Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Apocalyptica - Dagoba
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 14 avril 2011

Que le lecteur avisé me pardonne cette chronique : du genre métal, je ne connais rien. Qu'il ne s'imagine pas pour autant que je me suis rendue à ce concert sans intérêt : Apocalyptica, pour moi, c'étaient quatre métalleux remettant d'actualité le violoncelle, avec fort bon goût. Je ne connaissais pas les morceaux originels de Metallica, mais j'ai souvent écouté leurs reprises, admirant l'audace du concept réussi.

Nul doute que je ne pouvais manquer de  voir Apocalyptica sur scène, même en n'ayant nulle connaissance de ce qu'ils avaient produit ces dernières années. Rien que pour voir des vikings virils assaillant leurs instruments de grands coups d'archet, je pouvais bien me glisser dans une mouvance musicale qui m'était étrangère.

L'avantage d'un concert métal est qu'il n'y a nul besoin de chauffer le public.

La première partie, Dagoba, est déjà acclamée à grands cris et bras tendus. Novice en la matière, je ne saurais décrire leur performance, ayant du mal à percevoir une quelconque musicalité dans ces chants gutturaux.

Je suis par contre fière d'avoir pu reconnaître dans le public quelques tentatives de Breaveheart, le "mur de la mort" où le chanteur Shawter s'improvise William Wallace à la tête de ses troupes.

J'ai également pu découvrir le "circle pit", ronde improvisée au milieu de la foule où les participants courent en rond sur un rythme endiablé. Plutôt impressionnant à voir du haut des balcons de l'Aéro !

Mais place au groupe que je suis vraiment venue voir, espérant un peu plus de musicalité après tant de boucan. Quatre scandinaves s'installent sur scène, leur belle de bois aux bras, et entament une introduction lancinante aux violoncelles et batterie. La présentation d'Apocalyptica donne le ton, montrant avant tout des musiciens amoureux de leurs instruments, prêts à en extraire tout le potentiel.

Qu'on mette de côté l'image d'un quatuor de musique de chambre, bien qu'on y reviendra plus tard. Apocalyptica est là pour jouer du métal, du vrai, et prouvera que leurs violoncelles n'introduisent aucun décalage dans le genre, bien au contraire. Leur dernier album, 7th Symphony, est mis à l'honneur en présentant des morceaux possédés, les instruments se transformant peu à peu en guitares électriques sous le rythme accéléré de la batterie.

"This is metal", nous prévient Eicca Toppinen, et le public n'en a aucun doute. Le chanteur de la tournée, Tipe Johnson, s'immisce de temps à autres sur le devant de la scène pour reprendre les morceaux vocaux de l'album ; les refrains de "The end of me" et "I'm not Jesus" sont scandés à travers la foule, nous prouvant que l'originalité des violoncelles peut se fondre à merveille dans n'importe quel morceau rock. La recette du dernier album est réussie, l'ajout d'une voix principale donnant une toute nouvelle dimension aux classiques du groupe.

Ces classiques que tout le monde attend, et qui font évidemment mouche : de "Master of Puppets" à "Seek and Destroy", les reprises de Metallica sont bien entendu celles qui sont le plus acclamées. Et que dire de "Nothing else Matters", inévitable, qui me fait même monter quelques larmes. Cet équilibre parfait dans l'unisson d'un ensemble de cordes dont les frictions font vibrer un public entier.

Je garde en dernière image du concert cette adaptation du si connu "Hall of the mountain king". De longs cheveux se mêlant aux cordes d'archet arrachées. Les sourires du public auront été la plus belle récompense du groupe, nous disent-ils dans leurs adieux. Assurément, le mien aura fait partie de ce "Merci" unanime.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Apocalyptica en concert à Download Festival
Dagoba en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
Dagoba en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème

En savoir plus :
Le site officiel de Apocalyptica
Le Myspace de Apocalyptica
Le Myspace de Dagoba

Crédits photos : Marion Agé (Toute la série sur Taste of Indie)


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Scène Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
- 10 novembre 2019 : Non à la morosité
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=