Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nicolas Robin & Philippe Nègre - Première partie
Interview  (Paris)  30 novembre 2010

Après avoir interviewé Manu pour la sortie de son DVD live, il était logique, pour en savoir encore un peu plus, de s'adresser à ceux qui l'ont réalisé. En l'occurrence, il s'agit de Nicolas Robin et de Philippe Nègre, compères de longues dates. Interview qui a bien vite pris une tournure de conversation, voire de confidences et que, vu la longueur, nous vous retranscrirons ici même par épisodes, tout au long des semaines à venir. Vous saurez donc tout ce qui est avouable sur ces touche-à-tout dans le monde de la vidéo, du journalisme, de la musique, de Game One à Nolife en passant par Game Productions et bien d'autres choses...

Le CV de Nicolas Robin par Philippe Nègre

Comme vous êtes deux vieux compères, est-ce que chacun peut faire le CV de l'autre de son point de vue, de sa petite lorgnette ?

Rires

Nicolas Robin : Commence.

Philippe Nègre : Commençons alors. Ce n'est pas facile : tu étais où avant, à Bordeaux, c'est ça ?

Nicolas Robin : Tu veux dire depuis le début ?

Philippe Nègre : Je ne sais pas si je dois faire ton CV depuis le début ?

Nicolas Robin : Le CV professionnel, dans la vidéo ? Il faut que tu commences à Bordeaux, oui.

Philippe Nègre : Il me semble que Nicolas vient du print et non pas de la vidéo.

Nicolas Robin : Enfin, j'étais infographiste.

Philippe Nègre : Là, ce sont les zones d'ombre, après je vais plus assurer normalement.

Nicolas Robin : A la base, si on doit vraiment revenir au début, j'ai fait partie d'un fanzine pour Amstrad CPC qui s'appelait Le Croco Déchaîné, mon dieu, il doit y avoir 20 ans maintenant. Toute la mise en page était faite sur Amstrad et on a dû monter jusqu'à 1000 abonnés. J'avais commencé mes armes là-dedans en écrivant des textes, des bêtises...

Après, c'est certainement de cela dont tu parlais, comme j'avais fait un petit peu de PAO dans ce fanzine, pour mon objection de conscience, j'ai été embauché à l'Avec, l'Agence pour la Valorisation des Entreprises Culturelles, à Bordeaux. Avant, j'ai fait la Fac de japonais...

Philippe Nègre : Il a fait la fac de japonais, il est tombé malade parce ce qu'il trouvait ça plus drôle, c'est ça ?

Nicolas Robin : Ce n'est pas exactement ça, j'ai eu un ulcère.

Philippe Nègre : Voilà ! Il est tombé malade, donc il n'a pas pu finir sa fac et finalement il a préféré faire des films amateurs, notamment Atomic Ninja Masters, car ce fut l'un des pionniers du cinéma amateur avec Alex Pilot en son temps. D'ailleurs, on dit qu'historiquement, ce sont les deux premiers en France, séparément. Alex était dans son coin à Nice, Nicolas dans le sien à Bordeaux.

Nicolas Robin : Avec des gens de la fac de japonais, dont certains qui connaissaient Alex Pilot. Je n'ai jamais connu l'époque Minitel mais je sais que Cyril, Frédéric Louvet et d'autres avaient tous participé à RTEL. Ils avaient rencontré Alex Pilot comme ça. Pour ce que j'en connais, il y avait les Niçois, les Bordelais...

Philippe Nègre : Et donc c'est lors d'un montage épique de Atomic Ninja Masters, le 3 il me semble...

Nicolas Robin : Le film ! Non, c'est le 4 !

Philippe Nègre : Le film, le 4, peu importe, que cet homme est venu à Paris, notamment dans les locaux de Game One, sur l'invitation d'Alex Pilot qui travaillait à l'époque là-bas, afin de finir de monter son film. Et c'est à ce moment là que la rencontre a eu lieu.

Par la suite, il a commencé à travailler avec un ami à nous qui s'appelle Patrick Giordano qui montait à l'époque la société Game Productions. Il a été le premier employé de Game Productions, où il a fait ses premières armes en vidéo en tant que professionnel. En parallèle, il travaillait aussi à Game One, notamment pour la rédaction des Tips et des RPG, exploitait son talent d'écriture au mieux et était déjà une légende au sein de Game One, tant la drôlerie de ses textes était formidablement drôle, n'est-ce pas ?

Nicolas Robin : C'est surtout parce que - je ne sais pas comment ça s'est passé - j'ai eu une liberté sur l'écriture de ces Tips, je crois, que les autres rédacteurs n'avaient pas. Pardon ! Personne n'allait regarder les Tips, donc effectivement je me suis permis des trucs plus drôles.

Philippe Nègre : Par la suite, on a monté ensemble Ninja Masters 5, à Game One.

Nicolas Robin : Oui, en partie.

Philippe Nègre : Entre temps, parce qu'il était fou à l'époque, il faisait aussi Furymen 3. Après il est parti complètement à temps plein à Game Productions, pendant 10 ans jusqu'à ce que Game Productions ferme, il y a de cela un peu moins d'un an. Voyant que la boite allait fermer, il a tout de suite foncé vers Nolife pour gagner des masses d'argent où il officiait en tant que réalisateur de Temps Perdu ainsi que de Mon Nolife à moi.

Nicolas Robin : En fait, Nolife, cela a commencé il y a trois ans. Au départ, je faisais Geek's Life. A la première rentrée de septembre, j'ai enchainé sur Temps Perdu, j'ai continué Geek's Life un moment.

Philippe Nègre : Tu as changé de formule de Geek's Life.

Nicolas Robin : Je voulais changer la formule de Geek's Life mais les autres ne voulaient pas, du coup j'ai arrêté Geek's Life. On a repris mon Nolife à moi et… est-ce que je dis que je fais la voix de No Chan ?

Philippe Nègre : Ah oui ! Il fait de la voix aussi… Et maintenant il est chômeur à temps plein. Il s'est marié il y a 1,5-2 ans. Il est allé au Japon l'été dernier ! (Rires) Et bien sûr, il a travaillé sur le DVD de Manu.

Le CV de Philippe Nègre par Nicolas Robin

Philippe Nègre : Bon, à toi ! Tu ne dis pas de conneries, hein !

Nicolas Robin : Cela va être dur… (Rires) Malheureusement, je connais peu les débuts de Philippe, je sais qu'il était stagiaire à Game One mais je me demande s'il n'avait pas commencé à C: ?

Philippe Nègre : Non. Je suis arrivé vraiment aux tous premiers mois de Game One et la première fois où je suis rentré dans un banc de montage, c'était en suivant un ami à nous qu'il s'appelle Tristan, où j'étais venu en repérage avant mon stage à Game One et ça s'appelait encore C: à l'époque. Mais le temps où mon stage a commencé, c'était devenu Game One.

Nicolas Robin : C'est à ce moment là que je t'ai rencontré, comme tu le disais tout à l'heure, sur le montage d'Atomic 4. Je me souviens qu'il y avait une sorte de grande timidité entre toi et Alex. J'ai vu la fois où vous aviez monté ensemble le spécial sortie de la PS2 au Japon.

Philippe Nègre : C'était notre première collaboration avec Alex Pilot.

Nicolas Robin : J'avais trouvé le montage absolument fantastique. Je ne sais plus comment cela s'était déroulé, je sais que je rentrais avec Alex chez lui puisque c'est lui qui me logeait et une fois, j'ai dit : "Mais oui, mais dans ce cas là, Philippe pourrait venir avec nous !" (Rires)

Philippe Nègre : On n'était pas proche avec Alex, il y avait comme une sorte de timidité effectivement. C'est vrai que c'était bizarre. C'est toi qui as débloqué un peu tout ça, oui.

Nicolas Robin : Et moi je te trouvais fort sympathique. Alex est quelqu'un que j'aime beaucoup, un de mes amis. Je trouvais ça logique de finir la soirée ensemble. Et je crois qu'après, ça a continué comme ça avec Alex.

Philippe Nègre : Oui, on a dû se bourrer la gueule plusieurs fois. Je pense que cela doit être ça… (rires)

Nicolas Robin : Ensuite, Philippe a continué à officier au sein de Game One longtemps, en tant qu'intermittent. Il bossait d'abord sur les clips de jeux vidéo, je crois…

Philippe Nègre : J'ai commencé par Focus qui est mon premier montage à Game One.

Nicolas Robin : Il a fait beaucoup de reportage, a bossé avec une bonne partie des équipes qui ont changé…

Philippe Nègre : C'est vrai que j'en ai vu pas mal, de Game One.

Nicolas Robin : Il a bossé avec Falcoz, avec Tommy François. Je sais qu'il a été connu longtemps pour avoir participé à quelques "Chez Marcus".

Philippe Nègre : A quelques "Level One", s'il te plait !

Nicolas Robin : Oh pardon, excuse-moi ! (rires) L'habitude… Bon réflexe ! Je sais que tu étais connu pour le "Sega Man" de Game One.

Philippe Nègre : Monsieur Dreamcast, plus exactement !

Nicolas Robin : Bref, le Monsieur qui défendait Sega.

Philippe Nègre : Corps et âme ! Becs et ongles !

Nicolas Robin : Un geek comme un autre, hein ! Comme il était intermittent, il a bossé aussi chez Game Prod', il venait chez nous, il faisait des trucs pour Sony, pour tel client… Forcément on a travaillé ensemble sur le deuxième gros projet que l'on a fait pour Indochine, sur Calogero, toutes les évolutions que l'on a eues à Game Prod'. Il faisait partie de l'élite de Game Productions. En tant qu'intermittent, il a cherché d'autres voies, il a bossé pour de la presta…

Philippe Nègre : Tout ce qui est institutionnel, à la télévision… J'ai beaucoup officié dans la bande-annonce Jeunesse à une époque (Disney, France 3, etc.), en tant que chef-monteur.

Nicolas Robin : Il a décidé ensuite qu'il ferait que des trucs qui lui plaisaient, donc il n'a rien branlé pendant 2 ans…

Philippe Nègre : Oh ! Dis donc ! Comment il est vache et comment c'est fourbe ! (rires)

Nicolas Robin : Il y a un moment où il avait privilégié les choses plus intéressantes.

Philippe Nègre : C'est vrai, j'avais besoin de me remettre moralement.

Nicolas Robin : Au début de Nolife, il a essayé de faire une émission qui n'a eu qu'un seul épisode qui était… euh...

Philippe Nègre : Qui était quoi d'ailleurs ? C'était quoi le titre de cette émission ?

Nicolas Robin : Le but était de faire jouer avec des Game Boy Advanced et des DS je crois…

Philippe Nègre : N'importe quoi qui venait du monde de jeux vidéo ludiques, d'inviter des groupes qui refassent leurs morceaux avec des jeux.

Nicolas Robin : Il y a un groupe qui l'a fait, c'était intéressant. Après tu n'as pas voulu continuer…

Philippe Nègre : Je n'étais pas assez satisfait pour continuer.

Nicolas Robin : Voilà ! Si on peut résumer sa carrière, je pense que l'on peut dire qu'il est trop perfectionniste, donc c'est pour cela qu'il a arrêté plein de choses.

Philippe Nègre : Du coup je suis un sacré branleur ! (rires)

Nicolas Robin : Je n'ai pas dit ça.

Philippe Nègre : Non non, mais merci, c'était très beau !

Retrouvez la deuxième partie de l'interview de Nicolas & Philippe Nègre ici.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La troisième partie de l'interview de Nicolas Robin & Philippe Nègre
La quatrième et dernière partie de l'interview de Nicolas Robin & Philippe Nègre
L'interview de Manu (octobre 2010) par David

En savoir plus :
Le Myspace de Nicolas Robin
Le Myspace de Game Productions

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


David & Margotte         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=