Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La dernière nuit de Sand et Musset
Théâtre du Petit Saint Martin  (Paris)  février 2011

Comédie dramatique de Marie-Françoise Hans, mise en scène de Régis Mardon, avec Gaëlle Billaut-Danno et Xavier Clion.

Sur une idée de Jean-Luc Moreau, Marie-Françoise Hans s'est attelée à l'écriture d'une pièce retranscrivant la dernière nuit des deux amants terribles : George Sand et Alfred Musset qui s'aimèrent, se disputèrent, se réconcilièrent pour mieux se tromper, se retrouver et se déchirer encore, jusqu'au bord de la folie, jusqu'à cette dernière nuit qui marqua la fin de leur histoire.

"La dernière nuit de Sand et Musset" s'ouvre au retour du désastreux voyage à Venise des amants. George y contracte la dysenterie pendant qu'Alfred va courir les catins. Souffrant à son tour de la terrible maladie, il délire et proche de la folie manque de tuer sa belle. George lassée des infidélités d'Alfred et de la vie de passion destructrice qu'ils vivent tout deux, prend un amant. Ils se retrouvent en France et se réconcilient mais Musset fou de jalousie et en proie à son penchant morbide pour le malheur, fait vivre à Sand un véritable enfer émotionnel. C'est au cœur de cette dernière nuit que va se jouer le sort de ce couple atypique.

Il est génial. Elle est la première femme se voulant libre dans une société patriarcale. Il est rêveur, jouisseur, destructeur, avec un penchant pour la boisson. Elle est terre à terre, travailleuse, castratrice, toujours en lutte contre la société.

Au fil des mots se révèle la personnalité trempée de ces monstres de la littérature française (Marie-Françoise Hans n'a pas oublié de distiller quelques phrases empruntées respectivement aux deux auteurs), sans oublier pourtant que ce sont avant tout un homme et une femme, des êtres humains qui vivent les affres de la passion et se disputent comme un couple lambda, rongé par ses problèmes domestiques.

Sont-ils fait pour vivre ensemble ? Peut-être, peut-être pas... la vraie question est: arriveront-ils à dépasser leurs blessures respectives ? L'amour peut-il survivre à tant de douleur ? Doit-on faire le choix du bonheur par dessus celui de la passion ?

Les deux comédiens, Gaëlle Billaut-Danno et Xavier Clion, sont criants de vérité. Ils retranscrivent parfaitement les revirements d'humeurs et les affres désespérés que leur font tout deux subir leurs sentiments, dans une longue discussion, qui glisse souvent vers la dispute orageuse, flirtant également avec la douceur du sentiment amoureux, sans pour autant éviter les écueils des reproches amers, voire des menaces à peine voilées.

La mise en scène de Régis Mardon place le spectateur au cœur de la chambre des amants, symbolisée par un immense lit, seul élément du décor. C'est sur ce lit, véritable radeau de la méduse, que nos amants à la dérive jouent toute la pièce, ne posant finalement que rarement le pied à terre, comme pour marquer l'isolement dans lequel leur relation les a plongé. Le lit, d'abord lieu de débauche amoureuse, devient tour à tour le bureau de George, le ring de leur lutte, le terrain neutre de leur entente.

Cette partition à deux voix est suivie avec autant de passion que les personnages la vivent, en ayant parfois l'impression douloureuse et gênante d'assister à une vraie dispute d'un couple d'amis  et d'en  pénétrer l'intimité, ce qui peut mettre mal à l'aise. L'intérêt psychologique et historique de la pièce l'emporte cependant comme la justesse du propos et l'impeccable et passionnée prestation des comédiens qui touchent ou agacent mais ne laissent certainement pas indifférent.

 

Cécile Beyssac         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=