Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iggy Pop and the Stooges
Le Zénith  (Paris)  8 juillet 2004

Désireux de fonder un groupe mais échaudé par de piteuses tentatives antérieures, James Osterberg aka Iggy Stooge aka Iggy Pop, réussit finalement à rallier à lui, en 1967, trois jeunes désoeuvrés de Detroit complètement rétamés à l'herbe : Dave Alexander et les frères Asheton (Ron et Scott). Punks avant l'heure, les Psychedelic Stooges ne jouent d'aucun instrument, expérimentent continuellement, souvent sans chanteur, avant de trouver la formule gagnante, publiant en 1969 sur Elektra un premier album éponyme, produit par l'ex-violoniste du Velvet Underground John Cale.

Sept ans avant l'heure, le punk venait de naître : son dégueulasse, discours nihiliste, attitude autodestructrice, absence totale d'humour, paroles des chansons bâties avec trente mots ... L'année suivante, c'est à Los Angeles que sera mis en boîte leur second méfait, Fun House, disque de rock incandescent lorgnant vers le free jazz, parfaite synthèse entre la sauvagerie d'Iggy et la brutalité des riffs de Ron Asheton. Sur scène, Iggy, sorte d'alter ego infernal de Jim Morrison, repousse les limites, se roulant sur des taissons de bouteilles ou balançant du beurre de cacahuète dans le public après se l'être tartiné sur le torse (cf. les célèbres images du festival de Cincinnati de 1971).

Suite à la parution de ce chef d'oeuvre, le groupe explose, Dave Alexander se fait virer (pour faire une overdose peu après), Iggy partant se faire désintoxiquer pour cause de forte addiction à des substances diverses. Deux ans plus tard, ce dernier embauche un certain James Williamson à la guitare (devenu depuis un ponte de la Silicon Valley) et refait appel, au titre d'employés seulement, aux frères Asheton pour Raw Power, avant de tirer définitivement un trait sur les Stooges en 1974.

Vingt-neuf ans plus tard et contre toute attente, Iggy ranime le groupe de ses débuts, avec Scott (batterie) et Ron (guitare) Asheton auxquels est venu se greffer Mike Watt (ex-leader de Minutemen, le must des combos hardcore eighties). Le concept est clair dès le départ, pas question de jouer le troisième album, le répertoire sera uniquement celui des Stooges d'origine plus quelques titres écrits ensemble pour le dernier opus d'Iggy, Skull Ring.

Suite à un triomphe en septembre dernier au Bol d'Or, Iggy et ses Stooges remettaient le couvert ce début juillet à Paris, le chaos métallique était à nouveau imminent. Peu après un set toujours aussi insignifiant de l'infâme Peaches, les 'fucking' Stooges prennent le Zenith d'assaut attaquant d'emblée sur "Loose" et "Down In The Street".

Simplement vêtu d'un jean, c'est un Iggy un peu hors sujet qui arpente la scène de long en large comme pour refouler son trop plein d'énergie ; le reste du groupe assurant quant à lui méchamment. Fort heureusement, tout rentre dans l'ordre avec "1969" , pour une quarantaine de minutes à tomber. A peine remis, on succombe aux assauts successifs de "I Wanna Be Your Dog" et "TV Eyes" portés par les riffs tronçonneuses de Ron Asheton, caché derrière ses lunettes noires, ainsi que par un iguane survolté, dont le jean est désormais descendu à mi-fesses, cassant micro sur micro et plongeant dès que possible dans les premiers rangs.

Tristement, le son du Zenith, d'habitude des plus mauvais est ce soir-là exécrable, sorte d'atroce bouillie sonore rendant les paroles complètement inaudibles et les instruments quasi indiscernables. Comme l'intégralité du répertoire des Doors, les Stooges possèdent un titre dont personne n'a jamais fait une reprise potable, le fameux "Dirt" , pour laquelle Iggy gratifie même de quelques explications.

Retour ensuite sur le premier album avec "Real Cool Time" et surtout "No Fun" où Iggy fera grimper une meute de jeunes gens sur scène. Le titre s'achève, chacun restant à sa place. Et Ron Asheton d'enchaîner avec "1970" (leur titre ultime) et son final ravagé : l'iguane va et vient sur la scène, se frayant un passage entre ses fans, scène rocambolesque fonctionnant à merveille, à l'exception de la redescente forcée un peu musclée de certains spectateurs.

A ce stade, le quatuor a déjà été rejoint par Steven MacKay, le saxophoniste d'origine, faisant encore des éclats sur "Fun House", le titre suivant. Malgré ses 57 ans, Iggy Pop reste en parfait état de conservation, doté d'une vitalité et d'une énergie tout bonnement irréelles compte tenu des abus ayant jalonnés sa carrière.

Ayant épuisé les classiques d'origine, le groupe s'attaque au répertoire récent pour un piètre résultat au regard des morceaux précédemment exécutés. "I Wanna Be Your Dog" aura beau être rejoué en clôture du concert, le coeur n'y est plus, le vrai set s'est achevé avec "Fun House" vingt minutes auparavant. Un concert de soixante-dix minutes demeure forcément trop court mais celui-ci aurait gagné à s'arrêter plus tôt ou surtout à voir certains titres s'étirer ("Dirt", "1970" , "Fun House" ou même "I Wanna Be Your Dog").

Ne crachons pourtant pas dans la soupe : il serait ridicule et totalement faux de prétendre que rien n'a changé, qu'Iggy et ses Stooges restent toujours aussi dangereux, mais force est de reconnaître qu'aucune autre formation n'aurait été capable, plus de trente ans après ses débuts, d'une prestation d'une telle efficacité ...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Post Pop Depression de Iggy Pop
Iggy Pop en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Iggy Pop en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Iggy Pop en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Iggy Pop en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
Iggy Pop en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Jeudi 6 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Iggy Pop
Le Bandcamp de Iggy Pop
Le Soundcloud de Iggy Pop
Le Facebook de Iggy Pop


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=