Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Patrice
Interview à Solidays  (Paris)  9 juillet 2004

Racines métissées pour le jeune Patrice, artiste atypique, auteur-compositeur-interpréte à qui Babatunde, son patronyme africain, inspire cette musique vibrante et inspirée, fusion du reggae roots, de la soul intimiste et de la funk servie par une voix riche et singulière.

Particulièrement apprécie en France, il revient avec plaisir à Solidays.


 

Tout d'abord, votre dernier album How Do You Call It date de 2002. A quand le prochain ?

Patrice : Et bien sans doute en tout début d'année prochaine. Entre janvier et mars je pense.

Sera t il dans la même veine que les précédents ?

Patrice : Non car j'aimerais que chaque album soit différent du précédent. Celui ci sera peut être un peu plus "rock". Mais à vrai dire je n'en suis pas encore bien sûr car j'ai enregistré beaucoup de chansons et je dois maintenant choisir celles que je vais mettre sur l'album et ce choix conditionnera le feeling de l'album. C'est donc difficile à dire pour le moment.

Toutes les chansons sont donc déjà écrites, en jouerez-vous ce soir ?

Patrice : Oui d'ailleurs je vais commencer le concert avec une nouvelle chanson. Et puis j'en jouerais peut être une ou deux autres… qui sait ? (sourire)

Quel est l’accueil du public français ?

Patrice : J'apprécie particulièrement la France car c'est le premier pays à avoir apprécié et reconnu ma musique. J'étais encore jeune, quand Lions, mon premier mini album est sorti en fait. Ce disque a eu un beau succès sans grosse promotion derrière ni rien. Les gens l'ont découvert et apprécié pour ce qu'il était, pour la musique. C'est un vrai amour de la musique, sans arrière pensée et j'adore vraiment venir jouer en France. Je suis réellement très heureux d'être de retour ici.

D'ou provient votre style musical assez particulier, mêlant reggae et folk notamment ? De vos racines ?

Patrice : Mes racines sont dans le ciel, alors je ne sais pas trop (rire). En fait cela vient naturellement, c'est comme ça que je joue mais parfois c'est aussi quelque chose que je veux. C'est à dire auquel je réfléchis et je veux que ça sonne de telle façon. C'est toujours un peu différent. Mais plus je suis en accord avec moi-même et plus je reste naturel, mieux c'est pour les chansons.

Vous avez une voix très singulière et reconnaissable, pourriez-vous imaginer chanter autre chose que du reggae ?

Patrice : Absolument ! Ma voix n'est pas que pour moi, elle doit être au service de la musique. Particulièrement sur le dernier album, il y a différents styles musicaux et ma voix est le lien entre tous ces styles. C'est avant tout Ma voix, elle est comme ça et je ne veux surtout pas me forcer à chanter comme un chanteur de reggae ou un chanteur de soul etc... Je fais avec ma propre voix et c'est tout.

Vous jouez essentiellement en acoustique. Cela vous permet-il de vous différencier de ce qui se fait dans la musique reggae et écarter la comparaison ?

Patrice : Tout d'abord c'est bien sûr parce que j'aime jouer de cette façon, j'aime beaucoup le son de la guitare acoustique. Mais je n'aime pas vraiment être comparé en fait (rire).

Solidays est-il un festival comme un autre dans ta tournée ?

Patrice : Non pas exactement. J'ai déjà joué à Solidays et la première fois que je suis venu c'était effectivement un festival comme un autre sur mon planning. Mais une fois que j'ai été ici j'ai rencontré des gens qui parlaient du sida, et je me suis rendu compte que ce festival était différent. Maintenant que j'ai la chance de pouvoir revenir ici, je sais de quoi il en retourne et je viens en connaissance de cause. Je suis vraiment content d'être là, j'ai choisi de venir à ce festival plutôt qu'un autre cette année. Et puis je voulais aussi vraiment jouer en France, à Paris car malheureusement je ne joue que très peu en France.

Après Solidays, continuez-vous de tourner en Europe avant le prochain album ? Et y aura t il une tournée pour accompagner sa sortie, notamment en Europe ?

Patrice : Oui il y aura sans doute une tournée. En attendant, ma préoccupation principale c'est quand même les chansons, l'écriture la production du prochain album...

Vous écrivez des chansons tout le temps ?

Patrice : Oui !

Vous avez donc du stock et pour combien d'albums alors ?

Patrice : (rires) Beaucoup ! Peut être au moins 3 ou 4 !

Et vous continuez d'écrire ?

Patrice : Oui, c'est ma façon de m'exprimer, c'est plus facile pour moi. Mais je ne me force pas à écrire. Nous allons faire 2 ou 3 festivals cet été et ensuite je m'occuperais de mon prochain album.

Dans les festivals, comme ce soir, jouez-vous avec un groupe ?

Patrice : Oui, toujours les mêmes. Ce sont aussi eux qui jouent sur l'album. Nous sommes comme un groupe, une famille.

Est ce que le groupe participe à l'écriture des chansons ?

Patrice : En fait, je compose les chansons sur ma guitare acoustique, je fais les arrangements et la production, ce qui leur laisse peu de marge en fait. Mais quand nous sommes en studio chacun peut bien entendu proposer ses idées, par exemple une nouvelle ligne de basse etc... et ensuite je décide si c'est bon, et dans ce cas on le garde, ou si ça ne l'est pas et alors on oublie.

On travaille de cette façon mais chacun est important. C'est le mélange de personnes, l'apport de chacun qui font que la musique est bonne. Si je jouais avec d'autres musiciens, probablement que la façon d'interpréter les chansons serait différente. Les chansons seraient bien sur les mêmes mais l'interprétation serait différente. Le fait est que ces musiciens me connaissent vraiment bien et l'interprétation des chansons me correspond vraiment bien. Nous ressentons les mêmes vibrations, c'est vraiment facile et agréable de jouer avec eux.

Cela signifie aussi que selon les circonstances l'interprétation peut être différente. Qu'en sera t il ce soir avec toute cette pluie ?

Patrice : En fait, habituellement quand on joue, la pluie disparaît. Elle laisse place à un bel arc en ciel. (rires).

En tout cas quand on joue live c'est effectivement différent. On ne joue pas de façon mécanique. Il nous faut un déclic pour que ce soit vraiment bien. Cela peut être de l'improvisation par exemple, chacun peut s'exprimer et on ne s'occupe plus des éventuelles erreurs que l'on peut faire. Ce qui compte c'est de s'exprimer, de produire une énergie et de la partager avec le public et se sentir bien sur scène !

En dehors de la musique, écrivez-vous dans un format plus littéraire ou pratiquez-vous d’autres arts ?

Patrice : Non... J'ai une fois essayé d'écrire une pièce de théâtre mais bon... Peut être que j'aurais envie de faire des courts métrages un jour, quelque chose comme cela, mais pour l'instant la chanson est un format dans lequel je me retrouve complètement.

Si vous ne disposiez que de 3 mots pour décrire votre musique, quel serait votre choix ?

Patrice : "Moves like life".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album One de Patrice
La chronique de l'album Ville Nouvelle / Nouvelle ville de Pascal Bouaziz / Michel Cloup / Patrice Cartier
Patrice en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Patrice en concert au Festival Art Rock 2005 (Samedi)
Patrice en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Patrice en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Samedi)
Patrice en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Patrice en concert au Fil (24 février 2009)
Patrice en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
L'interview de Patrice (26 juillet 2010)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Patrice (26 juillet 2010)


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=