Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cali
Conférence de presse  (Solidays)  10 juillet 2004

Cali est sans aucun doute une des révélations de la chanson française 2003. Son premier album L'amour parfait, dont le titre "C'est quand le bonheur?" a inondé les ondes, a su rencontrer un vrai et fidèle public qui l'a suivi tout au long de sa tournée-marathon. Il n'attendait rien mais sa réussite n'est pas due au hasard : il a derrière lui des années de travail.

Réservé, sensible, presque intimidé devant les micros, il parle de son métier, de ses projets professionnels, de sa nouvelle vie mais reste vigilant...pour garder la tête sur les épaules.

Cela représente quoi pour vous d'être à Solidays?

Cali : Je suis très impressionné et très fier que l'on ait fait appel à nous parce que nous suivons cette cause depuis toujours.

Quel doit être le rôle d'un artiste dans la société?

Cali : Je crois qu'il ne faut pas en dire trop. Il faut faire attention et j'ai toujours peur des groupes qui développent des discours politiques et font des mauvaises chansons car cela dessert la cause qu’ils sont censés servir.

Quel souvenir retenez-vous de vos débuts ?

Cali : J’ai fêté mes 36 ans il y a quelques jours et démarré à 17 ans. Chaque année il se passe quelque chose de plus que l'année précédente. J'ai le souvenir de mon premier groupe qui était très punk et quand on jouait on n'arrivait pas à s'accorder. On poussait des cris, c'était très frais.

Une anecdote de votre vie d'étudiant?

Cali : Un bon souvenir est un concert que j’ai donné dans mon lycée avec un groupe très punk. Tous les professeurs étaient là. J'étais très fier et juste avant le concert on m'a dit : "Alors Bruno, tu joues ce soir, on est très fier de toi !" Et puis on s'est fait virer au bout de 3 morceaux parce qu'il y avait le mot "encule" dans les paroles.

Vous avez évoqué votre parcours depuis vos jeunes années. En un an vous êtes passé du café de la Danse pour un concert promo lors de la sortie de votre album à l’émission Vivement Dimanche de Michel Drucker. Est-ce le parcours que vous ambitionniez ?

Cali : Je ne souhaitais rien au départ. Je subis et j’apprécie. quand on me dit ça va vite je réponds que j’ai mis 20 ans à aller très vite. Tout ce que j’ai vécu auparavant, toutes les aventures antérieures, me permettent de passer certains paliers que d’autres mettent peut être plus de temps à passer.

Vous tournez depuis un an avec votre album. Eprouvez-vous un début de lassitude vis-à-vis de ses morceaux et un prochain album est-il déjà en préparation ?

Cali : Lassitude, non parce que nous avons la chance de partir de pas grand chose pour arriver à quelque chose de plutôt pas mal aujourd’hui. Nous avons côtoyé tous les types de salles en France depuis celles de 50 personnes jusqu’à celles de 6 000. Donc il n’y a pas de lassitude possible. Quant aux nouveaux titres, nous en proposons quelque uns sur scène aujourd’hui. D’autres arrivent. Nous les travaillons dans le bus en tournée.

Quelle est votre actualité proche ?

Cali : Ce matin nous avons mixé un DVD du concert au Bataclan du 26 mai 2004. C’est assez difficile de se regarder car on voit tous les défauts. Mais c’est également émouvant car on se dit que peut être l’an prochain j’existerais plus ou il y aura plus les mêmes musiciens parce qu’ils voudront plus jouer avec moi. Ça c’est touchant. J’ai voulu que les bonus qui figureront dans le DVD ne soient pas que des brouillons de ce qu’on n’a pas mis dans le live. Régis Mansart qui est le réalisateur de mon clip du titre C’est quand le bonheur ? s’est attelé au projet et nous avons monté des trucs surprenants avec des amis comme Dyonisos.

Quelle est la date de sortie prévue ?

Cali : Septembre. Pour le prochain album, nous envisageons un enregistrement en avril 2005.

Comment s’est fait le choix du morceau L’amour parfait comme bonus pour la réédition de votre album ?

Cali : Lors de l’enregistrement du premier album nous avions enregistré 17 chansons dont 13 figurent sur l’album. Il en restait donc 4. L’une vieillit trop vite, que je veux quasiment l'oublier, donc on en parle pas. Il y avait "La vie parfaite" que l’on développe sur scène et qui nous touche beaucoup. C’est la raison pour laquelle nous l’avons proposé en bonus. Nous jouerons sur scène aujourd’hui une troisième, "L’amour m’a tué". Quant à la 4ème, sur l’inceste, elle reste encore dans les cartons pour le moment. C’est un texte fort et je cherche un réalisateur pour un format court-métrage qui pourrait y coller des images.

Vous avez une préférence quant au choix du réalisateur ?

Cali : Je préfère que ce soit l’inverse.

Le public qui vous suit est plutôt jeune. Pensez-vous qu’il ait besoin d’être encadré face aux risques encourus comme le sida ?

Cali : Vue l’évolution des chiffres quant au nombre des malades atteints du sida, il est clair que les jeunes ne sont pas assez conscients du réel danger. Mais j’ose espérer aussi que tous ceux qui viennent à Solidays sont plus sensibilisés.

L’amour que vous donne le public ressemble-t-il à l’amour parfait ? (sic !)

Cali : Je dirais non parce que l’amour parfait est l’amour absolu, total. On m’a souvent demandé ma définition de l’amour parfait. Pour moi l’amour parfait, celui que je vis, c’est des moments très hauts et puis il y a des moments très bas, de détresse totale. Cette année avec le public c'est une histoire d'amour très bizarre.

Ces moments de détresse sont essentiels pour votre inspiration ?

Cali : Je ne les recherche pas. C’est juste comme ça. Je me pose trop de questions. Quand tout va très bien je me demande pourquoi tout va très bien.

Vous avez des dates de prévues jusqu’en décembre. Allez-vous prendre quelques vacances ?

Cali : Je sus assez fière de cette tournée car c’est un marathon et nous tenons le coup pour le moment. Cela représente 160 dates. Nous avons gardé pour nous du 20 août au 20 septembre pour plus nous voir du tout car cela commence à devenir impossible.

Est-ce plus excitant de venir jouer dans un festival pour venir chercher un public qui n'est pas forcément le vôtre, celui qui vient voir vos concerts?

Cali : Je ne dirais pas excitant. C’est toujours rassurant de voir les amis venir à vos concerts. Des têtes inconnues qui commencent à sourire c’est aussi gratifiant. La particularité du festival pour moi est la rencontre avec les autres artistes. Et je trouve ça génial. Nous avons fait un festival à Aix les Bains où nous avons perdu au foot contre les M mais gagné à la pétanque contre les Sansévérino.

Quel serait votre grand rêve ?

Cali : Je ne veux rien du tout et je prends tout. Je n’ai même jamais pensé à tout ce qui se passe maintenant. Pour l'instant tout va bien, j'ai la tête sur les épaules. Je me dis que quand je vais arrêter cela sera sans doute surprenant pour moi. Quant aux rêves, j’aimerai bien un jour faire la première partie de Nick Cave. J’aimerai inventer un hymne pour une bonne cause avec aux chœurs masculins Mick Jagger, Bono et Bowie, aux choeurs féminins Annie Lennox, Chrissie Hynde, au piano Tom Waits, à la batterie Steward Copland, une chorégraphie avec Léo Ferré et Mick Jagger allongé nu par terre devant.

Assisterez-vous au concert de Nick Cave à Paris en novembre ?

Cali : J’ai raté son concert du 3 juin, j’ai raté aussi les Waterboys dont je suis très fan en janvier parce que nous jouions ces soirs-là. C’est l’horreur. Nous jouons beaucoup en novembre mais je vais faire tout mon possible.

Vous attendiez-vous à une aussi bonne réception du public pour des chansons qui sont très personnelles et intimistes ?

Cali : Je ne m’attendais à rien. Le plus important c’est d’être fier de ce que je fais. Il y a quelques années ce n’était pas le cas. Je n’étais pas spécialement fier de mes textes et quand on mixait les chansons je demandais toujours que l’on baisse la voix. Aujourd’hui, et ce n’est pas pour faire le malin mais je demande à ce qu’on monte la voix, qu’on la mette très devant. J’articule beaucoup lors des concerts parce que je suis fier de tout ce qui se passe et que cela me fait du bien aussi. Ce que je raconte m’est arrivé mais est arrivé aussi à plein d’autres personnes. Ce qui est troublant ce sont les gens qui viennent m’en parler à la fin du concert en disant : "C’est ma vie".

La chanson est une thérapie ?

Cali : Oui. Il y a l’idée de ne plus mentir du tout, ou pas trop. J’ai souvent été un grand menteur, un imposteur total. Et quand tu te couches le soir tu te dis : "C’est pas bien ce que tu dis car ce n'est pas la vérité". Et là aujourd’hui c’est tellement vrai, je le dis. Je sors de là lavé et heureux. C’est bien de ne pas tricher et de s’en rendre compte. On m’avait posé cette question et j’avais répondu 2–3 fois que depuis, ce qui était troublant c’est que, j’ai des frères et des sœurs, 2 de mes sœurs me parlent de choses précises avec moi sur ma vie. Ce qui est parfois tabou dans les familles.

Le titre de l’album est "L'amour parfait" parce que vous êtes à sa recherche ou c'est le sens de vos chansons ?

Je suis fan de Brautigan et au début quand je choisissais un titre il faisait 4 lignes, des trucs anti-commerciaux au possible que tu ne peux pas retenir. Ça faisait beaucoup rire et ça me plaisait. Didier Varot de France Inter m'a dit "Mais cet album c'est l'amour parfait !". Et le titre était trouvé. Deux mots pour un titre qui a toujours autant de relief pour moi.

Comment se passait l'écriture des morceaux? Dans de grands moments de déprime?

Cali : Non, ce n'était pas de la déprime. J'étais seul dans mon studio, la guitare dans la cuisine et le piano dans le salon dans un bordel de célibataire. L'idée était d'attraper des moments d'émotion hors vie. Quand on est heureux, perché, ailleurs après une lecture ou un film. A ce moment là on écrit, et quand on sent ce moment retomber il n'y a plus rien à dire. Il faut s'arrêter sinon c'est du remplissage. Aujourd'hui, j'écris dans le bus et l'hôtel. L'écriture c'est mon truc. Si aujourd'hui plus personne ne veut de moi et que je fais un autre métier pour vivre, je continuerai à écrire des chansons.

Est-ce une bonne idée d’organiser un festival autour d’une maladie ?

Cali : Il ne faut pas dénigrer le côté financier. J’ai demandé à mes musiciens et ils ont accepté de ne pas être payés aujourd’hui. Ce festival doit remplir les caisses. Solidays c’est super. Mais je crois aussi à des événements nationaux. Parce que Solidays n’a pas beaucoup d’écho à Perpignan d’où je viens. Nous sommes derrière les Têtes Raides avec leur Chaos social et le 25 septembre prochain nous organisons un concert nous à Perpignan eux à Paris et nous espérons qu'il y en aura plein dans d'autres villes pour dire qu'il se passe quelque chose partout ce jour-là. Il faudrait que Solidays existe partout en France le même jour. Il y a eu le Band aid il y a quelques années...

Le problème c'est qu'il y a toujours des connards pour dire que les artistes devraient se contenter de chanter. Or, il y a des gens qui savent chanter et qui ont la conscience et l'intelligence de pouvoir bouger les choses. Les critiques contre Bono me révoltent. Dans le festival j'ai rencontré des gens responsables et intelligents. Il y a une bonne scène et on pourrait faire des choses.

Cela vous plairait-il d'écrire une musique de films?

Cali : Oui, beaucoup. L'idée de poser de la musique sur des images…waouh

Qu'est ce qui est le plus angoissant dans une tournée?

Cali : C'est de ne pas être avec ma famille. Nous faisons 160 dates cette année et quand on ne joue pas je fais la promo. Comme je suis de Perpignan je dois monter à Paris. Je fais un métier d'égoïste. Ma famille est fière de ce que je fais mais je ne suis jamais là. Et cela fait partie des petits mensonges de ma vie. Je ne raconte pas tout. Quand il se passe des choses très belles je dis que c'était bien mais je ne dis jamais qu'on s'est éclaté parce que les miens n'étaient pas là pour le vivre. C'est le prochain palier de ma carrière. Aujourd'hui c'est de bien avancer professionnellement pour ramener ma vie de famille à côté. Sinon ce n'est pas la peine de continuer.

Vous seriez prêt à arrêter pour votre famille ?

Cali : Oui.

Grand blanc...

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'amour parfait de Cali
La chronique de l'album La vie ne suffit pas de Cali
La chronique de l'album L'Espoir de Cali
Cali en concert au Café de la Danse (1er juillet 2003)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Cali en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Cali en concert au Festival de Dour 2004 (dimanche)
Cali en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Cali en concert à l'Olympia (21 novembre 2005)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Cali en concert à Théâtre antique (28 juillet 2006)
Cali en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Cali en concert au bordel magnifique - Live (octobre 2006)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Cali en concert à Zénith (14 et 15 avril 2008)
Cali en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi
Cali en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Cali en concert au Festival Furia Sound 2008
Cali en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
L'interview de Cali (juillet 2003)

En savoir plus : Cali sur Internet

crédit photos : Froggy


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Democracy in America" à la MC 93 à Boboiny
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=