Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yaël Naïm & David Donatien - Mariama
Le Fil  (Saint-Etienne)  samedi 12 mars 2011

De toute façon, la fin du monde est prévue pour décembre 2012. C’est déjà fait pour le Japon ; en France, ça sera probablement autour de mai 2012. En attendant que la mort nous frôle, je n’ai rien trouvé de mieux à faire que de me régaler les sens, tous les moyens sont bons, ce soir là, j’avais choisi d’assouvir mes gourmandises visuelle et auditive (mais j’avais soif… oui, je sais, c’est la crise…). J’ai donc une fois de plus dégainé ma trottinette et pris les sentiers qui mènent au-delà de la frontière, pour atteindre la cité vallonnée.

Tout a commencé avec une grande métisse aux boucles d’oreilles hypnotiques, à la voix extra orbitale : Mariama. Toute seule, avec une aura grande comme ça, de là, jusque là, et une guitare (j’ai failli oublier la guitare). Toute timide la miss, à nous parler de son Hippie qui sort lundi, à nous chanter des titres de son "Hippie". Elle termine son show d’un enivrant "Underground", comme quand on tourne sur soi-même, de plus en plus vite, les bras en croix et les yeux fermés, vertige… Et les applaudissements la transforment en fillette agrippée à sa guitare, genre "tiens ? ça vous plaît ?". Bien sûr que ça nous plait, tu croyais quoi ?

Au fait, son EP est sorti, sur fond de blues et de voix profonde. Trois petits tours et puis s’en va.

Et puis nous attendons les tant attendus Yaël Naïm et ses acolytes qui se font attendre au son de pitis zoizeaux qui pioupioutent dans les zarbres, et qui nous font patienter trois petites minutes à la lumière bleue qui fait des vagues dans les gradins, wouah, c’est zoliiiii. Et là voilà, pendant que tout le monde avait le dos tourné pour regarder les joulies vagues bleutées sur les têtes des gens derrière. Elle arrive avec ses cheveux sauvages et sa robe de fillette, tout en sautillant, elle salue le monde d’une micro révérence et d’un petit coucou, et file s’asseoir au piano.

Deux secondes, c’est le temps qu’il a fallu pour que la magie s’installe. Elle a l’air étonnée de nos applaudissements sur ce premier titre dont j’ai oublié le nom, mais dont l’air a trotté dans ma tête pendant tout le chemin du retour, sur ma trottinette à roulettes, en zigzaguant pour ne pas écraser les grenouilles attirées par le bitume humide. Son deuxième titre aussi a dû attirer des grenouilles mais on s’en fout, personne ne regardait à terre, on était tous rivés à Yaël Naïm, même ses musiciens, son partenaire David Donatien, ses techniciens, tout le monde était hypnotisé.

Normal, on avait fait connaissance avec le phénomène après New Soul (mais si, ça fait lalalalalalalalalalalalala, ça aussi ça s’incruste dans la tête et ça fiche de bonne humeur), on avait levé un sourcil étonné et ravi aux reprises de "Toxic" et "Umbrella" des Brit-Trash et Riha-Trash peinturlurées en string. Ce sont les cinq fruits et légumes, c’est bio, et ça fait souffler une douce brise de bord de mer, avec le soleil et le sable qui ne gratte pas. C’est Yaël Naïm qui nous offre son Umbrella pour la pluie.

Et puis elle sautille, elle trottine, raconte un peu ses premiers pas, ça n’a pas été facile d’arriver là, on n’en doute pas, David Donatien a été justement cité, remercié, applaudi. Avec un léger accent (Israëlien non ? Un pays magnifique encore une fois… malgré les drames qui s’y déroulent, mais c’est juste pour faire diversion pour préparer tranquillou la fin du monde…), elle nous narre ses débuts, son exil, et enchaîne avec son pimpant "Come Home" que lui martèle sa famille depuis tout ce temps, désolés messieurs-dames, on aimerait bien la garder encore un peu nous.

Son style ? S’il fallait des mots pour le définir, je dirais un mélange de jazz, de musique berbère qu’on joue uniquement sous des tentes bariolées avec des dromadaires qui ronflent dans le sable, du charleston sans les trompettes et du blues en mandoline.

Tout s’enchaine ensuite, entre des petites danses improvisées (ou pas ?) entre les musiciens, les gloussements mutins, un petit air en hébreu, les sautillements de chipie, les airs tristes et les ballades guillerettes, elle virevolte comme une petite fée espiègle, va de l’un à l’autre, donne, offre, généreuse sans compter, finissant de convaincre ceux qui étaient venus sans conviction, changeant toute trace de moue en piou piou, à vous refiler le sourire pour un moment.

Mais si, vous savez, ce petit frémissement du coin de la lèvre, celui qui fait se plisser les paupières, étinceler les yeux, vous devez sûrement connaître…

Sacrément anti-sceptique tout ça.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Yael Naim
La chronique de l'album She Was A Boy de Yaël Naïm & David Donatien
Yael Naim en concert à La Boule Noire (décembre 2007)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Yael Naim en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - lundi 27 avril
Yael Naim en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - jeudi 21 juillet
Yael Naim en concert à Nancy Jazz Festival (samedi 15 octobre 2016)

Mariama parmi une sélection de singles (avril 2011)
La chronique de l'album The Easy Way Out de Mariama

En savoir plus :
Le site officiel de Yael Naim
Le Soundcloud de Yael Naim
Le Facebook de Yael Naim
Le site officiel de Mariama
Le Myspace de Mariama

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-12-15 :
Dave Liebman - Joe Lovano - Greg Osby - Street Talk : Saxophone Summit
41ème Rencontres Trans Musicales de Rennes - Les Trans 2019 - Ben Shemie - Tau - Art Melody - Shht - Los Bitchos - Shortparis - Go Go Machine Orchestra - Megative - Edgar - Sun - Acid Arab - Wunderbar - Mush - Yin Yin - San Salvador
Molto Morbidi - I Don't Know What I'm Doing EP
Sun - Brutal Pop EP
My Imaginary Loves - Aside
Midnight Colors - Midnight Colors
Marcel et son orchestre - Hits Hits Hits Hourra
Les Bons Becs - Big Bang
Andoni Iturrioz - Le roi des ruines
Kid Francescoli - Single So Over
David Byrne - American Utopia on Broadway
C GEM and the Red Moon Orchestra - Interview
Listen in Bed - Whosampled.com (Mix #6)

• Edition du 2019-12-08 :
Listen in Bed - Une certaine urgence (émission 6)
Mata Hari - Building Site EP
Lofofora - Interview
Lofofora - Vanités
A Winged Victory for the Sullen - The Undivided Five
Fred Perreard Trio - Romantic Sketches
Orkester Nord - Martin Wåhlberg - Grétry : Raoul Barbe Bleue
Hasse Poulsen - Not Married Anymore
Bodh'aktan - De temps et de vents
Les Nus - Enfer et paradis
Céline Bonacina - Fly Fly

• Edition du 2019-12-01 :
Quintana Dead Blues eXperience - Older
Francoeur - D'où vient le Nord EP
Zimmer - Zimmer
Lion Says - Other Side Effects
Vilde Frang & Michail Lifits - Paganini, Schubert
The glossy sisters - C'est pas des manières
Love Fame Tragedy - I don't want to play the victim, but I'm really good at it EP
Octave Noire - Los Angeles
Moonchild - Little Ghost
Half Moon Run - A blemish in the great light
Listen in Bed - Black Cofvefe (Mix #5)
 

• Archives :
Kosh - Les Trois Baudets
Robert Forster - Interview
Listen in Bed - Broadcast (émission 5)
Match - Dark Shade
Christophe Panzani - Les Mauvais Tempéraments
Duo Ypsilon - Pulsions
Ultra Vomit - Interview
Beatrice Rana - Ravel : Miroirs, la valse, Stravinsky : Petrushka, The Firebird
Grèn Sémé - Poussière
Igor and the Hippie Land - Love and chaos
Enik - The deepest space of now
Geysir - Malsamaj
Lau Ngama - Interview
Listen in Bed - What's In It For Me ? (Mix #4)
Alma Forrer - L'année du loup
Casagrande - Lucane EP
Emily Jane White - Immanent fire
Ludiane Pivoine - Femme Idéale EP
David Sztanke - Air India
Jae-Hyuck Cho - Bach, Liszt, Widor : Organ Works at la Madeleine
Listen in Bed - Women (émission 4)
Holy Bones - Silent Scream
Tim Linghaus - We were young when you left home
Bazar Bellamy - Jusqu'ici tout va bien
Rich Deluxe - Glam Shots
Manuel Etienne - Imago
Gilia Girasole & Ray Borneo - Stregata / Stregato
David Kadouch - Révolution
Lysistrata - It It Anita - The Eternal Youth - Le Normandy
The Hyènes - Ça s'arrête jamais EP
- les derniers albums (5844)
- les derniers articles (136)
- les derniers concerts (2320)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1084)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=