Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mogwai
Hardcore will never die but you will  (Rock Action / Pias)  février 2011

A écouter Hardcore will never die but you will j'arrive à me glisser, je crois, dans la peau de ceux qui n'aimaient pas suffisamment Mogwai lorsque j'essayais de leur faire admettre, en 2000 ou 2001 que ces mecs-là constituaient certainement l'un des meilleurs groupes du monde, qu'ils avaient une puissance renversante, qu'il y avait dans leur musique quelque chose que l'on ne trouvait pas ailleurs.

Mais que s'est-il passé en dix ans ? Pour leur septième album au plein sens du terme, rien n'a semble-t-il réellement changé pour les écossais. Ils délivrent toujours un post-rock à forte dominante instrumentale, hanté parfois d'un chant vocodé, écrasé souvent sous la saturation, la compression, la réverbération. On lit toujours dans certaines chroniques que leur nom vient du film Gremlins, alors qu'on est persuadé qu'ils songeaient certainement plus directement à la traduction chinoise du mot "fantôme".

Les titres de leurs albums sont toujours tarabiscotés et vaguement humoristiques. Les musiciens sont toujours fans de footballs et Stuart Braithwaite pourrait encore déclarer : "I love noise". Alors, que s'est-il passé ?

Rien n'est réellement mauvais dans cet album, évidemment – parler de mauvais album serait même indécent et interdirait à celui qui le ferait de seulement penser à prononcer un jour le nom de la plupart des artistes dont les noms remplissent les grilles de programmes des télévisions spécialisées, fournissent la chair à programmation des grands festivals commerciaux de l'été, nourrissent les bacs avides des supermarchés de la grande distribution culturelle indépendante. Mais la scottish guitar army nous avait un temps habitué à produire des chefs d’œuvres, de ces modèles de lourdeur qui suffisaient à jeter à bas l'équilibre de tout un univers musical (que l'on réécoute la trilogie : Young team, 1997 ; Come On Die Young, 1999 ; Rock Action, 2001).

Hardcore will never die but you will se révèle à la hauteur de ce que Mogwai fait depuis 2003. Un post-rock synthétique, propre sur lui, sans prétention ni révolution. Un post-rock efficace, concis, puissant, épique. Un post-rock de bonne facture. Du bon travail de bon ouvrier compétent. Sans fièvre ni trouble, sans peut-être non plus la passion des débuts. Sans débordements. Sans ces petites imperfections si charmantes. Un disque sans faute de goût, sans exagération, sans défaut. Un post-rock un peu lisse. Osé comme du God is an astronaut, malpoli comme les dernières productions du label Constellation, dérangeant comme le dernier Radiohead. Un disque sage, correct à tous les sens du terme.

Légèrement autistique, le Mogwai nouveau se tient dans une bienheureuse apesanteur, tourné vers le grand silence des espaces infinis. On est loin, c'est certain et c'est un louable morceau de bravoure, des clichés mélancolico-romanesques du post-rock. Il est simplement triste que l'on n'ait pas su mettre à la place quelque chose d'autre, un autre imaginaire, qui nourrisse son mélomane et donne à cette musique une dimensions évocatrice.

En résumé : il manque un peu de vie, à tout cela, un peu d'éclat – comprendre : de coups d'éclats. Pour autant, on ne jettera pas tout – en fait : on ne jettera presque rien de cet album. On s'étonnera peut-être, à la rigueur, hésitant entre jubilation et une pointe d'indignation, que "Letters to the metro" évoque si clairement le morceau "Cody" et "George Squarte Thatcher Death Party" le mythique "Mogwai Fear Satan". Dans tous les cas, Hardcore will never die but you will ne sera pas l'album que l'on conseillera à qui ne connaîtrait pas encore Mogwai.

Certainement ne s'est-il rien passé. Mogwai n'a pas changé. Simplement mes oreilles ouvrent-elles les yeux, lassées, au fil du temps, de s'accrocher en vain, espérant le retour du plus grand Mogwai, disparu il y a près d'une décennie. Je ne sais même plus depuis combien d'albums Mogwai déçoit mes espoirs. Mais certainement mes espoirs sont-ils simplement déplacés. La faute à moi, tant pis pour moi.

Que l'on laisse ces écossais produire une bonne musique, cela devrait déjà sembler bien assez.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happy songs for happy people de Mogwai
La chronique de l'album Mr Beast de Mogwai
Mogwai parmi une sélection de singles (été 2006)
La chronique de l'album Zidane : A 21st Century Portrait de Mogwai
La chronique de l'album The Hawk is Howling de Mogwai
La chronique de l'album Special Moves de Mogwai
La chronique de l'album Les Revenants OST de Mogwai
La chronique de l'album A wrenched virile lore de Mogwai
La chronique de l'album Rave Tapes de Mogwai
La chronique de l'album Central Belters de Mogwai
La chronique de l'album Every Country's Sun de Mogwai
Mogwai en concert à l'Elysée Montmartre (5 juin 2003)
Mogwai en concert à La Laiterie (9 avril 2006)
Mogwai en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Mogwai en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (dimanche)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Mogwai en concert à l'Olympia (30 septembre 2006)
Mogwai en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Mogwai en concert à L'Aéronef (vendredi 18 mars 2011)
Mogwai en concert au Trianon (jeudi 17 mars 2011)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
Mogwai en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Samedi 6 juillet
L'interview de Mogwai (Avril 2004)
L'interview de Mogwai (5 juin 2003)
L'interview de Mogwai (décembre 2005)
L'interview de Mogwai (8 juillet 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Mogwai
Le Myspace de Mogwai
Le Facebook de Mogwai


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=