Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Betsch
Pas de bras, pas de chocolat  (Labels)  août 2004

On se souvient, le siècle dernier, d'un album étonnement touchant, La soupe à la grimace, d'un jeune inconnu un peu malingre. Bertrand Betsch y parlait de la vie et de l'amour, pas en héros, juste comme tout un chacun, avec petites joies et ses grands malheurs.

Ce premier album contenait quelques incontournables comme "Passer sous le métro" ("Je passerais pas sous le métro, je te ferais pas ce cadeau") ou encore le morceau de bravoure (notamment en live avec son petit clavier aux touches cassées) "La complainte du psycho killer" ("Si tu savais combien ça me coûte de te tordre les doigts, de te briser les os....").

Depuis Bertrand Betsch a fait une timide apparition en 2002 avec les BB sides, sorte de compilation hommage en demi teinte, reprenant faces B et chansons de ses artistes préférés, de Dominique A à Lou Barlow, en passant par Leonard Cohen.

Un peu perdu de vue, son label Lithium ayant entre temps cessé momentanément ses activités, lui-même ayant eu des problèmes de voix, ce fût donc une surprise que de revoir resurgir un disque de Bertrand Betsch, cette fois ci par l'intermédiaire de Labels.

Et quelle bonne surprise puisque Pas de bras, pas de chocolat est largement à la hauteur de La soupe à la grimace et plus si affinités !

D'abord le titre, vieille blague qui fait toujours recette et qui pour le coup est parfaitement adaptée au texte de la chanson titre. Une sombre histoire d'amour façon "With or Without you" de U2 en beaucoup plus cynique et drôle ("Je peux vivre sans toi, je peux vivre sans bras, mais ... pas de bras pas de chocolat"). Chanson Titre d'ailleurs en double exemplaire sur ce disque puisqu'il y a une version classique et une version disco parfaitement tubesque au demeurant.

On retrouve donc ce qui nous avait touché dans son premier disque. Le cynisme, l'humour noir et désabusé d'un homme sensible et fragile.

Ainsi, en dehors de l'exercice de style sans complexe (peut être décomplexé d'ailleurs après les reprises de BB Sides) qui lui fait écrire des morceaux raggae aussi bien que plus folk ou carrément rock voire fanfare (je vous laisse découvrir par vous même chaque morceau), Bertrand Betsch de sa plume aiguisée nous administre quelques petites vérités sur l'existence, comme dirait Fred Vargas.

Ainsi "Lundi c'est maladie" ou "L'important c'est de participer" sont autant de complaintes, d'état des lieux de lui même mais aussi des autres que le laissent augurer les titres ("Peu importe que t'es une vie de merde, l'important c'est de participer").

"Les mots ont leur importance" chante Bertrand et il sait de quoi il parle. Non seulement ils sont musicalement bien enrobés sur ce nouvel album mais les mots de Betsch sont parmi les plus inspirés de la chanson française qui se respecte.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La chaleur humaine de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Je Vais Au Silence de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Le temps qu'il faut de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La nuit nous appartient de Bertrand Betsch
La chronique de l'album My love is for free de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La Vie Apprivoisée de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Tout doux de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Pour mémoire de Bertrand Betsch
Bertrand Betsch en concert au Café de la Danse (9 mars 2005)
Bertrand Betsch en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)
L'interview de Bertrand Betsch (23 janvier 2007)
L'interview de Bertrand Betsch (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch - Seconde partie (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch (dimanche 17 novembre 2013)
L'interview de Bertrand Betsch (février 2015)
L'interview de Bertrand Betsch (mecredi 11 mai 2016)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=