Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Delano Orchestra
Now that you are free my beloved love  (Kütu Folk Records)  octobre 2010

Il est un rock majuscule, bien au-delà des diamants de Catherine Lara, de la légende d'un Smet ; un rock qui s'écrit en longues phrases, belles d'équilibre, parfois précaire, riches et complexes ou percutantes ou minimalistes et intelligentes et riches de sens et évocatrices ou expressionnistes et inventives et osées ou instantanées classiques ; en riffs concis, à la ponctuation percussive ; parfois subordonné à la logique d'un chant, de ce que l'on pourrait avoir à dire ; un rock qui se déroule, sur disque, de sa première minute à son point final, extatique, usé, brisé – régénéré par un voyage immobile, l'ouverture soudaine sur la profondeur du vécu d'un autre, l'âme brûlée au bain bouillonnant de ses émotions, si semblables aux nôtres ; un rock artistique, en somme, qui laisse-là l'ambition marchande radiophonique télévisuelle populaire consensuelle grégaire à la mode d'une victoire ou d'un classement pour se porter aux nues d'une création faisant d'une disque un mode d'expression, une écriture à part entière.

C'est un tel rock capital que proposent les clermontois du Delano Orchestra pour leur troisième album : Now that you are free my beloved love, l'un des plus excellents disques pop-post-rock français du dernier trimestre 2010.

Gage de qualité, le disque paraît chez Kütu Folk, le label-collectif qui fait réaliser l'artwork à ses artistes et qui coud à la main des pochettes cartonnées, cherchant en cette ère très numérique à valoriser l'objet-disque autrement que par le prix de l'emballage plastique. Gage d'authenticité et de cohérence, l'album a été enregistré par le sextet en une seule prise de quarante six minutes.

On y retrouve les sonorités propres à la formation, alliant aux instruments traditionnels du rock violoncelle et trompette, avec un chant doux, parfois presque effacé, qui pourra parfois rappeler par sa capacité à allier qualités expressives, douceur et fragilité les frissons que nous avaient donné Thomas Méry (du temps de Purr ou Téléfax), Efrim Menuck (pour le premier Silver Mt Zion, par exemple) ou François Barriet (le temps du juvénile et exceptionnel I've got a really important thing to do but I can't do it right now because I'm asleep de Porcelain). On y navigue dans un univers très ample, narratif, évocateur, où une poésie de clair-obscur, si ce n'est de crépuscule, volontiers nostalgique, se laisse parfois glisser dans l'oubli de soi le temps d'un titre plus pop, presque d'un refrain, un peu à la façon dont le mélancolique trouve parfois un peu de soulagement à sa langueur dans un éclat de rire inattendu.

The Delano Orchestra trouve ainsi l'équilibre parfait d'un rock sérieux sans gravité, d'une émotion qui sait éviter un certain nombre de clichés, dont celui de l'auto-apitoiement, du désespoir feint, de la détresse convenue, du noir à tout prix. Si les compositions du sextet sont nocturnes, c'est d'une nuit baignée des clartés d'une lune ronde et bienveillante. Une nuit d'été, à la fraicheur bienvenue, dont la profondeur est une promesse plutôt qu'une menace. Il ne reste plus qu'à s'y perdre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Will Anyone Else Leave Me de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Dossier Kütu Folk Records de Pastry Case - St-Augustine - Leopold Skin - The Delano Orchestra
La chronique de l'album EITSOYAM de The Delano Orchestra
La chronique de l'album MVAT MVCT MLWY de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
The Delano Orchestra en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
The Delano Orchestra en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
The Delano Orchestra en concert au Nouveau Casino (8 avril 2009)
The Delano Orchestra en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)

En savoir plus :
Le site officiel de The Delano Orchestra
Le Myspace de The Delano Orchestra
Le Facebook de The Delano Orchestra


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=