Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iron & Wine
Kiss each other clean  (Beggars Banquet)  janvier 2011

Sam Beam se confond avec Iron and Wine et inversement.

Depuis une petite décennie, le texan se cache derrière ce nom pour prodiguer ses mélodies enchanteresses. Une créativité insolente et une évolution contrôlée depuis ses débuts car partant d’un postulat folk, le bonhomme s’est inventé et se réinvente sans cesse jusqu’à être devenu une quasi-icône.

Cet album, on l’attendait fébrilement depuis 2007, date du précédent opus The shepherd’s dog  qui possédait une originalité et des directions empruntées en rupture avec premiers disques. Difficile, pensait-on naïvement, d’aller plus loin, plus beau.
Difficile mais pas impossible…

Kiss each other Clean est le quatrième opus de l’homme barbu que l’on retrouve sur la pochette dessiné par ses soins à l’instar du deuxième album  Our Endless Numbered Days. A ses débuts, à l’aube de notre présent siècle, on a découvert un Sam beam folkeux, puis acoquiné avec Calexico pour un EP In the reins  en 2005, il s’est fait expérimentateur, touche à tout génial.

On voyait bien l’évolution album après album. Et difficile de savoir ce que l’on attendait exactement pour ce nouveau disque. La continuité, la rupture, le changement dans la continuité? Toujours se laisser bercer par des douces mélodies ou un peu d’excitations nouvelles ?

Le précédent opus, The sheperd’s dog avait étonné puis enchanté, explorant des univers et des sonorités nouvelles. Et si on considère un petit côté midinette de certaines chansons (ce n’est pas pour rien que certains titres été utilisé dans Grey’s anatomy ou Twilight), le compte y est.

Pour ce disque, Sam Beam poursuit son voyage musical et s’approprie des rythmes et des sonorités improbables.

Il s’ouvre sur "Walking far from home" où dans une atmosphère brumeuse, la voix de Sam Beam se cache derrière un effet feutrant. Suivent "Tree by the river"  enchanteresse et ensoleillée chanson, aux chœurs lumineux, comme Sam beam sait si bien les faire et "Half moon"  qui ramène un peu  du côté americana. Le texan peut toujours se faire douceur comme sur "Godless brother in love" le purement cantique où sa voix aérienne survole bien haut l’ensemble. "Monkeys uptown"  classique sur le fond mais enrobée d’effets néo-futuristes bruitistes annonce le saxophone jazzy de "Big burned hand"  aux accents groovy seventies. Puis l’album se conclut sur "Your fake name is good enough for me" élégante chanson mosaïque qui débute également avec ses cuivres free jazz, pour se conclure à la manière d’un  "Trapeze swinger"  avec un gimmick vocal obsédant.

Malgré ses incursions jazzique, progressiste, le fond est bien là : L’émotion de la voix sans failles mais pleine de fêlures, la base folk cachée sous quelques kilos  d’enrobage. Car peut-on vraiment lutter contre sa nature ? Car il faut le voir sur scène pour comprendre que c’est dans le dépouillement que les chansons de Sam Beam ont le plus d’ampleur. On monte dans le wagon ou on reste en gare.

Alors forcément, ce disque va diviser. Certains penseront que l’homme s’est perdu en chemin, perdu dans les profusions sonores et d’autres, au contraire, salueront l’évolution et la prise de risque. On n’aime ou pas la direction suivie, les effets appliqués presque trop systématiquement à la voix, elle-même systématiquement doublée, les chœurs indissociables à sa musique.

Mais au final reste un album qui s’écoute, se découvre, se laisse approcher, se brûle, se reconsidère… Et si on se laisse apprivoiser, si on laisse une fenêtre entre-ouverte, une petite brise agréable et addictive viendra sans doute titiller nos oreilles.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Beast Epic de Iron & Wine
La chronique de l'album Years to Burn de Calexico / Iron & Wine
Iron and Wine parmi une sélection de singles (octobre 2007)
La chronique de l'album The Shepherd’s dog de Iron and Wine
La chronique de l'album Around The Well de Iron and Wine
Iron and Wine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Iron and Wine en concert au Divan du Monde (19 janvier 2008 )
La chronique de l'album Love letter for fire de Sam Beam & Jesca Hoop

En savoir plus :
Le site officiel de Iron & Wine
Le Myspace de Iron & Wine


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=