Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Revue d'un monde en vrac
Théâtre13  (Paris)  mai 2011

Fresque moderne écrite et mise en scène par Stéphanie Tesson, avec Brock, Emilie Chevrillon, Julie Debazac, Fabienne Fiette, Pierre-Olivier Mornas et Pablo Peñamaria.

Lors de la nuit du Tout est dit! un sans-abri et une Star se rencontrent, par hasard, rue de la Nef (nom oh combien symbolique!), et s'embarquent alors tous deux vers une folle quête : celle de sortir de cette ruelle qui se révèle très vite être un labyrinthe sans début ni fin.

Dans leur périple ils croisent successivement la Rumeur à la recherche d'un scoop, un Banquier sans valeur, sa femme Dow Jones, alias la pauvreté, la Dernière fleur de la planète échappée d'un herbier, un Terroriste en quête de feu, la Dame à la licorne sans sa licorne, le Temps qui ne fait que passer, la Mort déguisée en petite marchande de glace, une Sculpture antique, un Sculpture moderne, Jésus II en mal de disciple...

On assiste alors à la revue exhaustive d'un monde véritablement en vrac, comme on feuillète un journal au hasard, par rubriques thématiques et accolées. La variété des sujets permet la la coexistence de différentes formes d'expression (chant, danse, masque, pantomime...) et donne à la pièce un aspect polymorphe adapté à la complexité et à la diversité du propos.

Loin de vouloir faire une description réaliste et alarmiste, cette enquête fantaisiste mêle folie et humanité, références historiques et allégories loufoques. En assumant le parti pris de la symbolique et de l'onirisme, ce spectacle nous entraine gaiement dans une parodie intemporelle, et pourtant ancrée dans notre époque, des phénomènes récurrents de l'histoire des hommes. Ce n'est pas pour rien que les personnages se croisent et se recroisent sur une toile de fond, qui elle, reste immuable.

Cette fresque qui se veut plus un aperçu déformé par le prisme des points de vue des différents protagonistes, qu'une véritable analyse critique de notre société, offre les morceaux d'un puzzle à géométrie variable d'un monde complexe mais passionnant qu'elle ne prétend ni complètement comprendre, ni même juger, et évite ainsi l'écueil de la morale culpabilisante.

Le spectateur sans cesse inclus au récit, comme un énième acteur de ce monde, est laissé libre d'assembler les pièces et de tirer les conclusions qu'il veut. D'une grande intelligence d'écriture et d'une grande inventivité, "Revue d'un monde en vrac", spectacle vivant à tout point de vu, écrit et mis en scène par Stéphanie Tesson, bénéficie de la spontanéité insufflée par le dialogue, qu'on sent omniprésent en amont, entre la scène et la page.

Les comédiens, obligés d'incarner plusieurs personnages (exception faite des deux personnages principaux) et d'enchainer chants, parties chorégraphiées, monologues, se glissent avec aisance et gaité dans la peau des différents acteurs de ce monde fantastique.

Emilie Chevrillon est particulièrement à l'aise et pétillante, tout comme Pablo Peñamaria (qui signe également la musique) qui nous offre un Jésus particulièrement impayable. Ce bouillonnement créatif s'appuie bien sûr sur l'inventivité de toute l'équipe artistique et particulièrement les costumes de Corinne Pagé.

 

Cécile Beyssac         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=