Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nouvelle Vague - Samir Barris
Aéronef  (Lille)  samedi 12 février 2011

Le groupe Nouvelle Vague s'occupe exclusivement de reprises. Son nom lui vient d'ailleurs du croisement d'un genre musical des années 80, qui l'a toujours largement préoccupé et de la bossa nova ("nouveau courant", "nouvelle façon", issue de la fusion de la samba et du cool jazz), puisque c'est bien dans cette langue musicale radicalement différents que la formation a entrepris de traduire certains des titres les plus emblématiques de cette new wave (si tant est qu'on l'entende en un sens large, qui accepterait que s'efface parfois la frontière avec le punk ou la cold wave, ses cousins).

Certainement pas fait pour durer au départ, le projet s'est néanmoins fait une jolie place dans la petite discothèque dérisoire de tout trentenaire / quadragénaire passablement mélomane, l'exercice ludique de la reprise décalée et, parfois, impertinente, lui assurant toujours une bonne place dans les fins de soirées-retrouvailles entre anciens camarades de lycée ou condisciples d'études supérieures.

La formation a par ailleurs largement élargi ses horizons, passant de la bossa nova à la musique caribéenne, la country... jusqu'à un quatrième album (Couleurs sur Paris, 2010), dédié cette fois au meilleur des tubes français parmi les plus radiophonés de la même époque ("L'aventurier", "Marcia Baila", "Mala Vida"... que l'on parle d'un best of !).

On était donc curieux de voir ce que tout cela pourrait donner sur scène. Des reprises, en concert ? Nouvelle Vague ayant le minimalisme facile et un sens certain du contrepied, il y avait en effet tout au moins lieu de craindre que tout cela ne finisse en plaisanterie potache mais poussive, sans réelle ambition musicale et aux allures, justement, de fin de soirée entre potes vieillis et un rien ennuyés.

Le public de l'Aéronef fut, sans doute aucun, rassuré. Sur scène, c'est même à un certain débordement d'énergie que l'on a pu assister. Très en devant de la scène, les chanteuses Mélanie Pain et Liset Alea auront rivalisé de présence et d'armes de séduction massives (vestimentaires, vocales), faisant aisément oublier l'absence des artistes qui, sur disque, prêtent leur voix à Marc Collin et Olivier Libaux, les deux initiateurs du projet (en vrac, et de façon non exhaustive : Emilie Loizeau, Adrienne Pauly, Vanessa Paradis, Helena Noguera, Cœur de pirate, Julien Doré...).

La setlist a su équilibrer avec courage l'ensemble de la discographie du groupe, glissant de l'anglais au français, et même à l'espagnol ("Mala Vida"), avec ses meilleurs moments, ses attendus ("Too drunk to fuck", "Master & Servant", "Love will tear us apart"), ses tristes absents ("Anne cherchait l'amour", "A forest") et en s'offrant même le luxe d'excellentes surprises ("Bela Lugosi's dead", sur scène, vraiment ?! Il est vrai que la version Nouvelle Vague est finalement plus accessible que celle de Bauhaus ; mais tout de même...).

Bien entendu, on se prend à réagir surtout aux titres que l'on connaît et que l'on préfère – mais n'est-ce pas finalement que la formule Nouvelle Vague fonctionne ? Pourrait-on réellement aimer ce "God Save The Queen" si dépouillé s'il n'avait pas d'abord été l'hymne d'une génération punk, un petit morceau d'histoire (musicale ?) à lui seul ?

Nouvelle Vague, en tout cas, joue à merveille avec l'ambiguïté de ces plaisirs confondus (celui de la musique et celui de la nostalgie ; celui de la pirouette et celui de la dérision ; celui de l'énergie festive et d'un érotisme bon marché) et emporte à sa suite un public, certes pas au grand complet, mais complètement ravi.

En première partie, la pop guillerette du bruxellois Samir Barris, elle, n'aura guère convaincu, malgré toute la sympathie que pouvaient susciter le jeune et souriant chanteur / guitariste et ses deux acolytes.

Certainement manquait-il à ses ballades quasi-acoustiques un peu de vie, de fougue, de folie, d'originalité – ou l'ancrage dans une histoire plus grande que lui.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bande à part de Nouvelle Vague
La chronique de l'album 3 de Nouvelle Vague
La chronique de l'album Couleurs sur Paris de Nouvelle Vague
La chronique de l'album I could be happy de Nouvelle Vague
Nouvelle Vague en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Nouvelle Vague en concert au Grand Rex (25 avril 2007)
Nouvelle Vague en concert au Fil (17 octobre 2008)
La chronique de l'album Quel effet ? de Samir Barris
La chronique de l'album Tenter l'atout de Samir Barris
La chronique de l'album Fin d'été de Samir Barris

En savoir plus :
Le site officiel de Nouvelle Vague
Le Bandcamp de Nouvelle Vague
Le Facebook de Nouvelle Vague
Le site officiel de Samir Barris
Le Myspace de Samir Barris

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=