Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La maîtresse en maillot de bain
Ciné 13 Théâtre  (Paris)  décembre 2011

Comédie de Fabienne Galula, mise en scène de Jean-Philippe Azema, avec Christophe Corsand, Ludivine de Chastenet, Fabrice Feltzinger et Pauline Guimard.

C’est la belle surprise de cette fin d’année : "La maîtresse en maillot de bain" après son succès au Off d’Avignon est programmé à Paris, au Ciné 13 Théâtre, pour le grand plaisir des spectateurs.

La salle des maitres d’une école maternelle. Il y a là une directrice nerveuse et revêche, Rémi : un lunaire un "petit peu fragile "et Nicolas, le dragueur invétéré et toujours cool. L’arrivée d’une psychologue envoyée par le ministère va bouleverser tout ce petit monde et le train-train quotidien.

"La maitresse en maillot de bain" est une excellente comédie, dont la qualité première est l’écriture et le talent à faire évoluer chacun des personnages tout au long de la pièce. Il y a dans le texte de Fabienne Galula une infinie tendresse et une justesse de ton qui rendent ce spectacle terriblement vrai et touchant.

Les dialogues sont percutants, tout est fin, jamais vulgaire et c’est interprété par des comédiens authentiques, drôles et bougrement attachants qui construisent ensemble avec un bel équilibre un spectacle jubilatoire où l’on rit d’un bout à l’autre, mais de nos semblables manies.

Ludivine de Chastenet casse la baraque dans le rôle de Myriam la directrice, coincée entre sa mère, son chien et son amant et qui passe sa frustration sur ses enseignants. Dans un rôle qui va très loin dans la démesure, elle est incroyable.

Pauline Guimard a la lourde tâche de succéder à Fabienne Galula (qui était exceptionnelle) dans le rôle de Béatrice et elle s’en sort très bien. Son jeu tout en finesse correspond bien à ce personnage plein de douceur qui cache une grande malice derrière son côté un peu bécasse.

Fabrice Felzinger interprète avec beaucoup d’humanité Nicolas et lui aussi est génial dans un personnage dont l’apparence de fanfaronnade dissimule une grande tendresse.

Enfin, Christophe Corsand est sensationnel dans le rôle de Rémi, timide et gauche qui s’exprime à travers l’écriture de romans policiers très gore. Sa nature comique est incroyable et sa métamorphose finale, un grand moment.

La psy en mission finira par révéler les failles de chacun et leur donnera la possibilité, après avoir tant donné au service des enfants, de vivre enfin leur propre vie, d’affronter leurs complexes et de jeter leurs masques.

Une très belle comédie humaine, coup de cœur de cette année, que l’on ne peut que recommander aux gens qu’on aime (et aux autres) !

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=