Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arlt
La Langue  (Almost Records)  novembre 2010

On ne va pas se mentir, la chanson française c’est un peu comme un restaurant à volonté, c’est indigeste et écœurant à la longue. Néanmoins si tout semble insipide dans la bouche, il y a toujours une saveur inattendue qui vient se poser sur la langue. Il est question de cela ici !

La langue donc , premier Lp de Arlt fait partie de ces disques inespérés.

Un peu d’histoire d’abord, Arlt est un duo composé de trois personnes. Il y a Eloise Decazes (chant) , Sing Sing (guitare/chant) et Mocke du groupe Holden (guitare sur album et parfois en live), qui a d’ailleurs, soit dit en passant, produit l’album.

Ce qui frappe dès la première note c’est le jeu de Sing Sing, guitariste minimaliste et complexe, rappelant un peu la singularité de Dick Annegarn, certes, mais en plus blues au niveau rythmique, avec une finesse proche de la bossa nova, avec en prime un coté extra terrestre, et donc, forcément moins belge.

Puis l’on découvre la voix d’Eloise Decazes, sublime, chanter le language des anges que Sing Sing lui écrit (à part "Une Joie" et le splendide "Revoir La Mer" entiérement écrit par celle-ci).

Les paroles sont un peu tristes, parfois drôles et surtout surréalistes. D’ailleurs ce qui est bien dans le petit livret qui accompagne le disque, c’est qu’elles sont écrites. Oui, mais de manières brute, imprimées sur papier comme elles ont été pensées, soit sans ponctuation ni autre repère, comme dans un livre de Joyce.

La chose commence sur le tubesque "La rouille" , qui permet d’oublier en quelques secondes l’incroyable nombres de tâcherons que la variété nous inflige depuis tant d’années. Et c’est tant mieux, même si les oiseaux en pâtissent sur "Après quoi nous avons ri". L’intro bossa nova de "La honte" rappelle avec fierté l’excellente Rita Lee, pendant qu’au sommet du "Château d’Eau" la batterie jazzy de PJ Grappin fait son apparition. "Les dents" est une merveilleuse ballade ectoplasmique, l’impeccable solo de Mocke semble être une ode à la mélancolie provoquée par le départ d’une foire aux manèges.

Puis vient "Une joie" avec ses chœurs finaux aussi beaux qu’effrayants. "Revoir la mer" est une chanson étonnante où Eloise répète la même phrase deux minutes durant, la répétition semble faire écho au cycle des vagues et le fond sonore free limite bruitiste évoque les tempêtes maritimes avec la batterie de travers ; on peut entendre là un naufrage sentimental qui finit par ressusciter de beauté violente. "De haut en bas" est la plus belle chanson de rupture qui soit et tout en délicatesse. "Je voudrais être mariée" est un chef d’œuvre, une chanson parfaite, avec une impressionnante performance vocale qui vient réellement des tripes, un rythme primaire et médiéval qui peut éventuellement donner une idée du coté sombre de l’acide, et un solo ahurissant aussi précis que Sterling Morrison avec un rasoir électrique. On pense en premier lieu, sur ce morceau, au duo Fontaine / Areski, mais il n’en est rien, Arlt impose avec brio son propre univers, bien loin finalement des expérimentations orientale de ces deux-là !

Moins Sombre, "Lettre morte" rassure, et se construit progressivement tout au long du morceau, grâce à la batterie et au mariage des deux voix. L’album s’achève sur "Que se passe-t-il" et son intro très entrainante qui incite et invite à la danse éthiopienne. La chanson s’arrête soudainement, frustrant légèrement et donnant envie de remettre le disque depuis le début, ce qui est également le point A d’une nouvelle dépendance.

Toujours est il que vous n’aurez pas besoin de faire tourner 7 fois "la langue" sur votre platine pour être conquis, en espérant que cette dernière soit bonne et qu’elle ne fourche point. Et si vous n’êtes pas convaincus, allez vous faire foutre !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album One of us canno?t be wrong de Manuel Bienvenu & Arlt
Arlt en concert au Divan du Monde (14 mai 2008)
Arlt en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
Arlt en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Arlt en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2011 (samedi 19)
Arlt en concert à La Péniche (vendredi 10 juin 2011)
Arlt en concert à L'Aéronef (jeudi 31 mai 2012)
Arlt en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
L'interview de Arlt (jeudi 31 mai 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Arlt


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=