Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peaches
Conférence de presse  (La route du Rock)  août 2004

Record d'affluence pour la conférence de presse de Peaches ; les curieux se pressent ! Un brin déçu sans doute par sa sobre tenue tant vestimentaire que comportementale. Car c'est Merrill Nisker qui répond, une petite bonne femme menue et fragile à l'air désespérement triste.

Les quelques questions concernent bien évidemment les incidents qui émaillent ses prestations scéniques qui provoquent souvent des réactions violentes des spectateurs à son encontre.

Et à plusieurs reprises, elle répétera :" I made music there is no question about my music ?"

Comment allez-vous?

Merrill Nisker : Bien. Merci.

La dernière fois que vous êtes venue à la Route du Rock ce fut épique. Vous étiez avec Gonzalès et vous aviez fait les fous.

Merrill Nisker : Oui, il y a 4 ans c'était complètement fou.

Quelle impression cela fait-il de jouer avec les Stooges ?

Merrill Nisker : C'était fantastique spécialement en Slovénie. Ça m'a rendu complètement dingue.

Dans votre album Fatherfucker, il y a une collaboration avec Iggy Pop. Comment cela est-il arrivé?

Merrill Nisker : Par accident. Iggy Pop est venu me voir jouer à LA et il a apprécié. Ensuite, Iggy Pop m'a rappelé pour savoir s'il pouvait faire une reprise de "Rockshow". Electric 6 voulait faire la même chose. Ensuite, Iggy Pop a joué sur mon album.

Vivez-vous toujours à Berlin et qu'aimez-vous dans cette ville?

Merrill Nisker : Oui. Mais vous savez beaucoup de choses arrivent par hasard pour Peaches. Je ne pensais pas faire une carrière avec Peaches. Je suis venue à Berlin pour un concert et un petit label Kitty Yo m'a signé. Je suis venue m'installer à Berlin parce que c'était en Europe et que je devais changer de vie.

Vous étiez sur la tournée de Marylin Manson. Quelle a été la réaction du public?

Merrill Nisker : Cette tournée s'appelait The grostesque burlesque tour et voulait recréer l'atmosphère burlesque des années 20. Je faisais une courte apparition sur scène mais j'ai néanmoins choqué le public. Du coup cela m'a amené plein de fans gothiques. Mais à Paris ça s'est mal passé parce que je me suis faite cracher dessus au moins une vingtaine de fois. Donc, ça m'a énervé et je suis allée dans le public. Je lui ai craché dessus et je lui ai tapé dessus avec mon micro.

A quoi doit-on s'attendre ce soir?

Merrill Nisker : J'ai amené mes danseuses qui seront barbues et munies de godemichets rouges. J'aurais une très belle guitare. Ça fera comme du Kiss.

Vous avez participé à un documentaire Sex and rock. Que pensez-vous de la place des femmes dans le rock et pensez-vous participer à cette histoire?

Merrill Nisker : Je pense que les femmes devarient commencer à parler des hommes dans le rock et les hommes devraient commencer à parler des femmes dans le rock. Je suis contre la getthoïsation. Le féminisme débouche sur une impasse qui a donné naissance aux groupes comme les Spice girls ou inclusifs comme les Riott girls. En tant que femme j'essaie d'intégrer la partie femme et la partie homme. Les hommes devraient être plus objectifs dans leur manière d'aborder les femmes. Beaucoup de chansons demandent aux femmes de bouger leurs corps, leurs fesses, leurs seins mais ne demandent jamais aux hommes de remuer leur bite. Ça manque énormément dans la musique.

Que s'est-il passé lors du concert à Nottingham ?

Merrill Nisker : On m'a lancé une pile, une canette. Cela me rend encore plus hardcore. J'ai renvoyé la pile dans la figure de celui qui me l'a lancé. Si je craquais lors de ces incidents, ils gagneraient. Or moi, je veux rester sur scène et je réponds par plus de provocation.

Toute l'équipe avec laquelle vous avez commencé, comme Gonzalès ou Feist, s'est reconvertie. Seule vous continuez dans la voie initiale. Ne craignez-vous pas la confusion entre vous Merrill Nisker et le personnage de Peaches ?

Merrill Nisker : Non. Je n'ai pas du tout peur car je ne commet aucune confusion. Je sais exactement qui je suis.

Je suis devenue musicienne rock par accident parce que je jouais de la guitare acoustique et de la musique folk. Ensuite j'ai fait de l'avant-jazz. Puis j'ai rencontré Feist et Gonzalès. Nous voulions innover dans la musique. J'ai trouvé ma voie. Feist a un visage d'ange et joue de la guitare comme un démon. Le premier amour de Gonzalès est le piano. Nous sommes restés des amis très proches.

Il n'y a jamais eu autant de monde présent à une conférence de presse depuis le début du festival. Etes-vous consciente du fait que vous attirez le public davantage par votre personnage que par votre musique ?

Merrill Nisker : Je me rends bien compte que peu de gens me posent des questions. Peut-être devrais-je poser des questions ? Pourquoi êtes-vous venus ?

Pourquoi êtes-vous venue à la Route du Rock ?

Merrill Nisker : Ce que je fais dans mes concerts est normal pour moi. Je ne cherche pas à choquer mais à être acceptée. Ici ce n'est pas un festival de rock mais de pop. J'aimerai bien que la musique mainstream soit un peu plus subversif et que la musique underground soit davantage mainstream.

Face aux réactions très violentes que vous essuyez en concert qui sont autant de manifestations d'intolérance, vous êtes-vous fixé une limite?

Merrill Nisker : Il n'y a pas de limite. Ce qui me dérange beaucoup pour les femmes dans le rock c'est que lors de stage diving, il y a toujours des hommes qui essaient de mettre le pouce dans la culotte, ce qui est souvent arrivé à Courtney Love qui est une de mes amies. La limite est dépassée par le gars et c'est à la femme de réagir, de se mettre devant lui, de lui ôter sa chemise, son pantalon et de l'attraper par les couilles et de les lui écraser. Les réactions violentes viennent également des femmes qui m'ont pressé les seins. On m'a mordu, piqué, griffé. Ça les excite aussi.

Je fais de la musique. Personne n'a de question sur ce sujet ?

Avez-vous un nouvel album en préparation et dans l'affirmative, quelle en sera la thématique?

Merrill Nisker : Non. Pour le moment, je n'ai aucun projet d'album. Je n'ai vraiment aucune idée de ce que cela pourrait être car je n'ai pas eu une minute pour y penser car je tourne sans arrêt depuis un an. Avez-vous une idée ?

Des chansons d'amour romantiques.

Merrill Nisker : Non désolée c'est à Feist de les faire.

Du blackmétal acoustique.

Merrill Nisker : Ça sonne fantastiquement bien.

Pour l'avenir abandonnerez-vous votre groove box qui revient à la mode chez beaucoup de groupes ?

Merrill Nisker : Il est vrai que cette formule est un peu à bout de course. En même temps, ce n'est pas vraiment une marque de fabrique puisqu'on a du mal à me mettre une étiquette. Dans les magasins, on trouve mes albums aussi bien au rayon indé qu'électro. J'ai fait quelques remixes intéressants cette année dont un pour Yoko Ono, Kiss Kiss Kiss que je vais jouer ce soir, les butthole Surfers qui s'appelle Red neck sex que j'adore. C'est un des moments les plus exaltants de ma carrière.

Vous disiez que pour les gens éprouvaient des difficultés à apposer une étiquette sur votre musique. Si vous deviez le faire quelle serait-elle ?

Merrill Nisker : Je ne suis pas française, je n'aime pas les étiquettes. S'il le fallait, ce serait bien, extraordinaire, brillante, merdique... Mais je ne sais vraiment pas. Electronique punk ?


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Unreleased Cutz + live Jamz 1994 de Moldy Peaches
La chronique de l'album Impeach my bush de Peaches
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Peaches en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi) - 2ème

crédit photos : Froggy


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-02-23 :
Cyril Adda - Interview
Listen in Bed - Satchidananda (Mix #11)
Waxahatchee - Saint Cloud
Julien Gasc - L'appel de la forêt
Fazil Say - Beethoven : Intégrale des sonates pour piano
Cyrielle Golin & Antoine Mourlas - Un moment musical chez les Schumann
The Chocolatines - Rêve d'un jour
Noé Huchard - Song For
The Fantasy Orchestra - The Bear and Other Stories
Adélaïde Ferrière - Contemporary
Smoking Joséphine - Amours, toujours !
François Ripoche - Happy Mood !

• Edition du 2020-02-16 :
Octave Noire - Monolithe
Mira Cétii - Cailloux & météores
Fontiac - The Wall single
Thorbjorn Risager & The Black Tornado - Come on In
The Inspector Cluzo - Brothers in Ideals
Mokado - Ghosts EP
Baptiste Dupré - Petites choses et vaste monde
The Jackson Pollock - Frustration - Le Fil
Sotomayor - Orígenes
Stone Temple Pilots - Perdida
Ásgeir - Bury the Moon
Sunflowers - Endless Voyage
Listen In Bed - M. I. A. (émission 10)
 

• Archives :
Listen in Bed - Ooh Hah (Mix #10)
Loki Lonestar - Show no Mercy
Caesaria - I become a Beast
Jon Boutellier - On Both Sides of The Atlantic
Claudia Solal & Benoît Delbecq - Hopetown
Moonlight Benjamin - Simido
Jean-Philippe Collard - Granados Goyescas
Mira Cétii - Cailloux & météores
Kid Francescoli - Lovers
Cyril Adda - L'îlot
Feu Robertson - The Underground Secession
Bo - Everything Begins EP
Tito Candela - Paradais EP
Jean-Louis Bergère - Ce qui demeure
Rodrigue - A fuck toute - A love toute
André Minvielle & Papanosh - Prévert Parade
Superbravo - Sentinelle
Ensemble Gustave - Bretagne[S]
Hortense Cartier-Bresson - Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstücke, OP. 118
En attendant Ana - Juillet
Listen in Bed - Whosampled.com, part 2 (Mix #9)
Listen in Bed - Il Est Où Le Bonheur (émission 9)
Blankass - C'est quoi ton nom ?
Alexandre Tharaud - Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano Concertos
Naclia - La légende de Naclia
Pierre Génisson, BBC Concert Orchestra & Keith Lockhart - Swing, a Benny Goodman Story
Theo Hakola - Water is wet
Le Noiseur - Musique de chambre
Cyril Mokaiesh - Paris-Beyrouth
Mr Bosseigne - Theo Lawrence - Le Fil
- les derniers albums (5931)
- les derniers articles (145)
- les derniers concerts (2322)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1086)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=