à ma machine à laver en mode essorage 1200 tours, ça fait vibrer le sol et ça me donne envie de changer de pièce… mais il s’en fout, il continue, et termine enfin, avis aux amateurs, il a des fans dans la salle. Des connaisseurs qui ont tout de suite repéré la nécessaire introduction en forme de rétrospective de la scène trip-hop anglaise…

C’était le prélude pendant lequel ma raison s’est envolée. Je planais donc déjà à dix mille pieds quand j’ai cru voir un taliban sur la scène, non, c’était plutôt un membre du FLNC (si, le gang introuvable que la presse interview tous les matins)… pas le temps de réfléchir, voilà des talons roses Barbie qui arrivent.

Premières notes, je reviens vite dans mes chaussettes, c’est Martina Topley Bird et son Ninja muet. Introduite par "ninja", elle nous salue sobrement, traverse la scène en souriant, faisant froufrouter son mini tutu rose bonbon, s’assied sagement derrière son clavier, ajuste son boa en plumes de corbeau et c’est parti.

Je me perds en superlatifs pour décrire le phénomène. Sa voix est simplement exceptionnelle, grave, douce, profonde, et à la fois fragile, puissante et émouvante. Son style trip-hop, c’est un tutu rose, un regard paillettes et des plumes de corbeau. Sur une base hip-hop, des airs de soul, du jazz, de la pop, du rock, des berceuses et des chants de Noël, une sublime reprise des Stranglers. Du kiss kiss, au Da da da avec le public, en passant par du capella, elle sait tout faire.

Elle file au fond et revient avec un auto-radio volé, il y a encore les câbles qui pendouillent ! En fait, c’est ça son défaut, elle n’a qu’une seule bouche, donc elle est obligée d’utiliser un sampler pour enregistrer ses mélodies sur des tons différents. Les passer en boucle, comme s'il y avait plusieurs Martina Topley Bird, magique.

Des échanges amicaux avec le public, en français s’il vous plaît, elle trouve même "cool" les gens qui ne la connaissaient pas. Elle fait même une petite pause pour nous écrire une chanson vite fait bien fait, et reviendra une seule fois, pour une reprise de "Marlène" de Noir Désir, et un aperçu du tout de tout, hop guitare, hop clavier, hop micro, trois petits tours et puis s’en va.

Oui, elle sait tout faire, une resplendissante diva du trip-hop britannique, classe et flamboyante, c’est paranormal ça, non ? Restent les étoiles dans les yeux, des bulles qui font plop-plop à chaque battement de cœur, je devais être la seule à ne pas connaître dans la salle… Qu’est-ce que je foutais avant ? Elle a commencé dans les années 90 avec Tricky ... Et Massive Attack… Et bien, euuuhh, j’avais piscine ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Blue God de Martina Topley Bird
Martina Topley Bird en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Martina Topley Bird en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Martina Topley Bird
Le Myspace de Martina Topley Bird
Le Myspace de DJ Mush

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=