Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The pains of being pure at heart - Tu Fawning
Aéronef  (Lille)  lundi 21 février 2011

Repéré et annoncé depuis des mois déjà comme le renouveau d'une scène noisy pop qui en aurait bien besoin, déçue même, ou en tout cas laissée tiède par la reformation de sa plus grande figure historique (My Bloody Valentine), The pains of being pure at heart a su justifier sur scène les espérances placées en lui, notamment par les Inrocks.

Après les excellents Joy Formidable, accompagnés des Dodoz et des jeunes Divine Paiste un jeudi plus tôt, c'est en effet la formation de Brooklyn qui était à l'honneur de la soirée Indie Club du 21 février à l'Aéronef de Lille. Elle venait y préparer la sortie de son deuxième album, Belong, attendu pour 2011 – et dont on sait déjà qu'il s'ornera d'une fort jolie pochette.

Pour le reste, on ne peut que supposer que les compositions seront à l'allant de ce que l'on a entendu sur scène : une noisy-pop finalement surtout pop, qui n'atteint le mur du son que pour l'orner de tendres graffitis amoureux, suicidaire comme une adolescente sans soucis, glamoureuse, un rien naïve. "Les affres d'un cœur pur", on avait été prévenu.

On songe souvent aux Cure, pas tant pour le chant de Kip Berman (quoique), que pour le duo basse-claviers de Peggy Wang et Alex Naidus. Rien de détestable là-dedans, évidemment. On aime, aussi, le côté direct des compositions, l'absence de fioritures, introductives ou conclusives. C'est souvent tranché, voire abrupte. Les petites maladresses juvéniles du cœur pur, certainement. En cela, The pains of being pure at heart s'inscrit, surtout, dans le prolongement de My Bloody Valentine, ce que l'on ne saurait lui reprocher.

Le public ravi ce soir-là, manifestement d'avance conquis, n'aura pas même songé à reprocher au groupe l'absence d'un titre emblématique – un hymne plutôt qu'un tube, comme le cri de ralliement que chaque groupe se doit de posséder. Il n'y aurait qu'un chroniquer aigri pour y songer. À moins que, dans le recueillement poli d'un aéroclub sage comme une salle lilloise, ce titre soit passé inaperçu au milieu des autres ?

Du Quartet Tu Fawning qui s'est vu confié la mission d'ouvrir a soirée, on sait peu de chose : venu de Portland, il est composé de deux hommes et deux femmes. Au vu d'une prestation scénique très convaincante, on peut en revanche assurer qu'ils jouent un rock fou, champêtre, aérien, décalé, inventif, dans la lignée d'un Tuung ou d'un Mum nouvelle façon, peut-être.

On flirte là avec les clichés un peu hippies du musicien pieds nus jouant de la guitare acoustique en souriant ; de la clavieriste un peu pompette, chemise à franges et frange démise – pourtant on n'y est pas tout à fait, Tu Fawning, c'est un peu plus sérieux que ça. On y croise la folie d'un Robocop Kraus, l'urgence punkoïde en moins ; on y retrouve quelque chose de la tension d'un Portishead live, une froideur machinique en moins.

Certains dans le public n'avaient fait le déplacement que pour cette première partie qui est en passe de devenir grande – un concert aura suffi à comprendre pourquoi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Belong de The pains of being pure at heart
La chronique de l'album Days of abandon de The Pains of Being Pure at Heart
La chronique de l'album Hearts On Hold de Tu Fawning

En savoir plus :
Le site officiel de The Pains of Being Pure at Heart
Le Soundcloud de The Pains of Being Pure at Heart
Le Myspace de The Pains of Being Pure at Heart
Le Facebook de The Pains of Being Pure at Heart
Le site officiel de Tu Fawning
Le Myspace de Tu Fawning

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=