Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Interpol
Interpol  (Matador)  septembre 2010

Un disque peut mettre du temps à se laisser entendre. Il faut savoir écouter de nouveau, parfois, d'une oreille neuve. Oublier pour mieux redécouvrir. On a pu croire, longuement –  patiemment, même, tant on a pour les New-yorkais d'Interpol une sorte d'amour résiduel, toujours déçu mais encore plein d'espoir – on a pu croire que c'était ce dont il s'agissait, une fois encore. Une fois encore, à tort.
Interpol ou l'histoire d'un désamour croissant, après le coup de foudre soudain d'un automne-hiver 2002, ce Turn on the bright lights touché par la grâce qui sut rendre meilleurs bien des jours froids ou sombres. Puis la succession morne de titres tristes comme un quotidien sans cinéma, le succès ne venant pas, qui se souvient de la bohème, de ses amours de ces temps-là.

Septembre 2010, vouloir peut-être encore y croire rien qu'un peu. Quatrième album, éponyme plein de promesses. Il se murmure que le groupe aurait "ressorti les guitares", qu'il serait "revenu aux sonorités du premier album". On se prend à rêver un peu. A n'en pas croire ses oreilles lorsqu'elles nous crient que ce disque-là non plus n'a pas d'avenir.

Se donner du temps, donc, pour voir, pour écouter encore et se laisser prendre à croire les mensonges d'un retour aux temps héroïques. Se bercer de mensonges, se berner soi-même. Oublier l'interminable concert qui aura su rendre passables les anciens meilleurs titres ("Obstacle 1", "Leif Erikson"...) sur la foi des quelques minutes lumineuses d'un "Lights", bien plat single radiophonique enfin révélé sur scène. Se prendre à y croire, réécouter, encore et encore, espérant entendre, par-delà la platitude des titres à l'inspiration indigente, quelque chose, rien qu'un accord, rien qu'un note, peut-être, un refrain qui sauverait la belle voix de Paul Banks du marasme dans lequel elle aura bien fini de sombrer. Un signe pour continuer d'espérer. L'aumône d'un sourire, d'un regard.

Mais non. Après des mois, il faut renoncer, comme on fait finalement sa valise dans le silence. Tristement résigné d'être allé au bout de l'espoir, de l'attente elle-même. Interpol n'a plus rien à offrir, depuis de longues années déjà et l'on n'a déjà que trop gâché sa jeunesse sonique à ne pas vouloir l'admettre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black EP de Interpol
La chronique de l'album Antics de Interpol
La chronique de l'album Our love to admire de Interpol
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Marauder de Interpol
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (21 mars 2003)
Interpol en concert à The Electric Factory (7 novembre 2004)
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (19 novembre 2004)
Interpol en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Interpol en concert à L'Aéronef (mardi 21 septembre 2010)
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Interpol en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Interpol en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
L'interview de Interpol (septembre 2004)
L'interview de Interpol (mai 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Interpol
Le Myspace de Interpol


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=