Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Karkwa
Les chemins de verre  (Audiogram)  mars 2010

Le problème avec le Québec, musicalement parlant, c'est qu'il ne nous en arrive que rarement le meilleur. Par contre, question chanteurs médiocres, à faire passer nos pires gloires nationales pour des génies, on est bien servi. Sans doute, malheureusement, que le marché français leur est propice.

Heureusement, de temps en temps, quelques groupes beaucoup plus intéressants passent entre les mailles des filets des pêcheurs de variétés et atteignent nos côtes, tant bien que mal. Moins facile pour eux de se faire entendre, certes. Pas de Drucker, tout juste quelques radios spécialisées, une distribution qui prend des airs de conspiration entre connaisseurs. Mais quand enfin la chose arrive à nos oreilles, quelle joie de découvrir quelques perles sonores pleines d'originalité et de sonorités enfin inhabituelles !

Si Karkwa en est déjà à son quatrième album, ce n'est vraiment qu'avec celui-ci et un peu le précédent que j'ai découvert ce groupe. Pourtant, voilà quelques années, un autre groupe québécois m'avait mis sur leur piste, que je n'avais pas suivie plus avant. C'est en l'occurrence Malajube qui m'avait mis la puce à l'oreille. Groupe que l'on pourrait aisément comparer à Karkwa, tant dans la démarche que dans le style, loin des Cowboys Fringants, Mathieu Lippé et compagnie. Difficile de définir le style de Karkwa. On tentera un pop-rock-athmosphérique-épique à textes.

Très élégamment écrit et composé, Les Chemins de Verre est un album difficilement comparable (si ce n'est encore une fois à Malajube, le désenchantement et la poésie en plus). Si les textes sont très travaillés, oscillant toujours entre le réel et le poétique (sensation appuyée par une diction assez particulière), Karkwa n'a pas joué la carte "chanson" et ceux-ci sont très souvent utilisés de la même façon que les autres instruments, c'est-à-dire pas particulièrement mixés en avant mais surtout posés comme il s'agissait d'une guitare. Effet saisissant sur "La piqûre".

La contrepartie de ces audaces est, mais cela ne concerne sans doute que les francophones de France, l'accent parfois un peu appuyé qui semble apesantir les mots. "Marie tu pleures" en est la principale victime tandis que "28 jours" passe mieux, notamment parce que la construction épique du morceau, qui passe d'une intro au piano à un maelstrom sonore magnifique, intègre parfaitement le chant dans sa masse. "Le vrai bonheur" et sa fausse naïvete a des petits airs de Eicher. Ceci dit, l'accent n'est pas du tout un obstacle et la plupart du temps, ajoute à la scansion du chanteur une sorte de chamanisme assez étonnant comme sur "Le bon sens".

Très dense les morceaux laisseront peu de vide, les titres les plus doux n'étant jamais à l'abri du déchaînement des instruments comme sur le final du très élégant "Moi-léger".
Riche musicalement, mais aussi riche au niveau de la production qui offre son lot de sensation dans le traitement de la voix en premier lieu donc, mais aussi dans la densité globale de l'album, ultra cohérent, véritable enveloppe sonore de laquelle nous aurons bien du mal à nous extraire (mais pourquoi le ferait-on ?), même si cela peut paraître confus, brouillon, de prime abord.

Ajoutons à tout cela une superbe pochette, classe et un peu mystérieuse qui aurait pu faire les beaux de 4AD époque Vaughan Oliver et on obtient définitivement un excellent disque, surprenant, atypique, riche et à haute teneur en sympathie. Allez hop, à côté de Other Lives dans mon top 2011.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Karkwa en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Karkwa en concert à La Vapeur (10 mars 2009)
Karkwa en concert à Paléo Festival #34 (2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Karkwa
Le Myspace de Karkwa


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=