Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Poney Express
Interview  (Par mail)  décembre 2010

Nous avions rencontré les Poney Express pour une Froggy's Session mémorable et électrique pour saluer comme il se doit la sortie de leur deuxième album Palladium, les revoici pour une interview, par email, auquel répond Anna Berthe, chanteuse et guitariste de la bande.

On vous retrouve deux ans après votre premier album, avec une nouvelle formation. Expliquez-nous comment ces rencontres se sont produites et l’intégration des nouvelles recrues à votre projet.

Avec Gé le batteur on se connait depuis longtemps. Robin et moi avons joué avec lui avant Poney puis il a intégré la tournée du premier album et les choses se passaient très bien, du coup il nous paraissait évident de continuer ensemble, c'était très naturel. Pendant quelques mois, on a composé à 3 puis on a ressenti le besoin de s'entourer d'un quatrième larron : on  voulait un clavier et mais surtout on voulait construire un vrai groupe. Après quelques semaines on a rencontré Michael via notre ami Fifi. Les choses se sont passées très simplement et dès les premières répèts à 4, on s'est mis à composer.

Du coup, le clavier de Michael Garçon change pas mal la couleur de vos titres, leur donne une ambiance plus vaporeuse, ce qui change pas mal de choses à la structure des titres. Comment cela a modifié votre façon de travailler et de composer ?

La rencontre avec Michael a bien évidemment tout changé. On a découvert de nouveaux sons, de nouvelles harmonies, et avec lui on apprend beaucoup sur la musique. L'autre nouveauté, c'était aussi la compo avec Gé. Tous les groupes ne peuvent pas composer avec leur batteur !

Gérard : Pour les batteurs l'équation reste toujours délicate concernant l'implication dans la composition avec un groupe , pour ma part dans l'instant créatif  je ne me positionne jamais  comme le batteur.

Palladium a-t-il été écrit à 8 mains ou est-ce le duo Anna/Robin qui a soumis la plupart des compos ?

L'album a entièrement été composé à 4. On a mis 6 mois à composer les morceaux, on se retrouvait tous les 4 dans notre petit local, et on partait de zéro.

Musicalement, vous avez pris un virage plus rock, plus new/cold wave, qu’est-ce qui vous a conduit jusqu’ici ? David, qui a chroniqué l’album, trouve que "Brest" est un clin d’oeil appuyé à Joy Division, pourtant musicalement, la jonction ne semblait pas évidente au premier abord.

Brest, c'est plein de choses, et d'ailleurs - dans le texte - c'est plutôt un clin d'oeil aux Zombies... La jonction est facile si tu sais suivre tes envies. 

On ressent aussi une nette couleur "psyché" très sixties, surf music même parfois dans le son et le jeu de guitare. Est-ce une couleur qui s’est développée sur la composition de l’album ?

Tout cela n'a pas été théorisé, on a juste essayé de se laisser aller et de ne rien s'interdire. Pour le côté surf, on a la chance d'avoir un batteur qui a bien roulé sa bosse de ce côté là, c'est bien en lui. On a beaucoup de choses en commun tous les 4 mais dans plusieurs morceaux on peut retrouver les spécificités de chacun. Du coup, tu peux tout trouver : de la pop, de la new wave, du grunge, de la chanson, du psyché… Tout cela bien digéré.

Où s’est fait l’enregistrement de l’album et dans quelles conditions ?

On est allé au studio Véga à Carpentras... Une bâtisse perdue dans les vignes, un endroit vraiment génial avec, d'un côté, la maison et de l'autre, le studio. Une ambiance roots et familiale qui nous convenait bien. Et du super matos : une console EMI mythique, des vieux mics... C'est assez simple, on avait beaucoup travaillé en amont, les morceaux sont tous pris en live, du coup tout est allé assez vite et au bout de 5 jours, le gros de l'album était dans la boite.

La production est particulièrement léchée, comment s’est fait le choix de Martin Rushent à la production et Craig Silvey au son ?

C'est drôle, beaucoup de gens nous disent que la prod est "léchée" mais moi je ne dirais pas vraiment ça. En studio, tout était très brut, très live et très vivant. Au mix, Craig s'est vraiment amusé et a pris pas mal de risques, pas vraiment consensuels : des reverbs profondes, la voix en-dedans. Du coup, je dirais que la prod est au contraire très instinctive. Pour ce qui est du choix de Martin, c'était une proposition de la maison de disque et ça nous plaisait bien de travailler avec un vieux briscard anglais. Son CV (les premiers albums de Stranglers, Buzzcocks, Téléphone…) ne nous faisait pas vraiment espérer une dextérité derrière la console mais plutôt un esprit de gestion une peu folle du live et des musiciens. Une sorte de chaman, perché du soir au matin. Pour ça, ça a très bien marché ! Bon, en revanche le mix, c'était pas son truc, du coup on a dégoté Craig à Londres. Là, le choix s'est exclusivement fait par rapport au son : il a mixé et enregistré le dernier album de "The Horrors", et le son de cet album nous a beaucoup marqué : énormément de prise de risque, beaucoup de rebrousse-poil et surtout pas de concessions.

A votre avis, qu’ont-ils apporté/souligné dans vos morceaux ?

On a beaucoup bossé avant le studio, du coup sur le moment on s'est pas mal "auto-produit", on savait où on allait, il n'y avait pas beaucoup de mystère. Martin en studio s'est donc comporté avec nous comme une sorte de gourou un peu timbré, qui nous a aidé à avoir confiance en nous. C'est ce qui a rendu les prises très efficaces. Craig, lui, a apporté toute sa science du son. Il a compris où on voulait aller et sur cet album c'est un peu le cinquième membre du groupe. Il a donné beaucoup de profondeur aux morceaux. Et de largeur aussi. De la 3D quoi…

La promo et tout ce qui s’en suit a aussi pris un coup d'accélérateur, les photos sont plus travaillées, etc. Est-ce une chose dont vous êtes moteurs, ou cela est entièrement pris en main ?

Ah, c'est vu de l'extérieur tout ça ! Les photos, le clip par exemple, ce sont vraiment des plans roots, avec des gens talentueux et très débrouillards. Sans les musiciens rien ne se passe, mais sans partenaire ça devient compliqué. On essaie de dialoguer, c'est important de ne pas faire n'importe quoi sous prétexte d'essayer de vendre ta musique. Choisir son chemin, c'est primordial. Aujourd'hui, la meilleure des promo pour nous, ça reste les concerts.

Michael : Et éviter de faire trop de photos aussi...

Quelles sont vos ambitions pour le court terme, le moyen terme ?

Les concerts, c'est ce qu'il y a de plus important pour nous. Contrairement au premier album, là on a vraiment beaucoup pensé au live en faisant l'album. Il est fait pour ça, alors on espère avoir beaucoup de concerts. Pour le long terme, on se sent bien tous les 4 et on se dit qu'on aimerait bien enfoncer le clou, on pense à la suite...

Question pour Anna et Robin, comment évolue votre divergence d’opinion sur Dylan ?

Toujours pareil, j'adore Dylan et je crois que Robin y reste un peu insensible... mais maintenant j'ai un allié : Gérard, qui est un peu notre Bob Dylan français...

Si vous deviez illustrer musicalement un livre, lequel aimeriez-vous illustrer ?

Anna : quelque chose de sombre et fantastique : Maupassant.

Robin : Philémon pour sa poésie.

Michael : Alice au pays des merveilles, l'indispensable lexique du rock.

Gérard : Ringolevio Emmet Grogan : L'épopée d'une vie sur la brèche.

Retrouvez Poney Express
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Daisy Street de Poney Express
La chronique de l'album Interview de Poney Express
La chronique de l'album Palladium de Poney Express
Poney Express en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)

En savoir plus :
Le Myspace de Poney Express

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Poney Express (29 novembre 2010)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=