Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce No One Is Innocent
Drugstore  (Naïve)  février 2011

Adolescent dans les années 90, j'ai commencé à écouter du rock avec trois groupes : Rage Against The Machine, Lofofora et No One Is Innocent. J'ai vu No One et Lofo des dizaines de fois en concert. Le premier album de No One Is Innocent était une tuerie ! J'ai eu un peu plus de mal avec le deuxième qui incorporait un peu d'électro dans leur fusion, mais je m'y suis fait rapidement.

Quand le groupe se reforme en 2004 (10 ans après le premier album), je me suis jeté sur le nouveau CD, et l'année suivante, j'ai même acheté le DVD live. Mais cela ne fonctionnait plus avec moi...

Est-ce que mes goûts avaient évolué ? Est-ce que le groupe avait évolué ? Je crois que le problème ne venait pas de moi. Du groupe originel, il ne restait plus que le chanteur qui était revenu à No One Is Innocent après avoir tenté une incursion ratée dans le monde de la chanson française (et après qu'Universal ait racheté le nom).

La question est alors : un groupe doit-il garder son nom, si la majorité des membres est remplacée ? Avec des génies comme Josh Homme pour Queens Of The Stone Age ou Trent Reznor avec Nine Inch Nails (qui composent pratiquement tous des morceaux), c'est possible car ils incarnent leurs musiques. Mais même Rage Against The Machine a changé de nom quand le chanteur s'est barré !

Pour ce nouvel album, l'ex fer de lance de la fusion dans le rock français s'est un peu trop calmé dans son orientation musicale. Si No One était un groupe à guitare énervé, aujourd'hui c'est avant tout un groupe à machine. Le groupe mélange le rock à la techno avec un peu de blues et de chanson française.

Le premier titre, "Cheri Moog", est vachement électro / ambiant avec la voix en toile de fond et les boucles de machines au premier plan. Beaucoup de morceaux sonnent trop techno ; s'il y a toujours des guitares, elles sont vraiment trop en retrait par rapport aux samples/bruitages. Il y a une avalanche d'effets un peu vieillots, cela ressemble un peu trop à la production des morceaux de dance de la fin des 90's (quitte à avoir un son 90's, autant que ce soit un son de guitare). Les tonalités indus peuvent être sympa, mais ça ne vaut pas ce que faisait Mass Hysteria il y a 15 ans.

L'ensemble est très chanté, on aimerait un peu plus d'énergie et de hurlements. Les textes sont un peu lourds. Il y a des trucs que tu peux écrire et chanter quand tu as 25/30 ans, 15 ans plus tard, on n'attend pas forcément des textes plus matures mais peut-être pas des lyrics aussi faciles. C'est d'ailleurs pour la même raison que je n'arrive pas à écouter les titres récents de Lofofora (je caricature un peu, mais hurler "Sarko Facho", c'est marrant quand on a  17 ans, à 30 piges, je sais qu'on peut exprimer les mêmes idées avec plus de subtilité).

"Le monde entier" (piste 4) est un peu plus rock, sonne comme du Moksha, un petit groupe Parisien plutôt cool (donc autant écouter Moksha). Le titre "Les opposants" est vaguement influencé par le blues, mais du coup cela ressemble à du Damien Saez. Et dans ma bouche, ce n'est pas un compliment !

"Qui je suis" est le pire morceau de l'album, et pas uniquement à cause de la présence au micro de Guizmo du groupe Tryo. Cela ressemble tellement à du sous-Tryo (folk-reggae-festif-altermondialiste-caca) qu'il est difficile de ne pas éjecter le CD de sa platine. Pourtant, il y a parfois des bonnes idées, comme le riff blues/country sur "Come On".

Vous aurez compris que je ne conseille pas forcément ce nouvel album de No One Is Innocent. Peut-être que j'aurais plus apprécié le disque s'il avait été fait par un autre groupe. Le problème, c'est qu'il a été fait sous l'étiquette No One Is Innocent, et qu'il ne supporte donc pas la comparaison avec ses prédécesseurs. Je vais d'ailleurs rapidement me ré-écouter les deux premiers opus du groupe ainsi que le EP qu'ils avaient fait en collaboration avec les rappers de EJM et Timide et sans complexe (ce EP était juste parfait !).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gazoline de No One Is Innocent
No One Is Innocent en concert au Festival Microcosm 5
No One Is Innocent en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2004
No One Is Innocent en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)
No One Is Innocent en concert au Festival Class'Eurock 2007
No One Is Innocent en concert au Splendid (vendredi 1er avril 2011)
No One Is Innocent en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - samedi
No One Is Innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
No One Is Innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème
L'interview de No one is innocent (16 avril 2007)
L'interview de No One is Innocent (6 décembre 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de No One Is Innocent
Le Myspace de No One Is Innocent


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=