Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mark Lanegan Band
Bubblegum  (Beggars Banquet)  Août 2004

Le mouvement grunge ayant cédé la place au revival rock, les Screaming trees ayant jeté l'éponge, il ne reste à Mark Lanegan que les Queen of the Stone age pour se consoler.

Mais comme cela ne lui suffit pas il reprend du service en solo avec ce nouvel album Bubblegum et revient donc après un longue pause de 3 ans après son remarquable Field Songs. Album country blues à la pochette un peu rétro (rappelant d'ailleurs discrètement celles des 16 Horsepower période Sackcloth 'n' Ashes).

Mark Lanegan, figure emblématique du mouvement grunge, pourtant moins célèbre que Kurt Cobain (avec qui il avait souhaité enregistré, déjà, à l'époque un album plus blues et acoustique dans la lignée des fameux MTV Unplugged de Nirvana).

Moins connu certes mais tout autant charismatique, cet ex Screaming Trees a donc plus d'une corde à son arc et une fois de plus il vient nous cueillir là ou ne l'attendait pas avec cet album de songwriter accompli, oscillant entre blues, country et rock s'entourant de membres des Queen of the stone age mais également d'une mystérieuse Polly Harvey qu'il sera aisé de démasquer.

A peine le temps d'être accueilli sur "When your number isn't up", c'est la voix rauque et chaleureuse de Mark Lanegan qui nous cueille sur une ballade sans artifice à peine accompagnée d'un orgue et d'une basse.

Belle entrée en matière qui se poursuit sur le plus rock 'n roll "Hit the city" avec Polly Harvey dont la voix distordue se marie parfaitement avec celle de Lanegan. Sur "Come to me", seconde participation de PJ Harvey sur ce disque, le duo est plus équitable, la voix de PJ lutte à égalité avec celle de Lanegan, sans distorsion cette fois ci pour une ballade dont semble t il Lanegan a le secret tant elles sont efficaces.

D'ailleurs à propos de PJ Harvey, le morceau "Wedding Dress" ne dénoterait pas sur un album de la belle anglaise avec son rythme de basse métronomique et entêtant au service d'une mélodie sombre ... On peut légitimement penser aussi à Nick Cave tout comme sur le blues déjanté de "Methamphetamine blues".

Changement de décor à nouveau pour l'apaisé "One hundred days" qui révèle si besoin était encore les talents de songwriter de Mark Lanegan en duo avec son compère de longue date Chris Goss.

Et puisque cet album est aussi un album sinon de duo, qui fait la part belle aux invités, qui aurait parié 2 kopek sur le duo avec Izzy Stradlin ayant quand même à son passif son appartenance aux Gun's and Roses. Et pourtant il faut bien se rendre à l'évidence, "Strange religion" est une ballade irréprochable bougrement émouvante même si l'on peut y voir (pour les esprits grognons) des ficelles un peu usées par le temps.

"Sideways in reverse" fait parler le rocker qui est en chacun de nous et particulièrement chez Mark Lanegan avec un morceau quasi académique mais qui ferait pâlir d'envie les Kills et autres d'jeuns rocker du moment tout comme le "Driving death valley blues", blues rock crado à la Jon Spencer. ..

Rien à envier non plus aux bluesmen plus "classiques" sur "Like little Willie John" ou encore "Morning Glory Wine", 2 belles pièces de country blues, à faire mourir d'une cirrhose Calvin Russell.

Un disque un peu fourre tout mais sur lequel il n'y a rien a jeter. Ce Bubblegum là a du goût et garanti sans colorant ! Et chaque explosion de bulle vous garantira le même plaisir que la précédente ! Une réussite dont la sortie estivale ne sera pas, espérons-le, un trop grand handicap.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Mark Lanegan Band en concert au Nouveau Casino (2 septembre 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Mark Lanegan


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=