Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'Alligator 2011 (samedi 19)
ARLT - Michael Rault - Dick Annegarn - June & Lula  (La Maroquinerie, Paris)  du 11 au 26 février 2011

C'est ce soir la première date de l'édition des Nuit de l'Alligator à la Maroquinerie, l'affiche est un mélange de découvertes, de jeunes musiciennes dont la notoriété grandi dans un buzz qu'aucune maison de disque n'oserait espérer et d'un musicien fait du bois dont on fait les meilleures guitares. L'ambiance dans la salle est détendue, les gens sont assis dans la fosse, seule la dizaine de photographes présents ce soir, sont debout face à la scène.

L'arrivée d'ARLT semble réveiller un tant soit peu le public, plongé dans des discussions de comptoir. Le duo, composé de la  chanteuse, Eloïse Decazes et son comparse à la guitare et au chant, connu depuis quelques années sous le pseudonyme de Sing Sing, prennent place. Les deux musiciens se tournent autour, se rattrapent, s'éloignent pour mieux se retrouver. Eloïse fait des volutes avec ses bras, semble habitée lorsqu'elle chante. Au fil de leur set, savant mélange de chansons matinées de blues, la douce voie d'Eloïse et le jeu de guitare si particulier de son accompagnateur, envoûtent le public et finira par le pousser à se lever et finir par participer, mais pas beaucoup on reste à Paris tout de même. Les chansons de leur premier album La Langue (que je vous engage vivement à découvrir) sont de petites perles de douceur, que les textes pour le moins originaux, décalés viennent renforcer. Ces deux là ont créé un monde bien à eux et nous le font découvrir au fil de leur ballades. Le but du festival étant les découvertes de talents, on peut dire qu'avec ARLT, cela est réussi.

Place ensuite au canadien Michael Rault et ses musiciens, qui œuvrent dans un registre classique de blues-rock-pop. Un mélange des Blues Brothers, Huey Lewis et les Beatles pour le côté pop. Peu d'intérêt à cette prestation, malgré l'énergie déployée par le jeune musicien et sa bande. Beaucoup de bruit pour pas grand-chose, un classicisme ennuyeux, on se croirait dans un film américain pour adolescents des années 80 (l'image de Huey Lewis s'impose à ce moment là). Le groupe "fait le job" rien de plus, c'est plat, c'est mou, pas d'aspérités ni le moindre relief. Il est temps de passer à la suite.

On ne devrait plus présenter Dick Annegarn et pourtant il semble que la jeune génération ait laissé de côté ce musicien d'origine hollandaise. Pour résumer, on dira qu'il s'est inspiré des racines de la musique (folk, blues etc.) et a inspiré ou accompagné les gens de sa génération durant quelques années. Il vient de publier un album de reprises de titres essentiels du blues Folk Talk. Une sorte de Who's Who musical, faisant revivre des chansons folk des héros oubliés de la musique, pour paraphraser le titre du livre de Nick Tosches.

Seul sur scène et bavard comme une concierge parisienne, M. Annegarn nous conte l'histoire des chansons avant de les interpréter, ce qui est très souvent drôle et instructif. Au menu des reprises, à noter "Georgia", dont le refrain sonne familier à nos oreilles, "Fever" et bien d'autres.

Pour l'interprétation de "My Girl" (immortalisée en son temps par Nirvana), un invité viendra l'accompagner, Raphaël. Puis Dick reviendra pour un rappel où il interprétera "Freedom" de Richie Havens, immortalisée à Woodstock.

Ces chansons prennent une dimension particulière lorsque Dick Annegarn les interprète à sa façon si personnelle. Son jeu de guitare qui lui est si propre et sa voix grave qu'il place en restructurant le phrasé original pour le faire sien, éclairent ces chansons sous un autre angle, improbable. Un bel hommage à ses racines musicales.

C'est maintenant au tour des nouvelles égéries du blues, celles dont la renommée grandit jour après jour, June & Lula. Sur la scène, June est à gauche assise sur un tabouret avec sa guitare, Lula sur la droite, pieds nus. Au milieu, un bassiste les accompagne. Dire que les demoiselles ont du talent n'est pas assez fort pour leur rendre justice.

Dès les premières notes et les entrelacs de leurs deux voix, les frissons commencent. Même si ce n'est pas ma tasse de thé, la qualité des interprètes et de leurs chansons est indéniable. Les deux voix se mélangent, se rejoignent pour mieux se fuir et se compléter.

Aucune ne prend le pas sur l'autre, de la complémentarité à l'état pur. Les textes parlent de sexe et d'alcool (souvent mélangés), des histoires complexes pour une musique à la simplicité fausse.

La guitare virevolte et la voix lui répond avec autant d'élan. June & Lula offrent une prestation haut en couleurs, le public s'il ne l'était pas déjà, est conquis et même plus.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Langue de Arlt
La chronique de l'album One of us canno?t be wrong de Manuel Bienvenu & Arlt
ARLT en concert au Divan du Monde (14 mai 2008)
ARLT en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
ARLT en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
ARLT en concert à La Péniche (vendredi 10 juin 2011)
ARLT en concert à L'Aéronef (jeudi 31 mai 2012)
ARLT en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
L'interview de Arlt (jeudi 31 mai 2012)
La chronique de l'album Soleil du Soir de Dick Annegarn
La chronique de l'album Folk Talk de Dick Annegarn
La chronique de l'album Twist de Dick Annegarn
Dick Annegarn en concert au Festival Les nuits de l'alligator 2006 (mardi)
L'interview de Dick Annegarn (mercredi 14 décembre 2016)
June et Lula en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - Vendredi

En savoir plus :
Le Myspace de ARLT
Le Myspace de Michael Rault
Le site officiel de Dick Annegarn
Le Facebook de Dick Annegarn
Le Myspace de June & Lula
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'alligator

Crédits photos : Olivier Olivar (Toute la série sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Dick Annegarn (14 décembre 2016)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=