Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cranach et son temps
Musée du Luxembourg  (Paris)  Du 9 février au 23 mai 2011

La Renaissance est à l'honneur voire à la mode. Après l'exposition "France 1500 entre Moyen Age et Renaissance" qui vient de fermer ses portes, voici l'exposition "Cranach et son temps".

Consacrée à un artiste majeur de la Renaissance allemande qui, après le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, elle vient à Paris inaugurer la réouverture du Musée du Luxembourg, désormais placé sous les auspices de la Réunion des musées Nationaux, dont un des axes de programmation est la Renaissance en Europe.

La monstration, dont le commissariat est assuré par l'historien d'art Guido Messing, propose une vue d'ensemble de l'oeuvre du peintre qui s'étend sur un demi siècle avec une sélection de 75 oeuvres provenant de prêts de 12 pays d'Europe, de la National Gallery de Washington et de collections privées belges, russes et suisses.

Cranach : l'art du syncrétisme novateur

Pour plonger dans l'oeuvre du représentant majeur de la Renaissance au Nord de l’Europe et de l'artiste allemand parmi les plus célèbres après Dürer, le parcours quasi chronologique, à la scénographie austère réalisée par l'Office Kersten Geers David Van Severen, des cimaises de bois blanc teintés sépia et une faible luminosité, présente une double orientation : vulgariser une oeuvre abondante connue surtout par ses nus et donner la mesure de sa dimension européenne.

Pour ce qui est de la rétrospective d'une oeuvre qui s'étend sur un demi siècle, Cranach commence sa carrière par la peinture de dévotion à l'expressionnisme violent de la période viennoise ("Crucifixion", "Le martyre de Sainte Catherine").

Devenu peintre de cour, se consacre au portrait, selon une facture flamande, des grandes figures de son époque, au nu, et la peinture de genre ("La bouche de la Vérité", "Les amants mal assortis").

S'agissant de la dimension européenne, la confrontation des oeuvres de Cranach avec celles de ses contemporains allemands, flamands et italiens qui sont placées en regard, met en relief le maître qui est Dürer et les sources d'inspiration que sont les artistes flamands (Quentin Metsys, Gérard David, le Maître du Saint-Sang) allemands (Hans Memling) et italiens (Francesco Francia, Jacopo de Barbari).

Mais ce qui est prégnant est le fait que Cranach a su composer avec les sujétions de son temps qui pèsent sur les artistes et qui tiennent au mécénat des puissants, qu'il s'agisse des têtes couronnées ou de l 'Eglise, pour satisfaire de manière quasi industrielle les commandes - il est considéré comme l'inventeur de l'art sériel - sans renier ses convictions religieuses et artistiques.

En effet, d'une part, il est devenu le peintre officiel de la Réforme en ré-interprétant les thèmes religieux à la lumière du dogme luthérien et en substituant à l'illustration la narration didactique.

D'autre part, au terme de ce l'historienne d'art Elke Anna Werner, dans son essai qui figure dans le catalogue de l'exposition, qualifie de "processus de transfert et stratégies d’appropriation culturelle", il a élaboré un nouveau langage iconographique pour initier une interaction entre entre l'image et le spectateur en procédant par hybridation compilatoire entre les références chrétiennes ou mythologiques et l'idéal courtois.

Et c'est dans le registre du nu féminin que non seulement il crée le premier nu mythologique grandeur nature au nord des Alpes ("La nymphe à la source") mais un univers thématique novateur avec un canon esthétique original, tant au fond qu'en la forme, non seulement en rupture avec ceux de la Renaissance mais délibérément politique.

Il célèbre la beauté idéalisée d'une femme aristocratique élégante et altière, au modelé voluptueux sous un voile arachnéen, qui dégage un troublant potentiel érotique.

Et il érige les héroïnes bibliques ou mythologiques, telles Judith, Lucrèce et Salomé, comme emblèmes de la résistance des princes luthériens mais également des valeurs morales ("Allégorie de la justice" choisie pour le visuel de l'affiche) en renversant la représentation féminine de l'époque comme un être inférieur et démoniaque véhicule des vices.

Un exposition à compléter en allant au Louvre voir "Les trois grâces", autre chef d'oeuvre de Cranach récemment acquis par souscription.

 

A lire aussi sur Frogg' Delight :

La chronique du catalogue de l'exposition

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Luxembourg

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=