Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nouvelle Vague - Samir Barris
Aéronef  (Lille)  samedi 12 février 2011

Le groupe Nouvelle Vague s'occupe exclusivement de reprises. Son nom lui vient d'ailleurs du croisement d'un genre musical des années 80, qui l'a toujours largement préoccupé et de la bossa nova ("nouveau courant", "nouvelle façon", issue de la fusion de la samba et du cool jazz), puisque c'est bien dans cette langue musicale radicalement différents que la formation a entrepris de traduire certains des titres les plus emblématiques de cette new wave (si tant est qu'on l'entende en un sens large, qui accepterait que s'efface parfois la frontière avec le punk ou la cold wave, ses cousins).

Certainement pas fait pour durer au départ, le projet s'est néanmoins fait une jolie place dans la petite discothèque dérisoire de tout trentenaire / quadragénaire passablement mélomane, l'exercice ludique de la reprise décalée et, parfois, impertinente, lui assurant toujours une bonne place dans les fins de soirées-retrouvailles entre anciens camarades de lycée ou condisciples d'études supérieures.

La formation a par ailleurs largement élargi ses horizons, passant de la bossa nova à la musique caribéenne, la country... jusqu'à un quatrième album (Couleurs sur Paris, 2010), dédié cette fois au meilleur des tubes français parmi les plus radiophonés de la même époque ("L'aventurier", "Marcia Baila", "Mala Vida"... que l'on parle d'un best of !).

On était donc curieux de voir ce que tout cela pourrait donner sur scène. Des reprises, en concert ? Nouvelle Vague ayant le minimalisme facile et un sens certain du contrepied, il y avait en effet tout au moins lieu de craindre que tout cela ne finisse en plaisanterie potache mais poussive, sans réelle ambition musicale et aux allures, justement, de fin de soirée entre potes vieillis et un rien ennuyés.

Le public de l'Aéronef fut, sans doute aucun, rassuré. Sur scène, c'est même à un certain débordement d'énergie que l'on a pu assister. Très en devant de la scène, les chanteuses Mélanie Pain et Liset Alea auront rivalisé de présence et d'armes de séduction massives (vestimentaires, vocales), faisant aisément oublier l'absence des artistes qui, sur disque, prêtent leur voix à Marc Collin et Olivier Libaux, les deux initiateurs du projet (en vrac, et de façon non exhaustive : Emilie Loizeau, Adrienne Pauly, Vanessa Paradis, Helena Noguera, Cœur de pirate, Julien Doré...).

La setlist a su équilibrer avec courage l'ensemble de la discographie du groupe, glissant de l'anglais au français, et même à l'espagnol ("Mala Vida"), avec ses meilleurs moments, ses attendus ("Too drunk to fuck", "Master & Servant", "Love will tear us apart"), ses tristes absents ("Anne cherchait l'amour", "A forest") et en s'offrant même le luxe d'excellentes surprises ("Bela Lugosi's dead", sur scène, vraiment ?! Il est vrai que la version Nouvelle Vague est finalement plus accessible que celle de Bauhaus ; mais tout de même...).

Bien entendu, on se prend à réagir surtout aux titres que l'on connaît et que l'on préfère – mais n'est-ce pas finalement que la formule Nouvelle Vague fonctionne ? Pourrait-on réellement aimer ce "God Save The Queen" si dépouillé s'il n'avait pas d'abord été l'hymne d'une génération punk, un petit morceau d'histoire (musicale ?) à lui seul ?

Nouvelle Vague, en tout cas, joue à merveille avec l'ambiguïté de ces plaisirs confondus (celui de la musique et celui de la nostalgie ; celui de la pirouette et celui de la dérision ; celui de l'énergie festive et d'un érotisme bon marché) et emporte à sa suite un public, certes pas au grand complet, mais complètement ravi.

En première partie, la pop guillerette du bruxellois Samir Barris, elle, n'aura guère convaincu, malgré toute la sympathie que pouvaient susciter le jeune et souriant chanteur / guitariste et ses deux acolytes.

Certainement manquait-il à ses ballades quasi-acoustiques un peu de vie, de fougue, de folie, d'originalité – ou l'ancrage dans une histoire plus grande que lui.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bande à part de Nouvelle Vague
La chronique de l'album 3 de Nouvelle Vague
La chronique de l'album Couleurs sur Paris de Nouvelle Vague
La chronique de l'album I could be happy de Nouvelle Vague
Nouvelle Vague en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Nouvelle Vague en concert au Grand Rex (25 avril 2007)
Nouvelle Vague en concert au Fil (17 octobre 2008)
La chronique de l'album Quel effet ? de Samir Barris
La chronique de l'album Tenter l'atout de Samir Barris

En savoir plus :
Le site officiel de Nouvelle Vague
Le Bandcamp de Nouvelle Vague
Le Facebook de Nouvelle Vague
Le site officiel de Samir Barris
Le Myspace de Samir Barris

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=