Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cass McCombs
Wit's end  (Domino / Pias)  avril 2011

Tout d'abord, il semble utile de préciser que même si j'ai au compteur un certain nombre de chroniques en rapport avec la discographie de Cass McCombs, ce n'est pas par fanatisme absolu du garçon. Je n'ai jamais arraché le disque des mains de quiconque.

Simplement, il semble que ce songwriter américain talentueux soit trop discret pour arriver jusqu'aux oreilles pourtant curieuses de nos chroniqueurs. Si l'on combine cela avec le fait que, quand même, j'ai toujours apprécié, avec ses hauts et ses bas, son travail, c'est donc naturellement moi qui me colle à la chronique de ce Wit's end. Mon anglais étant ce qu'il est, je n'ai rien décelé de drôle dans ce titre... Pourtant, j'avais apprécié le joli Catacombs précédent, digne d'un Very Dick, Authendick de notre Dick Rivers national.

C'est que derrière ses airs renfrognés de songwriter maudit, le p'tit gars McCombs ne se prive pas de cynisme et humour ravageur. Ceci dit, Wit's end n'est pas franchement à la rigolade et c'est dans une relative noirceur mais surtout une douce mélancolie qu'il nous plonge.

Comme d'habitude, on retrouve des mélodies douces-amères, des arrangements épurés, comme le slow "comme on n'en fait plus" qui ouvre l'album ("County line") ou la douce berceuse "The lonely doll". La voix est toujours aussi charmeuse, suave et caressante, au risque de me répéter de chronique en chronique, elle évoque un mélange entre Peter Milton Walsh et Marc Kozelek.

Ce qui est bien chez McCombs, c'est que tout tombe juste, sans jamais déborder dans un trop plein de naïveté ou de psychothérapie de bas étage. C'est tout à la fois pro et rigoureux et touchant comme seuls savent le faire les artisans et passionnés. Preuve en est "Buried Alive", petit bijou pop aux réminiscences beatlesiennes.

C'est juste très beau, très simple, et Wit's end ressemble fichtrement au meilleur album de McCombs, détrônant presque A dans mon palmarès personnel. Inutile d'en rajouter, foncez simplement écouter ce disque et laissez-vous aller.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dropping the Writ de Cass McCombs
La chronique de l'album Catacombs de Cass McCombs
La chronique de l'album Humor Risk de Cass McCombs

En savoir plus :
Le site officiel de Cass McCombs
Le Myspace de Cass McCombs


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=