Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Terre-Neuvas de Bobital 2004
Sergent Garcia - Corneille - Patricia Kaas - Yannick Noah - Les Wampas  (Bobital (22))  3 juillet 2004

De retour à Bobital pour la deuxième journée du festival. L'ambiance est un peu différente : ceux qui ont bu la veille reboivent, ceux qui viennent de s'installer ont encore toutes leurs forces et chantent de vieux hymnes de marins ou les classiques de fins de soirée en s'alimentant en houblon, et le défilé de monospaces commence sur les parkings : les parents viennent voir LA FRANCO-ALLEMANDE la plus célèbre du monde pendant que leurs 4 enfants à l'arrière ne veulent entendre parler que de Corneille ou Yannick Noah.

Et cette fois-ci ce n'est pas une foule qui se dirige vers l'entrée : c'est une marée humaine qui avance sur les routes. Le festival annoncera complet et ce ne sont pas moins de 35 000 personnes qui assisteront aux festivités.

Après le concert de Dis L'heure 2 Zouk que je n'ai entendu que depuis la tente, la foule se presse pour découvrir la prestation de Sergent Garcia. Même à 16h, la scène est déjà plus peuplée qu'aux meilleurs moments de la soirée du vendredi. Le groupe arrive sur scène et prodigue un mélange de reggae, musique brésilienne, danse, ragga, bref un melting pot de musiques chaudes. Des chanteurs tout en blanc, une chanteuse, danseuse très sexy : voilà de quoi échauffer les esprits des garçons et des filles du public. C'est gai mais ils jouent très fort et je préfère aller boire une bonne mousse en attendant les prochains groupes.

Ou peut être plusieurs bières puisque justement le prochain artiste est Corneille, sérieusement attendu par une ribambelle de jeunes filles du premier rang. Comme pour Tété, dont j'ai vanté les mérites il y a quelques mois, le cas Corneille est plutôt particulier.

Pour un amateur de rock indépendant, chroniquer un concert de Corneille n'est pas forcément facile. Sauf que le personnage est si sympathique, avec des sourires conquérants et des chansons molles mais agréables, qu'il est difficile d'en dire du mal. C'est un bon chanteur, soutenu par un bon groupe qui donne un bon concert. Une grande partie des enfants et des adolescentes présents ont du adorer mais j'ai cru percevoir une recrudescence des visites à la buvette pendant la petite heure de spectacle.

Trêve de plaisanterie, on passe au niveau supérieur : de la star, de la vraie ! Elevée au cabaret et aux foires aux vins alsaciennes, star internationale de la Russie au Nouveau Mexique, j'ai nommé Patricia Kaas.

Et je dois avouer que le spectacle était à la hauteur de la réputation de la reine de Sarrebruck. Un prestation scènique de toute première qualité, avec une chanteuse vétue d'un simple body en dentelle qui court, saute, s'amuse avec le public, et avoue une certaine appréhension pour cette nouvelle tournée.

Les tubes habituels sont interprétés avec justesse ainsi que plusieurs reprises dont "Toute la musique que j'aime" de notre rocker national. Je m'attendais à de la variété un peu rechauffée mais c'est à un véritable concert rock que j'ai assisté. Les musiciens parviennent à dégager une puissance incroyable au service d'une voix unique. Et je me surprends à regarder jusqu'au bout, sans le moindre passage à la buvette !

Sur la scène secondaire, deux groupes principaux : Kaolin et la Grande Sophie. Pour le premier, bel exercice de rock puissant, avec des passages mogwaïesques et d'autres morceaux qui font penser à un Dolly masculin. Pour la seconde, un set efficace que je n'ai eu le plaisir de voir que sur le grand écran de la scène principale.

Retour sur la scène Ouest France et on continue dans les grosses pointures avec Yannick Noah.

Le sympathique ex-tennisman se fait un peu attendre et se montre le premier, sur les deux premiers jours, à troubler de quelques minutes le planning ultra-précis des concerts. Pas bien grave, cela ne fait que chauffer les foules et les cris fusent à travers la nuit fraîche mais agréable de Bobital.

La prestation est étrange : Yannick Noah s'énerve à cause d'un micro qui ne fonctionne pas. Et plutôt que d'essayer d'en jouer et de dissimuler la chose, il en rajoute, il en parle et en reparle et on sent une vive tension derrière la scène. Une fois calmé, il continue son spectacle et fait danser et chanter une grande partie de la foule (sûrement plus de 20 000 personnes). Les chansons sont toutefois longues, le gimmick 'Yé Yé' répété à l'envi est plutôt insupportable pour tout spectateur à moitié sobre de plus de 20 ans mais je reste bon prince : pour qui voulait guincher sur une musique entrainante, c'était le moment ou jamais.

Alors que le public familial commence à repartir aux parkings, la scène se métamorphose une dernière fois. L'installation est étrangement assez simple pour un groupe comme les Wampas.

Des amplis, une batterie, c'est brut ! Seule une magnifique enseigne lumineuse "Wampas" accrochée en l'air offre un peu d'originalité. Le groupe termine sa balance, repart backstage et revient presque aussitôt pour mettre le son.

Le roi, Didier Wampas, débarque peu après sur la scène, subtilement vêtu d'un costume blanc avec short rouge et paillettes. Pour le reste, c'est du Wampas : un rock terriblement efficace et sans concessions. Le succès du dernier album ne leur fera pas jouer les récents tubes au début du concert : les chansons sont anciennes, classiques, pas vraiment commerciales mais toujours aussi bien interpretées par l'équipe. Didier Wampas est fidèle à sa réputation. Il bondit, crie, chante avec sa voix braillarde. Avec l'âge, avec le succès, les Wampas sont toujours les rois.

Fin du deuxième acte. A la semaine prochaine pour la chronique du dimanche soir

.

 

Le Vendredi à Bobital

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Una y otra vez de Sergent Garcia
Sergent Garcia en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Sergent Garcia en concert au Festival du Bout du Monde 2004 (samedi)
Sergent Garcia en concert à Cabaret Sauvage (30 mai 2007)
Corneille en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
La chronique de l'album Rock'n'Roll part 9 des Wampas
Les Wampas en concert à l'Olympia (29 octobre 2003)
Les Wampas en concert au Festival Garorock 2006 (samedi)
Les Wampas en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
Les Wampas en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Les Wampas en concert à La Cigale (29 mai 2007)
Les Wampas en concert à For the rock 2 (août 2007)
Les Wampas en concert au Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - vendredi 13 juin
La vidéo de For the rock par Les Wampas

Plus d'infos...

Sergent Garcia : http://www.sergentgarcia.com/
Corneille : http://www.corneille.mu/
Patricia Kaas : http://www.patriciakaas.net
Yannick Noah : http://www.yannicknoah.com/
Les Wampas : http://wampas.com

Crédit photos : Fred


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=