Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Solidays 2004 (dimanche)
Max Romeo - Keziah Jones - Fabulous Trobadors - The Servant - Java - Benabar - Thomas Fersen - Tetes Raides -Junior Kelly - Sinsemilia - IAM  (Paris (Hippodrome de Longchamp))  11 juillet 2004

"Ah merde ca fait vraiment chier ce temps à la con" s'exclame le festivalier en ce beau dimanche matin pluvieux alors qu'il sort de sa tente pas tout à fait étanche contraitement à ce que lui avait prédit le vendeur ! En effet, ce troisième et dernier jour des Solidays se déroulera à nouveau sous la pluie.

Aujourd'hui dimanche, rien de tel qu'une petite messe. Même si les cloches ne sonnent pas, nous assistons à celle des Soeurs de la Perpétuelle Indulgence. Sous la houlette de Sœur Thylège de la Vache Folle Gardienne des Anges Dite la Gothique, les nonnes vont nous distiller, sur fond musical de tubes parodiés, un show délirant.

Cornettes et voiles sont bien présents mais les maquillages kitsch et les tenues excentriques des sœurs de Paname ont fait un détour par chez Michou et le Queen et elles nous entraînent dans une ronde festive et roborative.

 

 

 

 

Cette messe sous forme de comédie musicale est un véritable spectacle de cabaret qui sous tend un message militant concernant tant les problèmes liés au sida que ceux d'acceptation de la différence. Percutant dans le message et drôle dans la forme, ce spectacle baroque restera à n'en pas douter dans les mémoires.

Avant le final, une des soeurs rappelle que l’insulte corrode et tue aussi. ("On utilise l’image de la folle qui est détestable mais nous restons des humains... Ne laissez pas éteindre vos rêves car c’est cela qui fera demain.").Et "que Sainte Pouff et Sainte Utopie veille sur nous ce week end !".

Sous une pluie battante, nous nous rendons au concert de Max Romeo, le rastafara man, encore dans son emballage d'origine garantie années 60. Le bonhomme a de l'allure avec ses immenses dreadlocks et son magnifique sourire bordé d'une barbe grisonnante. Et comme le vendredi lors du concert de Patrice, le vieux monsieur nous fait remarquer avec les yeux qui pétillent qu'il a cessé de pleuvoir dès lors qu'il s'est mis à chanter son reggae dans la plus pure veine historique.

Saxo, trombone, guitare, basse, batterie pour le roots reggae vibrant avec chœurs comme au bon vieux temps avec les messages usuels : "Peace and love is the message of every time", "Jah is happiness, I love you too".

Tiré à 4 épingles Max Roméo fait monter la température et un drapeau rasta émerge même du public .. ainsi qu'une forte odeur de joint d'ailleurs...Toute bonne chose ayant une fin, la pluie reprend le dessus et cette fois ci notre vénérable rastaman n'y pourra rien.

Nous filons à l'interview de Bénabar pour l'un et au concert de Keziah Jones pour l'autre.

Chemise ethnique négligemment passée par dessus un marcel blanc, sur scène devant une foule de fan dont le nombre est important. Cela étant, il mérite largement son succès car même si il joue dans un registre relativement peu original, sa musique, mélange de free jazz, de funk et de rock, est plutôt du genre percutante et fédératrice. L'homme étant aussi un virtuose de la 6 cordes, ce qui ne gâche rien d'autant qu'il a su construire son style et son propre son autour de ses multiples influences..

 

Mais ce n'est pas le moment de faiblir, il faut vite retourner de l'autre côté pour aller voir The Servant, groupe de power pop anglais, guitare, basse, batterie. 

The servant c'est essentiellement l'anglais Dan Black qui nous distille une pop rock électronique et mélodique qui n'a rien de révolutionnaire mais dont les ruptures sont faites sur mesure pour lui permettre tant les effets de voix que les jeux de scène qui ne sont pas sans rappeler ceux de la chanteuse d'AS Dragon mais en moins dénudé.

Pendant ce temps se produisent sous le Dôme les incontournables Fabulous Trobabors.

Fabulous les bien nommés car fabuleux au sens d’étonnant et d’incroyable. En 1992, leur premier album Era pas de faire a constitué un véritable OMVI (objet musical non identifié d’après la terminologie kurtienne) en créant un genre musical inédit le "rapatois" mélange ultime et particulièrement hardi de rap et de musiques traditionnelles.

Claude Sicre, l’exhumeur du patrimoine des musiques populaires d’Occitanie des chansons de tradition orale enrichies par chaque génération, et Jean-Marc Enjalbert alias Ange B, l’human beatbox, ressuscite les joutes vocales primitives de tous horizons.

Malicieuses, drôles et efficaces, elles prônent sous des airs guillerets et des paroles simples les valeurs traditionnelles que sont le civisme, la démocratie et la pluralité culturelle.

Les toulousains sont venus certes avec leur tchatche et leur tambourin mais également avec 2 choristes, une percussionniste et 2 danseurs. Le Dôme est plein et le spectacle sera autant dans la salle que sur scène. Les deux compères sont toujours aussi à l'aise dans leurs duels verbaux et se répondent du tac au tac avec une rapidité et une fluidité impressionnante.

Leurs textes eux, sont toujours aussi drôles ("Je ne rêve pas du paradis/Chez nous on le construit/Toulousain rime avec zinzin") et savent titiller l'auditeur là ou il faut pour lui placer quelques vérités bien senties entre deux blagues qui ne sont pas comme le dit Claude "des jeux de mots de l'almanach Vermot" !

Et lorsqu'ils demandent au public avec l'aide des 2 danseurs de faire des rondes et de danser chacun à leur tour à l'intérieur, tout le monde y va de son trémoussement et Claude se lance dans une impro ne contenant que des rimes en "é", jusqu'à...épuisement.

Bel exercice de style et ambiance incroyable qui monte encore d'un ton quand les Fabulous Trobadors font monter sur scène un certain Christophe, choisi au hasard dans la foule car c'est son anniversaire qui lui sera donc souhaité par plusieurs centaines de personnes et par la chanson" Un an de plus".

Conférence de presse des Fabulous Trobadors >>>

Après les interventions des représentants d’associations de lutte contre le sida de nombreux pays, notamment d’Afrique, le public est invité à faire un Die-in en solidarité avec la 15ème journée internationale contre le sida qui s’ouvre aujourd’hui même à Bangkok sous la pluie.

En savoir plus >>>

Le changement d'ambiance est brutal lorsque quelques minutes plus tard les Java investissent la scène Paris. Entre chansons et musette, les titis parisiens de Java amusent la foule, notamment en sautant dedans à poil, mais ne parviennent pas vraiment à convaincre.

Un sandwich à la saucisse de Toulouse plus tard, petit détour par le concert de Thomas Fersen sous le Dôme. Concert retardé par la visite du ministre de la Culture mais qui commence enfin sous un tonnerre d'applaudissements.

Le dandy Fersen apparaît sur une scène un peu personnalisée, avec de jolis éclairages sphériques, un piano et un panneau indiquant la ville de "St Jean du doigt" (petite bourgade bretonne et titre de la dernière chanson du concert).

Ce qui frappe chez Thomas Fersen, c'est le décalage entre ce personnage un peu austère et dandy et ses textes oscillants entre poèmes surréalistes et petites histoires de la vie ordinaire mais aussi son humour pince sans rire qui lui fait dire avec un naturel confondant en attrapant son ukulele "le ukulele est à la guitare ce que le string est au caleçon".

Un concert impeccable d'un artiste assez singulier dans la chanson française qui semble aujourd'hui avoir enfin trouvé le public qu'il mérite.

C'est maintenant l'heure du concert de Bénabar, qui lui aussi semble attendu par nombre de fans mais cette fois ci sur la grande scène.

Tout de noir vêtu, il entre sur la scène en trombe avec un tonitruant "Bonsoir M'sieurs dames !" et c’est parti. Il prend le public à bras le corps et ne le lâche pas.

Fer de lance de la nouvelle chanson néo-réaliste française, il a de l’abattage, visiblement à l'aise et heureux d'être là, déversant ses histoires de la vie de tous les jours, avec un humour parfois grinçant sur une musique assez pêchue pour de la chanson mais peut être pas assez pour du rock.

Une musique entre deux eaux et des textes fédérateurs dans lesquels tout un chacun peut se reconnaître. Avec parfois des accents à la Montand ou à la Paolo Conte, il a manifestement de la présence et un certain charisme qui épate les spectateurs.

Un concert sans bavure, Bénabar est content : "Merci M'sieurs Dames !"

Impossible de voir les Sinsemilia qui jouent en même temps que les Têtes Raides qui ont la réputation d'être un bon groupe de scène.

Et là ou je m'attendais à voir un groupe de chanteurs pour instituteurs pseudo intello, je me retrouve face à une ribambelle de musiciens de talent, tous vêtus de noir et multi- instrumentistes, qui nous prouvent qu'il n'y a pas besoin de guitares hyper saturées pour faire du rock.

Ainsi à coup de violoncelle, violon, clavier, cuivres en tout genre, guitare acoustique ou accordéon les Têtes Raides produisent un rock intelligent et joyeux tout en ayant des propos fort et un engagement fort (ils sont à l'origine du mouvement "Chaos social").

De la scansion incantatoire à la mélopée indienne, de la fanfare à la musique médiévale, tout passe à la moulinette de la horde noire. Au fil des morceaux les Têtes Raides passent d'un instrument à un autre, d'un style à un autre tout en gardant une certaine unité qui en fait leur image de marque.

C'est devant un public quittant déjà massivement l'hippodrome que se produira en clôture le groupe de rap IAM dans le noir total pour des raisons techniques. Admettons...

Et la nuit tombe sur Solidays...

 

Le Vendredi à Solidays
Le Samedi à Solidays
La cérémonie Patchwork
Entretien avec les Fabulous Trobadors
Conférence de presse de Bénabar
Les soeurs de la perpétuelle indulgence
L'association AIDES à Solidays
Interview de l'équipe presse de Solidarité Sida
Interview de LC Les Filles

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Max Romeo en concert au Festival Les Nuits Secrètes
Max Romeo en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Dimanche
La chronique de l'album Nigerian Wood de Keziah Jones
Keziah Jones en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Keziah Jones en concert au Fil (29 janvier 2009)
Keziah Jones en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Keziah Jones en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi
Fabulous Trobadors en concert à Belleville (20 juillet 2004)
Fabulous Trobadors en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
La conférence de presse de Fabulous Trobadors (11 juillet 2004)
The Servant en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
La chronique de l'album Mercredi ! A La Java ! de Mathieu Boogaerts
Java en concert à La Nouvelle Java (21 novembre 2003)
Java en concert au Festival du Bout du Monde
Java en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - mercredi
Benabar en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Benabar en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
Benabar en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
Benabar en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
Benabar en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Benabar en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
La conférence de presse de Bénabar (11 juillet 2004)
La chronique de l'album Gratte moi la puce, Best of de poche de Thomas Fersen
La chronique de l'album Je Suis Au Paradis de Thomas Fersen
La chronique de l'album Thomas Fersen & The Ginger Accident de Thomas Fersen
La chronique de l'album Un Coup de Queue de Vache de Thomas Fersen
Thomas Fersen en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Thomas Fersen en concert au Fil (jeudi 12 décembre 2013)
Thomas Fersen en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Thomas Fersen (mardi 13 décembre 2016)
La chronique de l'album Fragile des têtes raides
La chronique de l'album Banco des Têtes Raides
La chronique de l'album Corps de mots de Têtes raides
La chronique de l'album Les Terriens de Têtes Raides
Tetes Raides en concert au Festival des Terre-Neuvas de Bobital 2004
Tetes Raides en concert au Festival des Terre Neuvas à Bobital (Galerie photos)
Tetes Raides en concert au Zénith (30 mars 2006)
Tetes Raides en concert au Festival Class'Rock 2006
Tetes Raides en concert à La Maroquinerie (26 novembre 2007)
Tetes Raides en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - vendredi
Tetes Raides en concert au Festival Foreztival 2011 (7ème édition)
La conférence de presse des Têtes Raides (9 juillet 2005)
L'interview des Têtes Raides (24 mars 2006)
L'interview de Têtes Raides (vendredi 12 avril 2013)
L'interview de Têtes Raides (lundi 17 février 2014)
Sinsemilia en concert au Festival Festa Dies 2004
Sinsemilia en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Sinsemilia en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (dimanche)
Sinsemilia en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Sinsemilia en concert au Festival Les Francos Gourmandes #4 (édition 2015) - Vendredi 12 juin
IAM en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Samedi
IAM en concert au Festival Rocktambule 2010 (16ème édition)
IAM en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche
IAM en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
IAM en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
IAM en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Thomas Fersen (13 décembre 2016)
Benjamin Diamond (10 octobre 2008)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=