Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Apostille au Crépuscule : pour une psychanalyse non freudienne
Michel Onfray  (Editions Grasset)  novembre 2010

L’émoi suscité par son Crépuscule d’une idole retombe à peine que Michel Onfray retourne à l’assaut de Freud. Disons plutôt qu’il se met en position de répondre aux attaques qu’il a dû lui-même subir en retour de son texte. Il est vrai que la réception de l’ouvrage par le grand public fut étonnante, et méritait peut-être une mise au point de son auteur. Ne parlons pas des psychanalystes qui se sentirent attaqués dans leur exercice même (et à raison, même si Michel Onfray s’en défend) et ont adopté une attitude défensive "mordante". Onfray propose une mise au point qui touchera sans doute plus les lecteurs qui étaient intéressés par sa démarche avec la contre histoire de la philosophie, son travail à l’université populaire de Caen, son traité d’athéologie… mais qui ne l’ont pas suivi dans son travail de briseur d’idole dès lors qu’il touchait le maître de la psychanalyse. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’en rencontrer de ces "déçus d’Onfray" qui, alors même qu’ils n’avaient pas jeté le moindre coup d’œil sur le texte, étaient convaincus que cette fois-ci leur philosophe préféré était allé trop loin. Attitude étonnante qui montre combien le personnage de Freud a pris, chez beaucoup, le statut de véritable icône, justifiant ainsi le titre du livre incriminé. Ce livre a déchaîné les passions, tant celles des zélés défenseurs de Freud, que celles des adversaires de la psychanalyse qui avaient enfin les moyens de démasquer le sens profond du jargon freudien.

Ce nouvel ouvrage a-t-il un sens, ou tout avait-il été dit ? Le Crépuscule d’une idole représentait dans son essentiel un travail de démystification du freudisme. Cette caractéristique a été suffisamment dénoncée et reprochée à Onfray : que mettre à la place de la psychanalyse une fois qu’on l’a détruite ? Argument étrange puisqu’il sous entend que l’on pourrait se contenter d’une fabulation pour peu qu’elle soit porteuse d’un ordonnancement du monde dont on doit se satisfaire faute de mieux. Onfray présente dans ce second volume les prémisses d’une psychanalyse non freudienne. Au menu, réhabilitation des figures psychanalytiques évincées par Freud : Breuer (inventeur du terme psycho-analyse), qui fut injustement mis de côté et même décrédibilisé par ce dernier, Reich dont les préoccupations de thérapeute ne se cantonnaient pas au cabinet de consultation, mais embrassaient une véritable conscience sociale. Reconsidération, également du rôle de certains philosophes dans ce que pourrait être un nouveau modèle thérapeutique : celui d’une psychanalyse existentielle. Antiphon, six siècles avant notre ère, proposait déjà une thérapie fondée sur l’analyse des rêves et est la preuve, s’il en fallait, que Freud ne doit pas être considéré comme une exception dans l’histoire des idées. Lucrèce et son modèle d’une âme corporelle sont réinvestis suivant le modèle de la thérapeutique épicurienne chère à Onfray. La figure de Sartre et de son existentialisme, est également convoquée : la recherche du projet originaire qui anime chacune de nos modalités d’être au monde et qui n’est pas immédiatement consciente peut être l’objectif d’une thérapeutique.

Plusieurs pistes sont proposées. Malheureusement elles ne sont qu’esquissées alors qu’elles mériteraient un approfondissement conséquent. Au lieu de quoi, il faut reconnaître que la plus grande partie de ce texte reproduit les griefs déjà formulés dans le premier livre pour justifier, sans doute, la probité intellectuelle d’Onfray. Mais la répétition n’est pas un motif d’explication, elle peut même la desservir. En enlevant cette fois-ci le contexte d’analyse des résonances entre les extraits de lettres, anecdotes diverses et la pensée freudienne, Onfray fait tomber son travail dans un simple catalogue de petites histoires qui nous montrent à quel point Freud n’était pas un homme recommandable. Ceux qui ne l’avaient pas sentis dans le premier texte n’en seront sans doute pas plus convaincus par celui-ci, quant aux autres, ils se contenteront de la lecture d’un reader digest qui brise ce qui faisait l’homogénéité du premier opus. Ma conviction est que ceux qui ont lu le Crépuscule d’une idole attentivement ne tireront pas grand bénéfice de cette apostille. Quant aux autres, effrayés peut-être par son volume et par le temps nécessaire à sa lecture, ils passeront à côté de l’essence du premier ouvrage : une analyse nietzschéenne des concepts freudiens ; un premier essai de psychanalyse existentielle de Freud présenté à celui qui aura su le repérer. La différence peut paraître ténue, c’est pourtant elle qui faisait toute l’originalité du travail d’Onfray.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Une histoire de France - Tome 1 - La dalle rouge"
La chronique de "Rendre la raison populaire"
La chronique de "Abrégé hédoniste"
La chronique de "La construction du surhomme : contre-histoire de la philosophie"
La chronique de "Le crépuscule d'une idole : l'affabulation freudienne"
La chronique de "L'art de jouir"

En savoir plus :
Le site officiel de Michel Onfray


Philippe Gauthier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=