Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arlt
La Langue  (Almost Records)  novembre 2010

On ne va pas se mentir, la chanson française c’est un peu comme un restaurant à volonté, c’est indigeste et écœurant à la longue. Néanmoins si tout semble insipide dans la bouche, il y a toujours une saveur inattendue qui vient se poser sur la langue. Il est question de cela ici !

La langue donc , premier Lp de Arlt fait partie de ces disques inespérés.

Un peu d’histoire d’abord, Arlt est un duo composé de trois personnes. Il y a Eloise Decazes (chant) , Sing Sing (guitare/chant) et Mocke du groupe Holden (guitare sur album et parfois en live), qui a d’ailleurs, soit dit en passant, produit l’album.

Ce qui frappe dès la première note c’est le jeu de Sing Sing, guitariste minimaliste et complexe, rappelant un peu la singularité de Dick Annegarn, certes, mais en plus blues au niveau rythmique, avec une finesse proche de la bossa nova, avec en prime un coté extra terrestre, et donc, forcément moins belge.

Puis l’on découvre la voix d’Eloise Decazes, sublime, chanter le language des anges que Sing Sing lui écrit (à part "Une Joie" et le splendide "Revoir La Mer" entiérement écrit par celle-ci).

Les paroles sont un peu tristes, parfois drôles et surtout surréalistes. D’ailleurs ce qui est bien dans le petit livret qui accompagne le disque, c’est qu’elles sont écrites. Oui, mais de manières brute, imprimées sur papier comme elles ont été pensées, soit sans ponctuation ni autre repère, comme dans un livre de Joyce.

La chose commence sur le tubesque "La rouille" , qui permet d’oublier en quelques secondes l’incroyable nombres de tâcherons que la variété nous inflige depuis tant d’années. Et c’est tant mieux, même si les oiseaux en pâtissent sur "Après quoi nous avons ri". L’intro bossa nova de "La honte" rappelle avec fierté l’excellente Rita Lee, pendant qu’au sommet du "Château d’Eau" la batterie jazzy de PJ Grappin fait son apparition. "Les dents" est une merveilleuse ballade ectoplasmique, l’impeccable solo de Mocke semble être une ode à la mélancolie provoquée par le départ d’une foire aux manèges.

Puis vient "Une joie" avec ses chœurs finaux aussi beaux qu’effrayants. "Revoir la mer" est une chanson étonnante où Eloise répète la même phrase deux minutes durant, la répétition semble faire écho au cycle des vagues et le fond sonore free limite bruitiste évoque les tempêtes maritimes avec la batterie de travers ; on peut entendre là un naufrage sentimental qui finit par ressusciter de beauté violente. "De haut en bas" est la plus belle chanson de rupture qui soit et tout en délicatesse. "Je voudrais être mariée" est un chef d’œuvre, une chanson parfaite, avec une impressionnante performance vocale qui vient réellement des tripes, un rythme primaire et médiéval qui peut éventuellement donner une idée du coté sombre de l’acide, et un solo ahurissant aussi précis que Sterling Morrison avec un rasoir électrique. On pense en premier lieu, sur ce morceau, au duo Fontaine / Areski, mais il n’en est rien, Arlt impose avec brio son propre univers, bien loin finalement des expérimentations orientale de ces deux-là !

Moins Sombre, "Lettre morte" rassure, et se construit progressivement tout au long du morceau, grâce à la batterie et au mariage des deux voix. L’album s’achève sur "Que se passe-t-il" et son intro très entrainante qui incite et invite à la danse éthiopienne. La chanson s’arrête soudainement, frustrant légèrement et donnant envie de remettre le disque depuis le début, ce qui est également le point A d’une nouvelle dépendance.

Toujours est il que vous n’aurez pas besoin de faire tourner 7 fois "la langue" sur votre platine pour être conquis, en espérant que cette dernière soit bonne et qu’elle ne fourche point. Et si vous n’êtes pas convaincus, allez vous faire foutre !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album One of us canno?t be wrong de Manuel Bienvenu & Arlt
Arlt en concert au Divan du Monde (14 mai 2008)
Arlt en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
Arlt en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Arlt en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2011 (samedi 19)
Arlt en concert à La Péniche (vendredi 10 juin 2011)
Arlt en concert à L'Aéronef (jeudi 31 mai 2012)
Arlt en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
L'interview de Arlt (jeudi 31 mai 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Arlt


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=