Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cranach et son temps
Musée du Luxembourg  (Paris)  Du 9 février au 23 mai 2011

La Renaissance est à l'honneur voire à la mode. Après l'exposition "France 1500 entre Moyen Age et Renaissance" qui vient de fermer ses portes, voici l'exposition "Cranach et son temps".

Consacrée à un artiste majeur de la Renaissance allemande qui, après le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, elle vient à Paris inaugurer la réouverture du Musée du Luxembourg, désormais placé sous les auspices de la Réunion des musées Nationaux, dont un des axes de programmation est la Renaissance en Europe.

La monstration, dont le commissariat est assuré par l'historien d'art Guido Messing, propose une vue d'ensemble de l'oeuvre du peintre qui s'étend sur un demi siècle avec une sélection de 75 oeuvres provenant de prêts de 12 pays d'Europe, de la National Gallery de Washington et de collections privées belges, russes et suisses.

Cranach : l'art du syncrétisme novateur

Pour plonger dans l'oeuvre du représentant majeur de la Renaissance au Nord de l’Europe et de l'artiste allemand parmi les plus célèbres après Dürer, le parcours quasi chronologique, à la scénographie austère réalisée par l'Office Kersten Geers David Van Severen, des cimaises de bois blanc teintés sépia et une faible luminosité, présente une double orientation : vulgariser une oeuvre abondante connue surtout par ses nus et donner la mesure de sa dimension européenne.

Pour ce qui est de la rétrospective d'une oeuvre qui s'étend sur un demi siècle, Cranach commence sa carrière par la peinture de dévotion à l'expressionnisme violent de la période viennoise ("Crucifixion", "Le martyre de Sainte Catherine").

Devenu peintre de cour, se consacre au portrait, selon une facture flamande, des grandes figures de son époque, au nu, et la peinture de genre ("La bouche de la Vérité", "Les amants mal assortis").

S'agissant de la dimension européenne, la confrontation des oeuvres de Cranach avec celles de ses contemporains allemands, flamands et italiens qui sont placées en regard, met en relief le maître qui est Dürer et les sources d'inspiration que sont les artistes flamands (Quentin Metsys, Gérard David, le Maître du Saint-Sang) allemands (Hans Memling) et italiens (Francesco Francia, Jacopo de Barbari).

Mais ce qui est prégnant est le fait que Cranach a su composer avec les sujétions de son temps qui pèsent sur les artistes et qui tiennent au mécénat des puissants, qu'il s'agisse des têtes couronnées ou de l 'Eglise, pour satisfaire de manière quasi industrielle les commandes - il est considéré comme l'inventeur de l'art sériel - sans renier ses convictions religieuses et artistiques.

En effet, d'une part, il est devenu le peintre officiel de la Réforme en ré-interprétant les thèmes religieux à la lumière du dogme luthérien et en substituant à l'illustration la narration didactique.

D'autre part, au terme de ce l'historienne d'art Elke Anna Werner, dans son essai qui figure dans le catalogue de l'exposition, qualifie de "processus de transfert et stratégies d’appropriation culturelle", il a élaboré un nouveau langage iconographique pour initier une interaction entre entre l'image et le spectateur en procédant par hybridation compilatoire entre les références chrétiennes ou mythologiques et l'idéal courtois.

Et c'est dans le registre du nu féminin que non seulement il crée le premier nu mythologique grandeur nature au nord des Alpes ("La nymphe à la source") mais un univers thématique novateur avec un canon esthétique original, tant au fond qu'en la forme, non seulement en rupture avec ceux de la Renaissance mais délibérément politique.

Il célèbre la beauté idéalisée d'une femme aristocratique élégante et altière, au modelé voluptueux sous un voile arachnéen, qui dégage un troublant potentiel érotique.

Et il érige les héroïnes bibliques ou mythologiques, telles Judith, Lucrèce et Salomé, comme emblèmes de la résistance des princes luthériens mais également des valeurs morales ("Allégorie de la justice" choisie pour le visuel de l'affiche) en renversant la représentation féminine de l'époque comme un être inférieur et démoniaque véhicule des vices.

Un exposition à compléter en allant au Louvre voir "Les trois grâces", autre chef d'oeuvre de Cranach récemment acquis par souscription.

 

A lire aussi sur Frogg' Delight :

La chronique du catalogue de l'exposition

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Luxembourg

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=