Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Penché dans le vent
Thomas Riedelshemer  juillet 2018

Réalisé par Thomas Riedelsheimer. Allemagne. Documentaire. 1H37 (Sortie le 18 juillet 2018). Avec Andy Goldsworthy.

A l'aube du nouveau millénaire sortait un film de Thomas Riedelshemer intitulé "Rivers and Tides" et consacré au travail artistique d'Andy Goldsworthy, une des grandes figures du Land Art.

Créant des œuvres la plupart du temps éphémères dans la nature, ce plasticien se révélait un personnage passionnant et faisait mieux comprendre sa démarche et celle des artistes qui lui emboîtait le pas en faisant de la nature leur terrain d'expérimentation.

Plus de seize ans après, "Penché dans le vent" de Thomas Riedelsheimer revient sur l'oeuvre de Goldsworthy, mais cette fois-ci insiste davantage encore sur l'homme derrière l'oeuvre. Il faut aussi dire que Goldsworthy lui-même a évolué. Son travail s'avère plus accompli, à la fois plus simple et plus complexe et on a l'impression qu'il s'y implique davantage "intimement".

Que ceux qui n'auront pas d'éléments de comparaison avec le précédent film de Thomas Redessiner ne s'effraient pas. Nul besoin d'avoir vu le premier pour comprendre le second.

D'ailleurs, en quelques secondes, le néophyte sera happé par la beauté des images du réalisateur allemand, images aidées et conditionnées par ce que lui propose Andy Goldsworthy, désormais omniprésent physiquement et sensuellement dans des œuvres envoutantes dans leurs formes et leurs couleurs.

Le Land Art selon Andy Goldsworthy est une communion de l'homme et de la nature, dans laquelle l'homme est en recherche, exprime ses doutes et ses contradictions. Pas question pour lui de créer des œuvres monumentales où l'on lirait sa mégalomanie.

Pas question non plus d'agir "violemment" sur l'environnement. Ses créations sont en général biodégradables ou concernent des arbres déjà abattus. Ce qu'il a créé de ses mains, d'autres mains peuvent le détruire.

Reste une part de "construction" dans des paysages ballotés par les vents. Goldsworthy aime creuser des petites cavités en forme de tombeaux dans lesquels un corps pourrait se lover, ou parfois dresser des espèces de tumulus en pierres. Ce n'est pas un hasard s'il travaille en Écosse ou en Angleterre dans des anciens pays celtes.

Dans "Penché dans le vent" de Thomas Riedelsheimer, Andy Goldsworthy est pratiquement le seul à s'exprimer. Sa pensée est douce et pleine de doutes.

Cet homme que l'on voit véritablement "affronter" physiquement les éléments, aime s'y mouvoir à la recherche d'une vérité qu'il essaie de partager avec ses semblables dans ses créations. C'est une philosophe de la pure sensation qui rappellera les grands anciens, des Celtes à Lucrèce.

Le cinéaste est évidemment en pleine empathie avec son sujet et il nous convainc sans peine que son personnage est un humain que l'on aimerait compter aussi parmi ses amis.

Il faudra attendre les cinq dernières minutes du film, cinq minutes d'anthologie, pour comprendre l'énigmatique titre choisi par Thomas Riedselheimer.

Si l'on ne sait pas ce que le cinéaste veut dire par "penché dans le vent", on en aura une démonstration spectaculaire, qui clôt un documentaire exceptionnel, à la fois beau et habité, et qui, en louant un homme, écrit un poème à la gloire de la nature.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
deco 

• Edition du 2018-07-22 :
Penché dans le vent - Thomas Riedelshemer

• Edition du 2018-07-15 :
Les Films - Juillet 2018
Laura nue - Nicolo Ferrari
Paul Sanchez est revenu ! - Patricia Mazuy
Les Dames du Bois de Boulogne - Robert Bresson

• Edition du 2018-07-08 :
Une nouvelle chance - Jake Goldberger
The Strange Ones - Christopher Radcliff et Lauren Wolkstein
Ciné en Bref - How to talk to girls at parties - Désobéissance - 3 jours à Quiberon - Love, Simon - Ocean's 8 -
Ma nuit chez Maud - Eric Rohmer
Mais ne nous délivrez pas du mal - Joël Seria
Rétrospective Dario Argento -
 

• Archives :
L'Ile au trésor - Guillaume Drac
Ma Fille - Laura Bispuri
Un couteau dans le coeur - Yann Gonzalez
Jericó, le vol infini des jours - Catalina Mesa
Cocktail Molotov - Diane Kurys
Sans un bruit - John Krasinski
La Religieuse - Jacques Rivette
Ciné en bref - La mauvaise réputation - Jurassic World, Fallen Kingdom - Mon Ket - Demi-soeurs -
Les Affamées (Blue Movie) - Wim Verstappen
Le Voyage de Lila - Marcela Rincon Gonzalez
Sicilian Ghost Story - Fabio Grassadoni et Antonio Piazza
Le Cercle littéraire de Guernesey - Mike Newell
Les Films - Juin 2018
The Final Portrait - Stanley Tucci
The Cakemaker - Ofir Raul Graizer
Ciné en bref - Gueule d'ange - La Fête des Mères - Everybody knows - L'homme qui tua Don Quichotte -
Cinq et la peau - Pierre Rissient
Le Voyeur - Michael Powell
Train de vies ou les voyages d'Angélique - Paul Vecchiali
Bienvenue en Sicile - PIF
Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête - Ilan Klipper
Miracle - Egle Vertelyte
L'Arche de Monsieur Kervadac - Karel Zeman
Ciné en Bref - La Révolution silencieuse - Milf - Place publique - Amoureux de ma femme - Larguées -  
Comme des rois - Xabi Molia
Les Films - Mai 2018
Nous sommes l'Humanité - Alexandre Dereims
Dodsworth - William Wyler
La Chair de l'Orchidée - Patrice Chéreau
Ciné en Bref - Escobar - Red Sparrow - Marie Madeleine - Ready Player One - Carnivores - Dans la brume -
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (17)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1324)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=