Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cold War Kids
Mine is yours  (Cooperative Music)  janvier 2011

"Le dernier grand album avant le virage mainstream". C’était en peu de mots la conclusion du journal rock qu’on feuillette désormais chez le coiffeur – Rock & Folk, what else ? – sur le troisième album des New-Yorkais. Autant dire que si la chute n’était pas vertigineuse, le constat pouvait faire imaginer le pire.

Quatre ans plus tôt, leur Robbers & Cowards s’était pourtant imposé comme un hold-up qui nous avait tous braqué. La rage, l’énergie de ces enfants de la guerre froide – déjà le nom du groupe, génial résumé de l’époque – les avait poussés sur le devant de scène qu’on ait le temps de comprendre qu’il faudrait compter avec eux pour la décennie suivante. Suivant la même direction, entre barbelé électrique et refrains bien ciselés, Loyalty to loyalty portait bien son nom ; et le célèbre tournant du deuxième album avait été abordé avec prudence, adresse et surtout concision. Rien qui, pour conclure l’introduction, ne puisse laisser présager d’un retournement de veste en cuir.

Premier indice sur Mine is yours, troisième du nom : le producteur. Jacquire King, un homme certainement bien sous tous rapports, sûrement le genre à payer ses impôts à l’heure et mettre deux sucres dans son café, enfin bref, un producteur à l’américaine comme il en existe tous les deux pâtés de maison. En fouillant le pédigrée du bonhomme, plusieurs noms de groupes font pourtant tiquer : Langhorne Slim, Norah Jones ou bien encore les Kings of Leon, pour leur dernier Come Around Sundown dont on sait aujourd’hui qu’il aura surtout permis aux trois frères Duke de se reconvertir top models de chez Gucci après une carrière commencée tels des gentlemen farmers.

Trêve de bavardage, le lecteur se gratte sans doute la tête en se posant la question essentielle : "mais bordel, il est bien ou pas ce disque" ? Non, sans hésitation. Décevant n’est même pas à proprement parler le bon mot lorsqu’arrivé à la sixième piste ("Skip the charades") on peine encore à déceler un dessous de mélodie, un semblant de composition qui permettrait d’éviter la sentence suprême des bacs à soldes.

Passée dans la cour des "grands", la bande à Nathan Wilett prouve ici que deux albums au dessus de tout soupçon n’empêche pas de vendre son âme à Satan – pardon, MTV – dès lors que les intérêts commerciaux prennent plus de place que les partitions. Au-delà du procès d’intention – on n’a rien contre le mainstream, de prime abord – Cold War Kids débute son album par un titre éponyme fadasse qui rappellera aux plus vieux – eh oui, déjà – l’évolution de Coldplay dès son troisième album. L’omniprésence de faux tubes surboostés à la compression, de vagues échos sur le piano et un chanteur qui braille désormais comme si sa vie en dépendait – c’est du moins ce qui est inscrit sur son prompteur, Mine is yours semble ici prendre l’orientation des groupes venus de Brooklyn en insufflant de l’Afrique là où on les avait jusque là remarqués pour leur héritage post Reagan. Et l’auditeur dépité de subir des emprunts à Vampire Weekend, des mélodies entonnées à gorges déployées, puis de constater le regard en berne que les New-Yorkais semblent désormais plus attirés par le charme des stades et U2 qu’une carrière respectable dans l’intimité des clubs en sueur. Une grande déception donc.

Et plutôt que d’enfoncer le clou, au risque de paraître acharné et d’attirer la sympathie sur ces gamins matraqués, le critique de conclure que deux albums au dessus du niveau de la mer, c’est déjà pas si mal. On note, sur ce troisième méfait, quelques pistes qui évitent la noyade, comme "Louder than ever" (le titre en dit bien long sur l’état d’esprit) ou "Cold toes on the cold floor" ("des doigts de pied gélés sur le parquet froid", dans le texte) ; mais c’est hélas bien peu pour tenter de repêcher le Titanic des maraboutés. Et puisque ce disque raté nous y invite, que tout qui est à toi est à moi, autant inverser les mots écrits par d’autres : "le dernier album mainstream avant le grand virage". Une grosse claque en forme de punition, c’est après tout ce qu’on souhaite à Cold War Kids. Se ressaisir enfin, pour éviter la maison de correction.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Cold War Kids parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album Robbers and cowards de Cold War Kids
La chronique de l'album New Age Norms 1 de Cold War Kids
Cold War Kids en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Cold War Kids en concert au 106 (28 juin 2007)
Cold War Kids en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Cold War Kids en concert à L'Aeronef ( 25 mai 2009)
Cold War Kids en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Cold War Kids en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Cold War Kids en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Cold War Kids en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi

En savoir plus :
Le site officiel de Cold War Kids
Le Myspace de Cold War Kids


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=