Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cold War Kids
Mine is yours  (Cooperative Music)  janvier 2011

"Le dernier grand album avant le virage mainstream". C’était en peu de mots la conclusion du journal rock qu’on feuillette désormais chez le coiffeur – Rock & Folk, what else ? – sur le troisième album des New-Yorkais. Autant dire que si la chute n’était pas vertigineuse, le constat pouvait faire imaginer le pire.

Quatre ans plus tôt, leur Robbers & Cowards s’était pourtant imposé comme un hold-up qui nous avait tous braqué. La rage, l’énergie de ces enfants de la guerre froide – déjà le nom du groupe, génial résumé de l’époque – les avait poussés sur le devant de scène qu’on ait le temps de comprendre qu’il faudrait compter avec eux pour la décennie suivante. Suivant la même direction, entre barbelé électrique et refrains bien ciselés, Loyalty to loyalty portait bien son nom ; et le célèbre tournant du deuxième album avait été abordé avec prudence, adresse et surtout concision. Rien qui, pour conclure l’introduction, ne puisse laisser présager d’un retournement de veste en cuir.

Premier indice sur Mine is yours, troisième du nom : le producteur. Jacquire King, un homme certainement bien sous tous rapports, sûrement le genre à payer ses impôts à l’heure et mettre deux sucres dans son café, enfin bref, un producteur à l’américaine comme il en existe tous les deux pâtés de maison. En fouillant le pédigrée du bonhomme, plusieurs noms de groupes font pourtant tiquer : Langhorne Slim, Norah Jones ou bien encore les Kings of Leon, pour leur dernier Come Around Sundown dont on sait aujourd’hui qu’il aura surtout permis aux trois frères Duke de se reconvertir top models de chez Gucci après une carrière commencée tels des gentlemen farmers.

Trêve de bavardage, le lecteur se gratte sans doute la tête en se posant la question essentielle : "mais bordel, il est bien ou pas ce disque" ? Non, sans hésitation. Décevant n’est même pas à proprement parler le bon mot lorsqu’arrivé à la sixième piste ("Skip the charades") on peine encore à déceler un dessous de mélodie, un semblant de composition qui permettrait d’éviter la sentence suprême des bacs à soldes.

Passée dans la cour des "grands", la bande à Nathan Wilett prouve ici que deux albums au dessus de tout soupçon n’empêche pas de vendre son âme à Satan – pardon, MTV – dès lors que les intérêts commerciaux prennent plus de place que les partitions. Au-delà du procès d’intention – on n’a rien contre le mainstream, de prime abord – Cold War Kids débute son album par un titre éponyme fadasse qui rappellera aux plus vieux – eh oui, déjà – l’évolution de Coldplay dès son troisième album. L’omniprésence de faux tubes surboostés à la compression, de vagues échos sur le piano et un chanteur qui braille désormais comme si sa vie en dépendait – c’est du moins ce qui est inscrit sur son prompteur, Mine is yours semble ici prendre l’orientation des groupes venus de Brooklyn en insufflant de l’Afrique là où on les avait jusque là remarqués pour leur héritage post Reagan. Et l’auditeur dépité de subir des emprunts à Vampire Weekend, des mélodies entonnées à gorges déployées, puis de constater le regard en berne que les New-Yorkais semblent désormais plus attirés par le charme des stades et U2 qu’une carrière respectable dans l’intimité des clubs en sueur. Une grande déception donc.

Et plutôt que d’enfoncer le clou, au risque de paraître acharné et d’attirer la sympathie sur ces gamins matraqués, le critique de conclure que deux albums au dessus du niveau de la mer, c’est déjà pas si mal. On note, sur ce troisième méfait, quelques pistes qui évitent la noyade, comme "Louder than ever" (le titre en dit bien long sur l’état d’esprit) ou "Cold toes on the cold floor" ("des doigts de pied gélés sur le parquet froid", dans le texte) ; mais c’est hélas bien peu pour tenter de repêcher le Titanic des maraboutés. Et puisque ce disque raté nous y invite, que tout qui est à toi est à moi, autant inverser les mots écrits par d’autres : "le dernier album mainstream avant le grand virage". Une grosse claque en forme de punition, c’est après tout ce qu’on souhaite à Cold War Kids. Se ressaisir enfin, pour éviter la maison de correction.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Cold War Kids parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album Robbers and cowards de Cold War Kids
Cold War Kids en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Cold War Kids en concert au 106 (28 juin 2007)
Cold War Kids en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Cold War Kids en concert à L'Aeronef ( 25 mai 2009)
Cold War Kids en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Cold War Kids en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Cold War Kids en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Cold War Kids en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi

En savoir plus :
Le site officiel de Cold War Kids
Le Myspace de Cold War Kids


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=