Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elysian Fields - Blake
Le Fil  (Saint-Etienne)  samedi 10 mars 2012

Si je ne suis pas allé voir Elysian Fields en concert au Petit Bain à Paris en ce debut mars, c'est parce qu'il se trouve que j'étais en vacances dans le Forez à ce moment là et que j'avais prévu, à cette occasion, de profiter de leur concert au Fil de Saint-Etienne. D'autant plus que le groupe avait promis de nous accorder, après leur balance, une Froggy's Session. Et oui Messieurs dames, bientôt vous pourrez profiter d'une belle et étrange session de nos New-Yorkais favoris en mode quatuor, comme je vous le dis !

Mais pour l'heure, il s'agit bien de vous raconter ma soirée passionnante, passée dans le public du Fil version club, ce soir là, pour assister au concert de lancement du nouvel album du groupe Blake et à celui forcément magnifique de Elysian Fields (bien évidemment que tout cela n'est pas objectif). Tout commence donc par Blake, groupe stéphanois accompagné ce soir de quelques invités pour le son mais aussi pour l'image.

En effet, le groupe a pour habitude de tendre une toile en arrière-scène, derrière laquelle officie un peintre, donc les dessins à la peinture noire apparaissent à la faveur d'un éclairage adéquat.

Ce soir, les dessins ornithologiques de Robin Royer étaient complétés par des ombres chinoises de violonistes (notamment Jean-Christophe Lacroix des Hiddentracks) et d'une danseuse.

Passons la choriste qui fit une apparition derrière le rideau pour un titre (et devant pour les autres), tout à fait inutile sauf sans doute pour la famille dans la salle qui a pu découvrir à cette occasion que la demoiselle, par ailleurs compagne du chanteur, attendait ce qu'il est convenu d'appeler un "heureux événement".

Choriste par ailleurs tout à fait efficace pour renforcer la voix principale, un peu essoufflée ce soir là, sans doute par le stress au moins triple que de présenter son nouveau travail, devant le public de sa ville et avant les bêtes de scènes à la réputation sans faille que sont les Elysian Fields.

Voix hésitante donc pour Gaël qui, avouons-le, manquait de caractère ce soir là pour permettre au public d'entrer complètement dans l'univers onirique de Lost & Found. D'autant plus decevant que les chansons sont bien foutues et les musiciens excellents (lui compris à la guitare). Du coup, si on n'avait pas pris la peine de découvrir le disque avant, afin de retrouver malgré tout les curieuses histoires de cette fillette, on se sentait un peu perdu dans tout ce spectacle. Un concert qui demande donc à se roder au fil de la tournée pour accompagner un disque intéressant. A suivre...

Le changement de scène se fait tranquillement, le public est détendu, la salle est pleine depuis, avant même le début de la première partie. Un vrai plaisir à côté du public parisien souvent boudeur et snobeur de première partie.

Il est donc l'heure d'accueillir le quatuor New-Yorkais qui arrive discrètement sur scène, fidèle à l'ambiance de leurs concerts, tout en retenue et en élégance.

Métamorphosée par rapport à l'après-midi, Jennifer Charles est magnifique (et sa robe aussi) tandis que Oren Bleadow est plus... disons "casual". La violoncelliste est un peu en retrait tandis que le batteur est sur le côté de la scène.

Dès les premières mesures, le charme opère et la musique raffinée d'Elysian Fields enrobe de douceur le public. Les murmures de Jennifer remplissent l'espace, parfaitement surlignés de la guitare de son compère et du jeu délicat des deux autres membres.

Jamais dans la démonstration technique, les Elysian Fields en possèdent pourtant une sacrée, technique. Tous s'avèrent d'excellents musiciens (le batteur s'improvisera également pianiste et la violoncelliste manipulera quelques outils électroniques). Jennifer, elle, distille d'immenses sourires dont elle seule a le secret et qui vous font instantanément frissonner de plaisir.

Pendant ce temps (et le temps va passer bien trop vite), le groupe jouera les titres de leur dernier album mais aussi certains plus anciens pour le bonheur de tous.

Les chansons qui flirtent toujours entre pop et jazz, renferment chacune au moins une surprise dans le rythme ou l'interprétation et donnent ce style si atypique à ce groupe encore jamais égalé.

Rares sont les groupes à distiller autant d'émotions avec si peu de moyens, l'essentiel réside, outre dans des chansons magnifiques, dans l'interprétation toujours juste, sans excès de prétention et dans un plaisir de jouer visible.

Et puis cette voix, obsédante et sensuelle à l'excès qui semble venir d'ailleurs que de cette petite dame qui ne bouge presque pas les lèvres et qui, de gestes lents, gracieux et tout aussi délicats et subtils que le reste de la musique, dessine ses mots dans les airs. Une main sur la hanche ou un petit doigt légèrement décollé suffisent à troubler tout autant qu'à apporter du relief aux mots.

C'est élégant, c'est beau, chaleureux et généreux (pour preuve ultime, la grande disponibilité du groupe après le concert) et il reste un de ces rares groupes qui, fidèle à un parti pris artistique aussi constant qu'irréprochable, auront toujours une place de choix dans nos petits coeurs de fans.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Songs for someone de Perry Blake
La chronique de l'album The crying room de Perry Blake
Blake parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album The Colour in Anything de James Blake
La chronique de l'album Assume Form de James Blake
Blake en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Blake en concert au Fil (vendredi 3 décembre 2010)
Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Vendredi 14 septembre
Blake en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Blake en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
L'interview de Moving Units (mars 2005)
La chronique de l'album The dreams that breathe your name de Elysian Fields
La chronique de l'album Bum raps and love taps de Elysian Fields
La chronique de l'album The Afterlife de Elysian Fields
La chronique de l'album Last Night On Earth de Elysian Fields
La chronique de l'album For House Cats and Sea Fans de Elysian Fields
La chronique de l'album Pink Air de Elysian Fields
Elysian Fields en concert à La Maroquinerie (27 octobre 2005)
Elysian Fields en concert au Festival Radar #5 (jeudi 10 septembre 2009)
Elysian Fields en concert au New Morning (26 mai 2010)
L'interview de Elysian Fields (juillet 2005)
La chronique de l'album A bird on a poire de Jean Louis Murat - Fred Jimenez - Jennifer Charles

En savoir plus :
Le site officiel d'Elysian Fields
Le Bandcamp d'Elysian Fields
Le Myspace d'Elysian Fields
Le Facebook d'Elysian Fields
Le site officiel de Blake
Le Myspace de Blake

Crédits photos : Eric Ségelle (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=