Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mamie Tevennec - Le Cellier de Mamie
  (41 rue Faidherbe Paris 11ème)  décembre 2010

Peut-on concilier la gastronomie corse et bretonne dans un même lieu ? Est-il possible d’unir ces deux régions au caractère (et au climat) bien trempé et si différent ?

Et bien oui.

Chez Mamie Tevennec, les galettes, le cidre et l’andouille de Guémené sont bretonnes mais la charcuterie elle, est belle et bien corse. Ce restaurant est, à l’image des propriétaires du lieu, le fruit d’une alliance improbable et pourtant réussie : lui, en salle, est breton et sa femme (en cuisine) est corse. Ensemble ils nous proposent un voyage gastronomique qui mise sur la convivialité et fait la part belle aux produits régionaux.

Vous entrez tout d’abord dans Le cellier de Mamie, décor à l’ancienne, avec un comptoir à trancher massif et imposant, garnis de charcuteries diverses, sur lequel repose une vieille balance. On retrouve derrière, un garde-manger en bois qui regorge des victuailles les plus variées : confitures, bouteilles de vin, produits cuisinés en conserve… Car Chez Mamie Tevennec vous pouvez certes y manger, mais vous avez également la possibilité de venir simplement y chercher votre charcuterie à la coupe ou acheter une bonne bouteille pour le repas du soir.

Si vous voulez rester déjeuner ou diner, cependant, vous passerez dans la salle décorée de lambris de bois, de tables et de chaises également en bois sur carrelage rouge et blanc, style ancien, avec un grande table fermière, pratique pour les groupes, le tout éclairé par des suspensions en cuivre.

L’accueil est chaleureux et le patron n’hésite pas à vous expliquer l’ensemble du menu et la provenance de tous les produits. On apprend ainsi que novembre pour la charcuterie correspond à la fin de saison et qu’elle est donc plus salée. Elle provient directement du village de Pietralba. Pour un peu on vous montrerait une photo du cochon et de sa mère, sa grand-mère, son arrière grand-mère…

Idem pour le beurre fumé (et l’ensemble des produits laitiers) qui vient de chez Bordier. Il a le goût de l’étable et une belle couleur jaune, qui laisse imaginer la motte qui se cache en cuisine. Le pain lui, est fait à partir d’une farine issue de l’agriculture biologique, et n’a eu pour ainsi dire qu’à traverser la rue, puisqu’il provient de l’Autre boulange, une boulangerie située rue de Montreuil.

Vous l’aurez donc compris : chez Mamie Tevennec, les produits sont mis à l'honneur, sont d’excellentes qualités et entre en grande partie dans la réussite des plats.

A la carte, vous pouvez déguster en entrée une belle planche de charcuterie, corse ou bretonne pour 5-6 € (les petites) ou 10-12 € (les grandes) tranchée à la minute sous vos yeux et servie avec son beurre fumé et ses petites tranches de pain de campagne. Ensuite, laissez-vous tenter par une galette de sarrasin garnie d’un assortiment de charcuterie corse et de tomme, le tout couronné d’un œuf miroir et d’une petite salade verte.

Je vous parle ici de la "Mamie Tevennec en corse" qui est succulente et généreuse (9.5 €), mais lorsque Mamie s’en va "Sur le port de Tevenne"» (poisson fumé par les bon soins de Safa,  légumes grillés et marinés, salade verte et ciboulette 9.5 €) le voyage vaut également le détour. On peut aussi choisir sa garniture et composer une galette personnalisée à partir de 1 (4.3 €) ou 2 (6.7 €) ingrédients. On peut également se contenter d’une grande salade, préparée à base des produits qu’on peut retrouver dans les galettes : charcuterie corse, fromage, légumes grillés et marinés, poisson fumé… (8-9 €)

Arrive ensuite le moment du fromage et je ne saurai trop vous recommander que de tester la planche de fromages (5-10€ selon la taille) qui propose un assortiment varié et généreux (toujours accompagné de beurre fumé et de pain de campagne, je le rappelle).

S’il vous reste encore un peu de place (mais je vous recommande d’en garder), goûtez la crêpe caramel beurre salé (maison évidemment) servie avec sa glace au nougat et sa chantilly (elle aussi maison).

Vous pouvez arroser le tout d’un cidre bio (ou pas), brut ou doux (3 € la bolée, 8 € la bouteille) ou bien alors d’un petit vin de Loire ou d’un côte du Rhône Notre-Dame de Cousignac PRO.I.B "PROduit par un Irréductible assoiffé de liBerté" (c’est écrit sur la bouteille) (entre 16 et 24 €).

Pour les grosses faim (ou ceux qui aiment tout goûter) il existe le "menu découverte" à 28 € qui propose une planche de charcuterie en entrée, une galette composée, une planche de fromage et une crêpe au caramel beurre salé. De quoi sortir bien repu avant d’aller se balader dans le quartier de Charonne.

Qu’on soit oiseau de nuit, famille du dimanche midi, carnassiers avec un gros appétit ou petit oiseau se sustentant d’une simple galette, si vous aimez les bons produits authentiques vous ne serez pas déçus, car chez Mamie Tevennec on propose à peu près tout ce qu’on aime trouver dans un bon garde manger. Les crêpes en plus.

 

Cécile Beyssac         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
 

• Archives :
- les derniers articles (44)
- les derniers journal (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=