Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ibrahim Maalouf
Interview  (Le Fil, Saint-Etienne)  dimanche 22 janvier 2012

Dans les loges du Fil, Ibrahim Maalouf, ce jeune homme bienveillant chantonne, assis sur le canapé. L’interview peut commencer...

Qu’est-ce qui te pousse à tous ces croisements ?

Ibrahim Maalouf : En gros ce qui m’inspire, c’est  d’essayer de faire une musique qui me ressemble, qui soit la plus sincère possible, qui n’appartienne pas à une catégorie, un domaine ou à un style précis, déjà existant ou conventionnel. Et pour réussir à faire cela, j’essaie juste d’amener vers moi des musiques, des instruments que j’aime, des gens que j’aime et qui ont de l’importance. Et de manière complètement instinctive je les associe, en prenant mon temps. Car chacun de mes albums, j’ai mis quatre ans pour les faire. Je prends vraiment mon temps de manière à ce que ce soit le plus naturel possible. Pour que cela ne ressemble pas à du patchwork mais que l’on ait l'impression que cela va naturellement bien ensemble. Je construis ma musique un peu de cette manière là en général.

Tu composes depuis longtemps ?

Ibrahim Maalouf : Oui ! Très très longtemps (il esquisse un sourire en coin). Je n’ai aucun souvenir de mes débuts de compositeur. En fait, j’ai toujours baigné dedans. On avait un piano à la maison quand j’étais tout petit. Je pianotais dessus. Je me suis toujours un peu refugié en chantant des choses de manière instinctive ; juste chanter tout seul comme ça, inventer des trucs. D’abord au piano puis après à la trompette, cela fait partie finalement de mon mode de vie.

Il t’arrive donc de chanter sous la douche comme beaucoup de gens ?

Ibrahim Maalouf : Moi ? Je chante sous la douche tout le temps ! Voyez ? (rires)

L’ambiance est détendue, ce qui donne à Ibrahim l’envie de nous raconter une anecdote.

Ibrahim Maalouf : C’est une histoire que mes parents adorent raconter. Etant petit, j’allais à la garderie. Le premier jour, quand mes parents sont venus me récupérer, les dames de la garderie leur ont dit (Ibrahim prend alors une voix mielleuse) : "Oh, votre fils est incroyable, il chante tout le temps, qu’est-ce que c’est bieennn !". Une semaine après : "C’est fou quand même, comme votre fils chante... C’est quand même incroyable !". Plusieurs jours plus tard : "Il chante quand même beaucoup votre fils, hein ?". Et à la fin : "On ne le supporte plus ! Ne l’amenez plus, il n’arrête pas de chanter !" (rires). J’ai toujours été comme ça !

Trompettiste de père en fils. En matière de trompette, Ibrahim a  suivi le parcours académique le plus rigide qu’il soit, d’abord avec son père qui était extrêmement sévère, autant dans la vie que dans son art. En 1998, sur les traces de son père il entre au conservatoire de Paris. Mais tel l’élève ambitieux de dépasser son maître, il développe ses performances et se lance dans les concours internationaux grâce auxquels il se fait un nom  dans le milieu du classique. "Soliste classique" aux yeux du grand public, il dit cependant avoir "toujours personnellement évolué dans divers styles musicaux".

Ibrahim Maalouf : La trompette pour moi, c’est un prétexte. C’est comme un vecteur de créations. Je me sens compositeur avant d’être trompettiste en fait. Je n’aimais pas avant la trompette, j’en faisais pour être aux côtés de mon père, pour  faire des concerts avec lui. Malgré le fait que j’avais beaucoup de respect pour cet instrument, c’était plutôt une contrainte.

J’ai commencé à aimer en jouer plus vers vingt, vingt-et-un ans. C’est là que j'ai commencé à lui trouver une raison de faire partie de ma vie autre que celle d’essayer de plaire à mon père. Je me sens beaucoup plus compositeur que trompettiste. Finalement, j’ai essayé de trouver ce qui me plaisait dans la trompette : c’est un instrument qui ouvre de nouvelles voix dans la musique. Du coup, je le garde… et c’est marrant parce que la verve créative est beaucoup plus forte dans la contrainte.

Il faut dire qu’Ibrahim ne joue pas de n’importe quelle trompette. Il utilise la trompette à quart de ton que son père a inventé. A 22 ans, son père était paysan dans la montagne libanaise, c’est à cette période qu’il découvrit la trompette. Six ans plus tard, Nassim Maalouf devint élève de Maurice André (trompettiste de renommée) au conservatoire de Paris. Il eut alors le génie et l’audace de rajouter un quart de ton.

Ibrahim Maalouf : Mon père n’est pas le seul à jouer de cet instrument, il est le seul à jouer de la musique arabe avec cet instrument. S’il n'y avait pas cette nouveauté dans l’instrument qui permet de jouer la musique arabe, s’il n’y avait pas ce petit piston en plus sur la trompette, je pense que j’aurais abandonné cet instrument. C’est ce qui permet, je pense, de joindre une partie énorme de ce que j’ai à dire. C’est de cet héritage là dont je me sens le plus fier.

Outre ses remarquables prestations scéniques, l’artiste revêtit la blouse de professeur tous les lundis ; il enseigne la trompette classique à Aubervilliers. Et chaque année, il consacre dix jours à son projet A.I.T.A. (Académie Internationale de Trompette Arabe). Projet pour lequel il reçoit ses élèves dans son village au Liban, afin de leur transmettre les différentes manières – nombreuses et subtiles – de jouer la musique orientale. Lorsqu’on le questionne sur le sujet de la transmission de savoirs, voici ce qu'il répond...

Ibrahim Maalouf : C’est important parce qu’on est tous l’élève de quelqu’un. Ce serait triste le jour où je ne serais plus là... J’aurai l’impression d’avoir raté une partie de ma vie si je ne transmettais pas à des gens tout ce que l’on m’a appris, je trouverai cela super égoïste en fait, d’être passé par là, d’avoir pris plein d’informations et… (il mime le geste de partir), allez j’me barre ! (rires)

Peux-tu me parler de ton dernier et troisième album Diagnostic ?

Ibrahim Maalouf : L’ensemble de mes trois albums m’ont permis de m’émanciper, c’est ma crise d’adolescence. Diagnostic est une auto-thérapie. Regarde, je suis sur un fauteuil là. Ah, ah ! (rires) En créant cet album j’ai tourné une page, je me suis détaché de plein de complexes, de plein de peurs, du regard de mes proches, etc. J’ai voulu aller à l’essentiel, et donner aux gens qui m’entourent leur vraie valeur. C’est une sorte de bilan, je n’ai plus besoin de prouver quoi que ce soit maintenant. Chacun des titres de l’album et ce, par paire est dédié aux personnes très proches de ma famille. Ma mère, mon père, mes deux sœurs, ma fille et ma femme bien sûr, à qui je dédie le diagnostic final. Evidemment, je ne pouvais oublier Beirut, ma ville natale.

J’ai considéré cette musique comme une conclusion. Je suis arrivé à l’essentiel. Cela représente presque dix ans de ma vie, passés à construire ma musique pour me construire. Maintenant, je commence à vivre ma vie, d’homme et de musicien.

En disant ces mots, le visage d’Ibrahim s’illumine.

Lors des Victoires du Jazz 2010, tu remportes le prix de la Révélation instrumentale. Cela t’a ancré dans la catégorie Jazz, ce que tu ne revendiques pas forcément.

Ibrahim Maalouf : C’est un débat mais vous ne pouvez même pas imaginer l’ampleur de ce débat ! Je tombe régulièrement sur des blogs où je me fais insulter par des gens du Jazz. Alors que, je n’ai jamais prétendu être un jazzman. Certains considèrent que je fais partie d’une nouvelle mouvance qui amène de nouvelles couleurs comme d’autres l’ont fait avant moi et continueront à le faire alors que d’autres sont radicalement contre et préfèrent considérer le jazz comme une musique classique américaine qui commence là et s’arrête là. Le jazz est peut être une musique actuelle, qui peut continuer à évoluer. Moi, en tout cas, je ne revendique rien.

Ibrahim lit une citation de Charlie Parker...

Ibrahim Maalouf : "La musique, c'est ta propre expérience, tes propres pensées, ta propre sagesse. Si tu ne la vis pas, elle ne sortira pas de ton instrument. On t’enseigne qu'il y a une frontière de la musique. Mais il n'y a pas de frontières en art".

En ce moment je trouve qu’on vit une période inquiétante où il y a trop de communautarisme aussi bien dans la vie que dans l’art. Le seul courant musical où il n’ya pas vraiment ça (nb : ces fameuses frontières musicales), c’est le hip-hop. J’en écoute beaucoup en ce moment parce que j’ai découvert cette ouverture d’esprit et je suis assez bluffé. Maintenant j’ai vraiment envie qu’on se mélange tous. Il faut que l’on travaille ensemble, que l’on crée un truc uni. C’est pour cela que je m’ouvre à d’autres styles musicaux, j’écoute plein de choses différentes, je m’en imprègne, je respire…

Par exemple tu as écouté quoi dernièrement ?

Ibrahim Maalouf : J’écoute une chanteuse asiatique, je ne sais même plus comment elle s’appelle. Elle est entouré de très bons musiciens tels que Stefano Bollani, Stefano Di Battista… et c’est incroyable.

Ton prochain album est déjà prêt ?

Ibrahim Maalouf : Oui, mon prochain album a été enregistré il y a 6 mois, il sortira en mars 2013, avec des sonorités beaucoup plus jazz, formation quintet référence à Miles Davis…

Interview menée avec la collaboration de Michel Mathais pour Jazz Rhône Alpes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Red & Black Light / Kalthoum de Ibrahim Maalouf
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
Ibrahim Maalouf en concert à Ibrahim Maalouf - Festival Les Jazzeries d'Hiver
Ibrahim Maalouf en concert à Théâtre Sébastopol (lundi 13 octobre 2014)
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Ibrahim Maalouf
Le Myspace de Ibrahim Maalouf

Crédits photos : Eric Ségelle (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Jenni Bik         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=