Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mamas Gun
The Life and Soul  (Candelion / PIAS)  octobre 2011

Les Mamas Gun sur The Life and Soul jouent avec les frontières. Certes, parce que le chanteur est anglo-japonais mais surtout parce que leur musique pioche autant dans la pop de leur terre nourrissière d'Angleterre que dans la Soul d'outre-Atlantique. Déjà vu et entendu me direz-vous. C'est vrai. Mais il faut reconnaître quelques qualités à cet album.

La première, factuelle, est la production du disque. Un son impeccable qui ne tombe pas dans le piège de la reproduction, à l'aide de toutes les technologies modernes, d'un son "vintage" grinçant et lointain. Ici, le son est impeccable et je suis prêt à parier que si les chanteurs de Soul des 60's avaient eux le choix, ils auraient préféré ce son limpide qui offre à chaque instrument sa place, et qui permet de restituer au mieux les performances vocales (parce qu'en vrai les chanteurs des années 60 n'avaient pas non plus tous la voix nasillarde d'un talkie-walkie, pas plus qu'ils ne vivaient dans un monde en noir et blanc).

Tout cela pour dire que le son est chouette, trop parfois ce qui a le désavantage de lisser un style musical qui tout de même pioche son âme dans une certaine spontanéité et donc un imperfectible hasard.

Autre qualité évidente de l'album, la voix de son chanteur, également auteur-compositeur d'ailleurs, Andy Platts. Voix claire et puissante, capable de belles envolées dans les aiguës et d'une gymnastique évidemment empruntée à ses modèles (Stevie Wonder en tête). On pourrait cependant appliquer les même réserves que sur la production générale. Parfois trop "propre", la soul perd de son ame, paradoxe s'il en est, pour venir frôler une variété moins excitante. Mais ce n'est qu'un détail et l'amateur du genre appréciera à sa juste valeur les talents vocaux du garçon et de ses acolytes, garçons et filles, qui jouent du chorus façon Jackson 5 (ou un truc dans le genre).

Globalement, l'album est donc un mélange de pop et de soul comme l'ont fait avant eux et avec classe, portant la barre assez haute, les Style Council, Paul Weller et Mick Talbot, ensemble et séparément (notamment avec les excellents Galliano). Aussi en comparaison, on sera forcément un peu déçu, parfois tenté de comparer davantage la chose à Jamiroquai plutôt qu'à Stevie Wonder. Et lorsque Mamas Gun ne fait pas dans la Soul, ils font dans le funk et se lancent dans une imitation de Prince assez réussie sur "Rocket to the moon".

On notera également un titre en français totalement dispensable en compagnie du tout autant dispensable Tete. Tout cela histoire de passer un peu sur quelques radios françaises sans doute, pourquoi pas. Plus remarquable, une reprise de Queen, un peu trop proche de l'original mais assez réussie.

Quoi qu'il en soit, ce disque devrait plaire moyennement aux gros amateurs de Soul car ils y verront un manque d'originalité dans l'exercice de style qu'est ce Live and Soul. Les autres, amateurs de pop colorées, devraient se faire plaisir sans avoir besoin de redécouvrir avant tout le répertoire soul américain des années 60 à nos jours, pas plus que celui des mods anglais.

Une bonne compilation de 40 ans de musique en un disque en somme, soutenue par des chansons bien ficelées et presque easy listening (positivement parlant) grâce à une production léchée et un groupe talentueux (mais qui devra à l'avenir faire preuve de son originalité). De toute façon c'est simple, si vous aimez la pochette, vous aimerez le disque !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Mamas Gun (6 septembre 2011)


En savoir plus :
Le site officiel de Mamas Gun
Le Myspace de Mamas Gun


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-09-13 :
Thomas Bel - Cerna Vez
Bandit Bandit - Bandit Bandit
Jeanne Added - Both Sides
Gabriel Tur - Papillon Blanc
Emily Loizeau - Run Run Run (Hommage à Lou Reed)
Emily Loizeau - Le Centquatre
Collectif La Boutique - Twins
Hugo Chastanet - Dix chansons naturelles et sauvages
Elysian Fields - Transience of life

• Edition du 2020-09-06 :
Théo Fouchenneret - Beethoven : Waldstein & Hammerklavier
Inflatable Dead Horse - Love Songs
Lisza - Charango
Alexis HK - Comme un ours (Live)
Morgane Ji - Woman Soldier
 

• Archives :
Feldup - A thousand doors, just one key
Vladimir Torres - Inicial
Creeper - Sex, Death & The infinite Void
Fantastic Negrito - Have You Lost Your Mind Yet ?
Plumes - Oh Orwell
Rue de Tanger - Simone
Anna Aaron - Pallas Dreams
Biffy Clyro - A Celebration of Endings
All We Are - Providence
Ana Carla Maza - La Flor
Listen in Bed - Lazy Lagoon (Mix #22)
Neil Young - Homegrown
Vertige - Populaire
Talisco - Inner songs
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
- les derniers albums (6142)
- les derniers articles (159)
- les derniers concerts (2325)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=