Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Delano Orchestra
Now that you are free my beloved love  (Kütu Folk Records)  octobre 2010

Il est un rock majuscule, bien au-delà des diamants de Catherine Lara, de la légende d'un Smet ; un rock qui s'écrit en longues phrases, belles d'équilibre, parfois précaire, riches et complexes ou percutantes ou minimalistes et intelligentes et riches de sens et évocatrices ou expressionnistes et inventives et osées ou instantanées classiques ; en riffs concis, à la ponctuation percussive ; parfois subordonné à la logique d'un chant, de ce que l'on pourrait avoir à dire ; un rock qui se déroule, sur disque, de sa première minute à son point final, extatique, usé, brisé – régénéré par un voyage immobile, l'ouverture soudaine sur la profondeur du vécu d'un autre, l'âme brûlée au bain bouillonnant de ses émotions, si semblables aux nôtres ; un rock artistique, en somme, qui laisse-là l'ambition marchande radiophonique télévisuelle populaire consensuelle grégaire à la mode d'une victoire ou d'un classement pour se porter aux nues d'une création faisant d'une disque un mode d'expression, une écriture à part entière.

C'est un tel rock capital que proposent les clermontois du Delano Orchestra pour leur troisième album : Now that you are free my beloved love, l'un des plus excellents disques pop-post-rock français du dernier trimestre 2010.

Gage de qualité, le disque paraît chez Kütu Folk, le label-collectif qui fait réaliser l'artwork à ses artistes et qui coud à la main des pochettes cartonnées, cherchant en cette ère très numérique à valoriser l'objet-disque autrement que par le prix de l'emballage plastique. Gage d'authenticité et de cohérence, l'album a été enregistré par le sextet en une seule prise de quarante six minutes.

On y retrouve les sonorités propres à la formation, alliant aux instruments traditionnels du rock violoncelle et trompette, avec un chant doux, parfois presque effacé, qui pourra parfois rappeler par sa capacité à allier qualités expressives, douceur et fragilité les frissons que nous avaient donné Thomas Méry (du temps de Purr ou Téléfax), Efrim Menuck (pour le premier Silver Mt Zion, par exemple) ou François Barriet (le temps du juvénile et exceptionnel I've got a really important thing to do but I can't do it right now because I'm asleep de Porcelain). On y navigue dans un univers très ample, narratif, évocateur, où une poésie de clair-obscur, si ce n'est de crépuscule, volontiers nostalgique, se laisse parfois glisser dans l'oubli de soi le temps d'un titre plus pop, presque d'un refrain, un peu à la façon dont le mélancolique trouve parfois un peu de soulagement à sa langueur dans un éclat de rire inattendu.

The Delano Orchestra trouve ainsi l'équilibre parfait d'un rock sérieux sans gravité, d'une émotion qui sait éviter un certain nombre de clichés, dont celui de l'auto-apitoiement, du désespoir feint, de la détresse convenue, du noir à tout prix. Si les compositions du sextet sont nocturnes, c'est d'une nuit baignée des clartés d'une lune ronde et bienveillante. Une nuit d'été, à la fraicheur bienvenue, dont la profondeur est une promesse plutôt qu'une menace. Il ne reste plus qu'à s'y perdre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Will Anyone Else Leave Me de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Dossier Kütu Folk Records de Pastry Case - St-Augustine - Leopold Skin - The Delano Orchestra
La chronique de l'album EITSOYAM de The Delano Orchestra
La chronique de l'album MVAT MVCT MLWY de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
The Delano Orchestra en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
The Delano Orchestra en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
The Delano Orchestra en concert au Nouveau Casino (8 avril 2009)
The Delano Orchestra en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)

En savoir plus :
Le site officiel de The Delano Orchestra
Le Myspace de The Delano Orchestra
Le Facebook de The Delano Orchestra


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=